Retour sur l’assemblée générale annuelle d’Alsace Nature, réunie le 4 MAI 2024 à Dorlisheim

Retour sur l’assemblée générale annuelle d’Alsace Nature, réunie le 4 MAI 2024 à Dorlisheim

La 59ème Assemblée Générale d’Alsace Nature s’est tenue le 4 mai dernier à Dorrlisheim dans le Bas-rhin.

Plus de 150 personnes ont participé tout au long de la journée, avec une très belle participation des membres lors de l’AG statutaire l’après-midi.

 

Moments conviviaux et de partage en marge de l’assemblée

Dès le matin, les membres de l’association avait le choix de participer à plusieurs sorties nature, dans une ambiance conviviale : une sortie sur « La trame verte et bleue à Dorlisheim », une sortie sur la « colline calcaire du Holiesel à Rosenwiller » et une autre sur les » Parcelles de compensations GCO : bilan et perspectives ». Une soixantaine de personnes ont participé à ces sorties, permettant ainsi de mieux connaitre les milieux naturels du secteur.

 

AG Statutaire : Bilan de nos actions 2023

Après l’ouverture de l’AG par la présidente Michèle Grosjean, M. Gilbert Roth, Maire de Dorlisheim, a pris la parole pour quelques mots de bienvenue.

Après la présentation des différents rapports d’activités et financiers de l’année écoulée, et le vote pour le renouvellement du conseil d’administration, Arnaud Schwartz, vice-président de France Nature Environnement, et représentant de FNE au BEE est intervenu pour nous présenter les enjeux environnementaux des élections européennes. Sans donner de consignes de vote, il a insisté sur l’importance d’analyser les votes passés et les programmes défendus sur les questions de nature et d’environnement par les différentes formations politiques. Une grande part des textes de loi qui régissent la prise en compte de l’environnement et la protection de la nature étant issue des règlements européeens.

 

Election du nouveau Conseil d’administration

L’AG a vu le renouvellement de ses instances dirigeantes comme cela est statutairement prévu tous les 2 ans.
Il n’y a pas eu de grand suspense sur l’élection étant donné que le nombre de candidats correspondait au nombre de postes disponibles.
Félicitations à tous les administrateurs !

Pour aller plus loin

123 membres individuels étaient présents ou représentés. 59 voix associatives étaient représentées. En vertu de l’article 6.3 de nos statuts qui stipule « Le résultat final est obtenu par addition des résultats des deux collèges après traitement par un facteur correctif donnant à chaque collège un poids égal dans le résultat final. », le nombre de voix exprimées pour cette assemblée générale était de 246.

234 votes ont été exprimés. 3 bulletins blancs et 2 bulletins nuls ont été dénombrés. Les résultats par collèges sont mentionnés ci-dessous.

Collège ASSOCIATIF % d’exprimés
ADRA 100,00 %
Alter Alsace Energies 100,00 %
ASTUS 100,00 %
ASVI 100,00 %
Atouts Hautes Vosges 100,00 %
BUFO 100,00 %
CAPS 100,00 %
CEN Alsace 100,00 %
HERON 100,00 %
LPO Alsace 100,00 %

 

Collège INDIVIDUEL % d’exprimés
AUBRY Angeline 100,00 %
CHRISTEN Guillaume 100,00 %
FORESTIER Nadine 100,00 %
GEORGET Christèle 96,52 %
GROSJEAN Michèle 99,57 %
HEIMLICH Christine 100,00 %
JAEGER Hubert 100,00 %
KUNTZMANN Maud 100,00 %
SCHORTANNER Michelle 100,00 %
ULRICH Bruno 100,00 %

 

Le 3ème collège qui est celui des Groupes Locaux n’est pas élu par l’assemblée générale. Il est présenté ci-dessous pour information.

