Pourquoi et comment améliorer le bien-être des animaux d’élevage avec la future PAC ?

Pourquoi et comment améliorer le bien-être des animaux d’élevage avec la future PAC ?

MOINS d’animaux et un MEILLEUR bien-être :
un défi pour le Pacte Vertet la PAC

FNE Grand Est et FNE Bourgogne-Franche-Comté, avec le Collectif Plein Air, viennent de produire une brochure destinée à être largement diffusée aux élus et acteurs de l’élevage.

Les échecs de la PAC (Politique Agricole Européenne) sont dénoncés par les ONG, par la Cour des comptes européenne, par le New York Times, et encore récemment par 3600 scientifiques… L’échec dans le domaine du bien-être animal est cruel, c’est le cas de le dire.

Qu’en sera-t-il demain ? Les discussions autour de la future PAC sont en pleine effervescence, au niveau européen (Pacte Vert, De la Fourche à la Fourchette), au niveau national (Débat public national) et au niveau régional.

MOINS et MIEUX est notre paradigme pour l’avenir de l’élevage, ceci pour des raisons éthiques et environnementales. L’intention très pertinente de réduire sa consommation de protéines animales est de plus en plus répandue chez les citoyens. Mais la réduction, à vrai dire incontournable, du côté de la production semble encore être largement taboue. Il faudra pourtant la traduire en politique agricole, tout en tenant pleinement compte de la sensibilité et des besoins des animaux d’élevage, et en assurant des revenus décents aux agriculteurs pour des pratiques vertueuses. C’est pourquoi cette brochure vous propose des informations sur :

  • le besoin de cohérence et de volonté politique, afin de réussir à créer du revenu pour du bien-être animal
  • les raisons de la nécessaire réduction des cheptels, au vu des limites planétaires
  • pourquoi les milliards de la PAC ont été aussi inefficients pour réduire la souffrance des animaux
  • ce qu’il faut encourager pour améliorer le bien-être animal
  • quels outils de la future PAC pour sortir du cercle vicieux
  • pourquoi les indicateurs proposés par la Commission européenne sont si mauvais et comment assurer un réel suivi qualitatif des résultats
  • comment le commerce et le libre-échange sabotent les efforts pour une PAC durable.

Télécharger la brochure – PDF

Formation Guide Nature : les inscriptions sont ouvertes !

Formation Guide Nature : les inscriptions sont ouvertes !

L’objectif de la formation « Guides Nature »

Acquérir les connaissances techniques, pédagogiques et comportementales nécessaires pour concevoir, organiser et guider une action de sensibilisation à la nature et à l’environnement.

Cette formation est ouverte à toutes personnes intéressées par la protection de la nature et de l’environnement, sans restriction d’âge, de diplômes, ou de profession.

L’objectif final est de former une vingtaine de personnes qui pourront proposer des visites guidées bénévoles pour les associations de protection de la nature et de l’environnement en Alsace.

Le contenu de la formation « Guides Nature »

Cette formation privilégie les sorties de terrain et un apprentissage pratique des connaissances naturalistes et environnementalistes nécessaires. Une approche des grands concepts de l’écologie scientifique a été préférée à l’acquisition d’un savoir encyclopédique.

Un week-end par mois pendant deux ans (sauf août et décembre) est consacré à la formation. Les week-ends Guides Nature se déroulent du samedi 14h au dimanche 17h environ. Ils s’effectuent sur l’ensemble du territoire alsacien, en fonction de la thématique du week-end. Il peut arriver que le week-end débute exceptionnellement le samedi à 9h si le programme et la thématique le nécessitent.

Les 20 week-ends de formation couvrent la majorité des milieux naturels alsaciens et des thématiques naturalistes, de manière à donner une vision la plus large possible aux stagiaires. À eux, par la suite, de se spécialiser dans les thématiques pour lesquelles ils ont le plus d’affinité.

Les intervenants sont des scientifiques, des enseignants, des naturalistes confirmés, des professionnels. Ils interviennent de façon bénévole, de fait les dates de formation sont dépendantes de leur disponibilité.

Une formation pour devenir guide nature bénévole

Le diplôme fédéral de Guide Nature n’est pas un diplôme professionnel. Il est la reconnaissance d’une compétence qui peut s’exercer dans un cadre bénévole associatif.

 

Les modalités pratiques de la formation

Les procédures de suivi et de validation de la formation

À la fin de la première année, les stagiaires sont mis en situation lors d’une visite guidée préparée avec Alsace Nature.
À la fin de la formation, une visite guidée de « sortie » est demandée pour chacun des stagiaires pour valider leur « diplôme ». L’assiduité aux week-ends rentre également en compte pour l’obtention du diplôme.
Après leur formation les guides en formation sont parrainés et peuvent suivre un guide plus expérimenté sur la préparation d’une visite guidée.

Les tarifs

  • 890 euros en candidature libre (payable en plusieurs fois)
  • 1590 euros en cas de prise en charge par organisme de formation, employeur etc…

La formation peut bénéficier de l’agrément de formation professionnelle et peut bénéficier d’une prise en charge à ce titre
Le cout comprend les interventions, la coordination de la formation ainsi qu’une adhésion de 2 ans à Alsace Nature. Les frais de déplacement, d’hébergement et les repas sont à la charge du stagiaire.
Les hébergements sont proposés dans des gites de groupes, maison de la nature, camping, selon les lieux des interventions.

Modalités d’inscription

  • Départ de la 16ème promotion Guides Nature : septembre 2020
  • Date limite de réception des candidatures (CV + motivation pour la formation) : 30 avril 2020
  • Adresses d’envoi des candidatures : Alsace Nature (à l’attention de Pierre ROTHENBURGER ) – 8 rue Adèle Riton 67000 STRASBOURG
    ou par courriel à pierre.rothenburger@alsacenature.org

Une série de rencontre se déroulera courant juin/début juillet
Renseignements complémentaires auprès de Pierre ROTHENBURGER 06.08.62.69.71

Lynx dans les Vosges : le mauvais feuilleton se poursuit

Lynx dans les Vosges : le mauvais feuilleton se poursuit

Mardi 14 janvier 2020 à Pau, le Président de la République annonçait la fin du programme Ours dans les Pyrénées, moins d’une semaine plus tard, un Lynx est retrouvé abattu dans les Vosges ! A vouloir satisfaire les désirs d’une minorité, le Président a envoyé un très mauvais message aux opposants à la présence de grands prédateurs dans nos espaces naturels.

Rappelons que le dernier lynx retrouvé abattu date de 2003. Le retour de ces méthodes de braconnage dans notre massif, n’augure rien de bon à l’heure où nos homologues allemands du Palatinat conduisent de leur côté un programme ambitieux de renforcement de leur population.

Le massif des Vosges est un lieu naturel de présence du Lynx et pourrait accueillir une vingtaine d’animaux si on leur laissait la chance de vivre sereinement. Réintroduit en 1983, la population ne doit sa très faible présence qu’à une longue suite de tueries. Bien qu’alimenté  par les migrations d’animaux en provenance du Jura et maintenant du Palatinat, le Lynx n’a malheureusement jamais réussi à se développer correctement dans les Vosges.

Aujourd’hui l’heure est venue où chacun doit prendre ses responsabilités vis-à-vis de la protection de cette espèce :

  • L’Etat d’abord, en réaffirmant le rôle bénéfique indéniable de la présence des grands prédateurs dans les Vosges et en envoyant un signal très clair : le relâché rapide d’un nouvel individu dans le massif pour ne pas laisser la population s’éteindre.
  • La fédération des chasseurs doit prendre un position claire sur le sujet des grands prédateurs, condamner fermement cet acte et se porter partie civile, sans cela elle se rendra complice des braconniers.
  • Tous les citoyens désireux de garder la naturalité du massif des Vosges et une cohabitation avec les grands prédateurs doivent s’exprimer en signant notre pétition.

Signer la pétition

Nos associations saisiront le procureur de la République et se constitueront partie civile pour que le ou les responsables soient identifiés,  jugés et condamnés. Nous mettrons tout en œuvre pour que le gouvernement, non seulement relâche un individu en compensation, mais aussi engage un programme plus vaste de protection réelle et sérieuse (protection de troupeaux, zones de quiétude, …) des grand prédateurs dans le massif. Pour cela, nous lançons dès aujourd’hui un appel à dons pour nous permettre de mener à bien ces différents objectifs.