Collège GL GL
FLORY Yann M2A
HULSKEN Alain Haguenau
LEDUNOIS Christian EMS
MARCHAL MINAZZI Martine Piémont
SCHMIDT Vincent Bruche Aval
UHRWEILLER Christian Jura
UHRWEILLER Jean Fech
VANDERMAKER Edwige Florival
WINTZ Maurice Kochersberg
ZEIGER Jean-Pierre Taennchel-HRN-Ribeauvillé

 

Comme c’est de coutume, la premier conseil d’administration réuni le 16 mai à Sélestat à procéder à l’élection de son Bureau. 24 membres étaient présents ou représentés lors de cette réunion.

Michèle Grosjean a, à cette occasion, été réélue à la Présidence à l’unanimité des présents et représentés.

Le reste du bureau a lui aussi été réélu à l’unanimité et se compose comme suit :

  • Christian UHRWEILLER : Vice-Président en charge de la coordination du 68 et en appui aux affaires courantes
  • Guillaume CHRISTEN : Vice-Président en charge de la coordination du 67
  • Bruno ULRICH : Vice-Président en charge du lien fédéral
  • Francis DOPFF : Vice-Président en charge de la montagne
  • Maud KUNTZMANN : Trésorière
  • Christian LEDUNOIS : Secrétaire

 

Campagne Sentinelles de la Haie – Mobilisons-nous pour les haies !

Campagne Sentinelles de la Haie – Mobilisons-nous pour les haies !

A l’occasion du début du printemps, Alsace Nature et son réseau d’associations vous invite à agir pour la préservation des haies. Vous pouvez contribuer à un état des lieux du réseau de haies grâce à notre campagne « Sentinelles de la Haie » qui se déroulera du 4 mars au 30 avril 2024.

 

Toute l’action sera présentée dans le webinaire de lancement de la campagne le 4 mars de 18h à 19h. Vous pouvez dès maintenant vous inscrire ici à un ou plusieurs des 8 webinaires organisés tout au long de la campagne.

Rendez-vous lundi 4 mars de 18H à 19H !

8 webinaires sont prévus ! Inscrivez vous ici

  • Lundi 4 mars 18H-19H – Présentation de la Campagne – webinaire de lancement
  • Mardi 12 mars 12H30-13H – Session de rattrapage (Présentation de la Campagne)
  • Jeudi 14 mars 18H-18H30 – Session de rattrapage (Présentation de la Campagne)
  • Jeudi 21 mars 18H-18H45 – Agissons pour les ripisylves
  • Mardi 26 mars 17H30-18H30 – Entretien des haies
  • Vendredi 5 avril 12H-12H30 – Session de rattrapage (Présentation de la Campagne)
  • Mardi 9 avril 18H-19H – La protection juridique des haies
  • Mercredi 17 avril 13H-13H30 – Session de rattrapage (Présentation de la Campagne)

 

 

Les haies sont discrètes en Alsace

L’Alsace est historiquement caractérisée par des paysages agricoles très ouverts mais néanmoins les haies sont présentes le long des routes, des cours d’eau et des bords de villages.

Mais ces haies ont longtemps été impactées par les pratiques agricoles et l’artificialisation des espaces. Par exemple des centaines de kilomètres de haies ont disparu depuis les années 60. Les alignements d’arbres le long des routes ont également largement disparu.

Pour défendre le maillage de haies, Alsace Nature appelle les alsaciennes et alsaciens à devenir des « Sentinelles de la Haie ».

Sentinelles de la Nature, un outil pour faire l’état des lieux du réseau de haies alsacien.

Le projet participatif Sentinelles de la Nature permet de localiser et signaler sur le territoire des atteintes à l’environnement dans le but de les résorber, à partir du site Sentinelle de la Nature  ou sur l’application mobile du même nom.

Avec la campagne « Sentinelles de la Haie », il est possible de recenser les atteintes portées aux haies comme par exemple, l’arasement ou le mauvais entretien d’une haie, l’annexion d’un chemin rural, la destruction d’un talus. Les alsaciennes et les alsaciens sont également invités à nous faire remonter les initiatives favorables relatives aux haies telles que les plantations, les bonnes gestions et leur valorisation.

Une réglementation qui n’empêche pas la régression du réseau de haies

Les enjeux de biodiversité sont tels qu’un arrêté préfectoral définit même une période de non-intervention. Du 15 mars au 31 juillet, tous travaux d’entretien, d’arrachage, d’élagage doivent être suspendus, afin de permettre à la faune sauvage de mener à bien sa saison de reproduction.

Mais à ce jour aucune réglementation ne permet une protection efficace des haies.

Cette campagne a donc pour objectif de démontrer que le linéaire de haie continue malheureusement à diminuer. Alsace nature espère ainsi sensibiliser les acteurs locaux  cet enjeu et montrer la mobilisation massive de la société civile sur le sujet.

Tuto sur comment effectuer un signalement

Décès de Jean-Jacques Rettig

Décès de Jean-Jacques Rettig

Nous avons eu la tristesse d’apprendre récemment le décès, lundi 19 février 2024, de Jean-Jacques Rettig, militant anti-nucléaire et membre du comité directeur d’Alsace Nature pendant de nombreuses années.

Il avait lutté contre la construction des centrales nucléaires le long du Rhin et avait fondé notamment le Comité pour la sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin (CSFR). Infatigable militant, il était ensuite de toutes les manifestations liées au nucléaire mais aussi actif au sein de notre mouvement associatif pour défendre tout ce qui est lié à la Nature et au Vivant.

Nous avons une pensée affectueuse pour sa famille et tous ses proches à qui nous présentons nos très sincères condoléances.

 

Voici le témoignage d’Axel Mayer, un de ses amis

« Jean-Jacques Rettig, né en 1937, était, avec Solange et Michel Fernex, l’une des grandes figures du mouvement écologiste et antinucléaire alsacien. L’ancien professeur de collège était déjà présent en 1974 lors de l’occupation du chantier contre l’usine chimique de Marckolsheim en Alsace, et il était également en première ligne lors de la protestation contre la centrale nucléaire de Wyhl. Le 17 juillet 1970, après la parution du premier article dans la « Dernière Nouvelle d’Alsace » sur la centrale nucléaire de Fessenheim, il a fondé avec trois familles une initiative citoyenne. En 1971, ils étaient déjà 1500, dont 150 Allemands. Quatre ans plus tard, ils étaient 15 000. Jean-Jacques milite depuis plus de 50 ans et il n’est « pas seulement » un opposant à la centrale nucléaire et un écologiste. C’était aussi un grand européen engagé et un humaniste. Depuis les premiers conflits écologiques dans le Rhin supérieur, il s’est engagé pour une Europe des hommes sans frontières.

Je me souviens de notre principal communiqué de presse commun de 2007, qui n’a été exploité nulle part par les journalistes. Ensemble, nous avions critiqué les projets très concrets du président français de l’époque, Sarkozy, d’exporter des centrales nucléaires françaises au président Kadhafi en Libye. Tout nouveau pays qui devient un État doté de l’arme nucléaire grâce à l’utilisation dite pacifique de l’énergie atomique est une catastrophe pour l’humanité. Il serait terrible qu’il y ait aujourd’hui des centrales nucléaires françaises en Libye, pays en guerre civile, et que les belligérants aient accès à des armes nucléaires et à des bombes sales.

Lorsque Jean-Jacques Rettig a participé à l’organisation de l’occupation du chantier contre une usine de plomb extrêmement polluante à Marckolsheim en 1974, c’était encore l’époque de la « bonne vieille destruction ouverte » et surtout visible de l’environnement et de son empoisonnement en France et en Allemagne. Les rivières étaient des cloaques malodorants, les enfants vivant à proximité des incinérateurs souffraient de pseudo-croup, les vaches mouraient de saturnisme dans les environs des usines d’eau de Javel. Les déchets nucléaires suisses étaient alors encore immergés dans la mer. C’était l’époque de l’après-guerre, ivre de technique et sans esprit critique, où l’on utilisait encore l’amiante sans retenue, malgré la connaissance des dangers par les entreprises.