Appel à dons

C’est parce que nous ne pouvons tolérer que certains décident, par la force, quelles sont les espèces qui ont le droit de vivre dans les Vosges, que nous serons toujours là où la nature a besoin de nous.

[Communiqué] Champ du Feu : préservons ce joyau cher aux bas-rhinois

[Communiqué] Champ du Feu : préservons ce joyau cher aux bas-rhinois

Le site du Champ du Feu est un site important pour le Bas-Rhin, riche d’une biodiversité remarquable. Il est aussi le lieux de nombreux projets de développement touristique de nature à porter atteinte à l’équilibre de cette chaume fragile et des milieux environnants.
Une partie du site fait l’objet d’un classement en Réserve Naturelle Biologique et est intégré au réseau Natura 2000.

Les enjeux climatiques et la perte de biodiversité sont dans toutes les têtes aujourd’hui et cela impose par conséquent de réfléchir autrement les lieux de promenade et de ressourcement.

Depuis des décennies Alsace Nature tente de mettre en œuvre cet équilibre au travers du comité de pilotage Natura 2000 et du comité de suivi de la Réserve Biologique, malheureusement sans effet face aux projets conduits jusqu’alors, abîmant voire détruisant totalement des milieux d’une richesse exceptionnelle.

L’année passée l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature a attribué au site du Champ du Feu le label « Liste verte » le plaçant ainsi au 46ème rang des sites à travers le monde détenant ce label. Mais en cas d’aménagements en inadéquation avec les principes de préservation de la biodiversité, ce label pourrait être retiré.

Les 3 millions d’Euros programmés par le Conseil Départemental pour le Champ du Feu visent à développer un modèle touristique d’autrefois.
Ce ne sont pas un nouveau stade de biathlon, ses piste macadamisées, son bâtiment de stockage et les raccordements aux réseaux d’eau et d’électricité qu’il faut mettre en place mais plutôt la restauration à moindre coût – tant financier qu’environnemental – de l’ancien pas de tir de la Charbonnière.

Face à l’absence d’enneigement, ce ne sont pas des canons à neige et leur corollaire de problème sur la ressource en eau qu’il s’agit de mettre en place, mais un autre regard qu’il faut porter sur ce site, regard basé sur la découverte et le respect de ces milieux fragiles qu’il convient impérativement de protéger.

Nul ne peut croire que ce qui se passe au Champ du Feu n’est pas en lien avec l’ensemble du massif Vosgien. La préservation de ses milieux naturels qui sont l’un des atouts de l’Alsace, mérite une réflexion bien plus décloisonnée et large qu’aujourd’hui, à l’échelle de l’ensemble du massif vosgien.

Il n’est plus possible de penser l’accueil du public sans ouvrir la focale en prenant en compte les aménagements présents ou à venir tant sur le piémont des Vosges, sur les Vosges du Nord, que sur les Hautes-Vosges.

Alsace Nature invite donc les porteurs de projets et notamment le Conseil Départemental du Bas-Rhin porteur du projet de stade de biathlon à éviter toute précipitation dans ce dossier sensible. Il convient d’inviter l’ensemble des parties prenantes à un tour de table.

En 2020, face aux enjeux climatiques et de régression de la biodiversité, il n’est plus pensable de poursuivre l’artificialisation de ce secteur naturel.

Ce serait là non seulement une atteinte inacceptable à la biodiversité et aux paysages, mais de plus les investissements d’aujourd’hui seraient rapidement rattrapés par raréfaction de la neige et de l’eau dont nous pouvons mesurer d’ores et déjà les effets dans le département du Bas-Rhin.