Aujourd’hui, 50 ans après ces premiers conflits, l’air et l’eau sont devenus plus propres. On peut à nouveau se baigner dans nos ruisseaux. La centrale nucléaire de Fessenheim a enfin été arrêtée. L’électricité produite par le vent et le soleil est plusieurs fois moins chère que l’électricité produite par les nouvelles centrales nucléaires.
Ces succès pour l’homme, la nature et l’environnement ne sont pas tombés du ciel. Nous les devons à des personnes comme Jean-Jacques Rettig.

En ces jours de deuil, des jeunes et des moins jeunes manifestent avec Fridays for Future pour un monde durable et meilleur. Ils perpétuent son œuvre et son engagement. »

Axel Mayer, Mitwelt Stiftung Oberrhein, (ancien) directeur de BUND, comité directeur de TRAS
(connaît Jean Jacques depuis l’occupation du chantier en 1974 à Marckolsheim)

Témoignages sur Jean-Jacques Rettig : https://www.mitwelt.org/jean-jacques-rettig-antinuclaire-alsacien-et-militant-cologiste-ami-

Voir également : Fessenheim, de la lutte initiale à la fermeture, Article paru dans la revue Sortir du nucléaire n°85 – printemps 2020 : https://www.sortirdunucleaire.org/Fessenheim-de-la-lutte-initiale-a-la-fermeture

 

1973 – 2023 : Des images aux origines du mouvement écologiste en Alsace

1973 – 2023 : Des images aux origines du mouvement écologiste en Alsace

Les 07-08-09 JUIN 2023

Projections et conférences à Strasbourg sur l’Histoire du mouvement écologiste en Alsace depuis 1973

 

« En Alsace,la sensibilité écologiste fait partie intégrante de l’identité régionale. Dès les années 1960, de nombreuses associations de protection de la nature voient le jour. Ferment des luttes à venir, elles manifestent le fort attachement des habitant.e.s à leurs milieux naturels.
Dans les années 1970, la région rhénane est l’objet d’un vaste plan d’industrialisation. De chaque côté du Rhin se profilent d’importants projets d’usines et de centrales nucléaires qui se confrontent rapidement à une forte opposition des habitant.e.s.
Transfrontalières, ces luttes réunissent autant Français.e.s, Allemand.e.s que Suisses, faisant de l’Alsace un creuset du mouvement antinucléaire. Celui-ci s’organise politiquement en 1973 avec la création du premier parti écologiste français : Écologie et survie. »

À l’occasion de ses 50 ans d’existence, MIRA propose de mettre en avant les réalisateur.ice.s de ses collections qui se sont fait.e.s les témoins ou les acteur.ice.s de préoccupations environnementales, plus que jamais d’actualité.

Un événement organisé en partenariat avec l’Association Alsace Nature, l’Association Nature Ried Erstein, l’INA Grand Est et Europe Ecologie les
Verts – Alsace.
Un évènement organisé dans le cadre du projet Archives Capitales !
soutenu par l’État, la Région Grand Est, la Collectivité européenne d’Alsace et la Ville de Strasbourg dans le cadre du Contrat Triennal.

 

Voir le programme complet

Voir + d’infos sur le site de MIRA

 

 

 

 

Devenir Guide Nature : pourquoi pas vous ?

Devenir Guide Nature : pourquoi pas vous ?

Savoir reconnaître les essences d’arbres en forêt, connaître les particularités des différents grands milieux alsaciens, des montagnes vosgiennes aux rieds, se lancer à la poursuite des traces et indices de la faune, acquérir un savoir être et des compétences méthodologiques et pédagogiques pour accompagner des visites guidées avec des groupes etc. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur notre nature alsacienne fait partie de la formation des Guides Nature.

FLASH INFO :

La formation, dispensée par Alsace nature, célèbre cette année ses 30 ans d’existence.

Un programme festif organisé notamment par les guides des promotions précédentes, riche en visites guidées, sera proposé au grand public tout au long de l’année !

 

Lancement des recrutements 2023 et modalités pratiques

La formation des Guides Nature s’étale sur 2 ans, à raison d’un week-end par mois (du samedi 14h au dimanche 17h ; sauf août et décembre). Les promotions sont composées d’une vingtaine de personnes. Les recrutements viennent d’être ouverts, pour une « rentrée » qui aura lieu en septembre 2023. La date limite de réception des candidatures (CV + motivation pour la formation) est fixée au 15 juin 2023.

Le diplôme fédéral de Guide Nature n’est pas un diplôme professionnel. Il est la reconnaissance d’une compétence qui peut s’exercer par exemple dans un cadre bénévole associatif. Les intervenants sont des scientifiques, des enseignants, des naturalistes confirmés, des professionnels.

La formation est en partie subventionnée. Pour l’ensemble du programme de 2 ans il est demandé une participation financière réduite de 990 € (payable en plusieurs fois et hors coûts individuels de déplacement, de repas, d’hébergement, etc.)

L’objectif de la formation et le contenu

L’objectif de la formation est d’acquérir les connaissances techniques, pédagogiques et comportementales nécessaires pour être capable de concevoir, organiser et guider une visite guidée de sensibilisation à la nature et l’environnement. La formation est ouverte à toutes personnes intéressées par la protection de la nature et de l’environnement, sans restriction d’âge, de diplômes, ou de profession.

Cette formation privilégie les sorties de terrain et un apprentissage pratique des connaissances naturalistes et environnementalistes nécessaires. Une approche des grands concepts de l’écologie scientifique a été préférée à l’acquisition d’un savoir encyclopédique.

Les 20 week-ends de formation couvrent la majorité des milieux naturels alsaciens et des thématiques naturalistes, de manière à donner une vision la plus large possible aux stagiaires. Ils s’effectuent sur l’ensemble du territoire alsacien, en fonction de la thématique du week-end.

Modalités de candidatures

Adressez vos dossiers de candidature (CV + lettre de motivation) avant le 15 juin 2023
à Alsace Nature – 8 rue Adèle Riton 67000 STRASBOURG
ou par courriel à contact67@alsacenature.org.

Renseignements au 03.88.37.07.58.
Rencontre des candidats entre fin juin et début juillet.

Contact

François LARDINAIS – Coordinateur : contact67@alsacenature.org.

[Communiqué] Alsace Nature fête aujourd’hui ses 58 ans d’existence !

[Communiqué] Alsace Nature fête aujourd’hui ses 58 ans d’existence !

58 ans que les bénévoles d’Alsace Nature alertent sur le déclin puis l’effondrement de la biodiversité. 58 ans qu’ils jouent le rôle de sentinelles de la nature, et dénoncent la disparition des terres, les pollutions diverses… 58 ans qu’ils organisent des actions de sensibilisation auprès du public et des acteurs locaux… 58 ans qu’ils s’entendent dire que leur vision est celle d’extrémistes…

Et pourtant le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), publie  ce lundi 20 mars 2023, un 6e rapport alarmant sur le dérèglement climatique, confirmant ainsi l’acharnement d’Alsace Nature dans son combat quotidien pour la nature et le vivant.

Confortée par les experts du GIEC, Alsace Nature reste plus que jamais mobilisée sur l’ensemble des questions de conservation de l’environnement et de la conquête de la biodiversité.

Même si la tâche est difficile et qu’il faut sans cesse répéter, nous ne pouvons que mesurer le sursaut collectif nécessaire pour changer de paradigme.

Dans son rapport, le GIEC garde l’espoir qu’il reste une chance de limiter le réchauffement à 1,5 °C, à condition d’un sursaut international.

A chaque citoyen, aujourd’hui, de se mobiliser pour que cet espoir se concrétise. Pourquoi ne pas le faire aux côtés d’Alsace Nature ?