Animateur.trice « nature et alimentation durable »

Contexte

L’association Strasbourg Initiation Nature Environnement gère le Centre d’Initiation à la Nature et à l’Environnement de Bussierre (Strasbourg Robertsau). Elle fait partie du réseau régional d’éducation à
la nature et à l’environnement (réseau Ariena). Elle a pour objet :

  • d’organiser, coordonner et promouvoir des actions d’éducation à la nature et à l’environnement de tout type de publics sur le territoire de l’Eurométropole de Strasbourg (EMS) et ses environs ;
  • de gérer le Centre d’Initiation à la Nature et à l’Environnement de Bussierre et ses équipements mis à disposition dans un objectif d’éducation à la nature et à l’environnement, et notamment :
    ◦ d’organiser l’accueil des publics et des associations intervenant sur le site de Bussierre,
    ◦ de mettre en oeuvre l’éducation à la nature et à l’environnement au sein des bâtiments et des espaces extérieurs,
    ◦ de garantir la qualité et la cohérence des actions éducatives.
  • d’apporter sa compétence pédagogique au service de projets de sensibilisation du citoyen sur le territoire de l’EMS et ses environs ;
  • de réunir les acteurs, en particulier associatifs, oeuvrant dans le domaine de l’éducation à la nature et à l’environnement et de développer des actions communes, à Bussierre et sur le territoire.

Dans le cadre du départ de l’une des animatrices, l’association SINE recrute un.e animateur.trice « nature et alimentation durable » pour réaliser des animations nature et des projets de sensibilisation à l’alimentation durable vers tous les publics (enfants dans un cadre scolaire, extrascolaire ou périscolaire, adultes, familles, publics spécifiques…).

Missions

Sous la responsabilité du Président, du Conseil d’administration et de la direction, l’animateur.trice aura à sa charge les missions suivantes :

  • Sensibiliser les publics scolaires à la biodiversité locale et à l’alimentation durable à travers des animations calées dans le programme d’animation du CINE (animations nature et biodiversité, animation alimentation durable)
  • Assurer le suivi des projets spécifiques sur l’alimentation (interventions dans le cadre des projets Quartier libre pour la nature ou dans le cadre d’autres dispositifs spécifiques) et le lien avec l’Ariena.
  • Assurer la réalisation d’animations sur l’alimentation et les sorties nature pour le grand public, programmées dans le programme annuel et lors d’évènements spécifiques (journées nature et patrimoine…).
  • Assurer l’animation et les préparatifs de notre programme événementiel, notamment du weekend portes ouvertes, des causes cafés de l’année, des ateliers familiaux.
  • Assurer le développement de nouveaux projets « alimentation » dans le cadre de nouveaux partenariats
  • Gérer l’organisation et l’hygiène de la cuisine en cohérence avec les activités pédagogiques globales du centre.
  • Contribuer à la vie quotidienne de l’association et faire le lien avec les groupes de bénévoles.

Lieu de travail

Centre d’Initiation à la Nature et à l’Environnement de Bussierre, Strasbourg.
Des déplacements seront possibles sur le territoire de l’EMS ou en Alsace (Ariena, autres structures du réseau, …).

Expériences et qualifications souhaitées

  • Poste en CDI
  • Expérience dans l’animation exigée (diplôme BPJEPS ou équivalent)
  • Bonnes connaissances naturalistes demandées
  • UCC Direction Accueil Collectif de Mineur ou d’Accueil de Loisir demandée
  • Un diplôme ou une expérience dans le domaine de la sensibilisation à l’alimentation et dans le domaine de la cuisine sont souhaités
  • Expérience requise dans l’animation scolaire et envers différents publics et dans l’éducation à la nature et à l’environnement.
  • Connaissance du monde associatif.
  • Utilisation des outils informatiques de base.
  • Bonne capacité rédactionnelle.
  • Une polyvalence est attendue de la part du candidat afin de contribuer à la vie du CINE.
  • La maîtrise de l’anglais/l’allemand est un plus
  • Une sensibilité artistique est un plus
  • Une disponibilité certains weekends de l’année sera demandée.
  • Permis B indispensable

Type de poste et rémunération

Poste en CDI. Rémunération basée sur la Convention collective nationale de l’animation.

Modalités et échéances

Envoyer CV et lettre de motivation à l’adresse mail suivante : sine.nature@free.fr

Date limite de dépôt de candidature :

24 janvier 2020.

Entretien :

1ère quinzaine de février

Date d’embauche souhaitée :

16 mars 2020