[Communiqué] Porcherie dans le Grand Est : l’inmontrable est autorisé

[Communiqué] Porcherie dans le Grand Est : l’inmontrable est autorisé

PHOTO L 214 – Les cages : un enfer pour les truies

 

La production régionale des porcs est déshumanisée

Le 29 septembre 2021 le Préfet de l’Aube a autorisé la SCEA de Promontval à Montsuzain et Ortillon à avoir 25 754 porcs en présence simultanée. L’intérieur de cette porcherie n’était pas montrable. Le reportage photographique dans le dossier soumis à enquête publique en juin 2021 laisse voir uniquement l’extérieur. Aussi, le Commissaire enquêteur écrit dans son rapport avoir visité le site, mais sans avoir pénétré dans les bâtiments. Il n’a donc pas vu les cochons. Mais il a donné un avis favorable à l’agrandissement. 13 emplois seraient pérennisés, donc chaque salarié produirait, en moyenne,  300 000 kg de viande par an et s’ « occuperait » quotidiennement de 2 000 animaux. C’est finalement L214 qui, en courageux lanceur d’alerte, nous fait découvrir toute la vérité. De son côté, FNE Grand Est avait déjà alerté les instances administratives et politiques avec un réquisitoire étoffé.

Télécharger ce réquisitoire – pdf

 

FNE Grand Est dénonce les procédures d’autorisation administratives des élevages industriels

Malgré les interrogations de l’Autorité Environnementale, l’autorisation d’agrandissement de la SCEA de Promontval a été accordée par le Préfet sans difficulté. Comment cela est-il possible, au vu des images de L214 ? C’est que la procédure d’autorisation des grands élevages, au titre des installations classées pour la protection de l’environnement, est totalement inadaptée, ce qui peut s’expliquer par le lobbying des filières et par le manque de moyens, l’incompétence ou la complicité administratives et politiques. Pourtant tout le monde est choqué par le résultat.

 

FNE Grand Est demande une profonde réforme des procédures qui encadrent les élevages intensifs

Il s’agit de mettre en œuvre tout ce qui n’est pas fait aujourd’hui :

  • La protection et le bien-être des animaux doivent être intégrés dans les procédures d’autorisation et dans le débat public comme un élément de haute priorité.
  • La consultation du public doit avoir lieu en amont du projet et permettre des modifications  substantielles.
  • Les systèmes d’élevage alternatifs doivent être discutés de manière ouverte et honnête.
  • L’étude d’impact doit inclure les impacts de la production des aliments pour les animaux, sur l’eau, l’air, les sols, la biodiversité, la santé. Cela inclut les engrais minéraux et les pesticides utilisés, l’impact sur le climat et la biodiversité. C’est une lourde erreur de se limiter à l’épandage des effluents d’élevage.
  • Les impacts cumulés avec d’autres élevages et émetteurs doivent être pris en compte.
  • La production doit être justifiée par des  véritables besoins alimentaires humains d’un point de vue de santé publique, et pas par des marchés aléatoires et du gaspillage.
  • Il faut montrer comment le projet tient compte de l’adaptation de l’alimentation humaine aux limites planétaires en matière de ressources et d’impacts, de terres disponibles, de biodiversité.
  • Cette adaptation doit être construite et accompagnée par un dialogue territorial, en amont des décisions d’implanter des élevages.
  • Les coûts environnementaux externalisés (supportés par la société et par les générations futures) doivent être rendus transparents.
  • Le principe Eviter-Réduire-Compenser doit s’appliquer à l’élevage par la réduction du nombre d’animaux et un haut niveau de bien-être dans un écosystème agricole préservé.
Observatoire participatif : enquête sur le hérisson – édition 2021

Observatoire participatif : enquête sur le hérisson – édition 2021

 

Vous avez été nombreux à nous faire part de vos observations de hérissons en 2019 (plus de 440 réponses reçues), et en 2020 (580 contributions). Merci à vous !

Alsace Nature, en partenariat avec les communes de Lingolsheim, Schiltigheim, Bischheim, Holtzheim, Hoenheim, Ostwald, La Wantzenau et Lampertheim, relance donc en 2021 l’enquête participative pour recenser les hérissons.

Alors qu’il se cache la journée sous des feuilles ou buissons pour se reposer, le Hérisson d’Europe (Erinaceus europaeus) est un animal nocturne qui consacre ses nuits à chercher sa nourriture composée de limaces, d’escargots, de vers, de divers insectes et larves ; c’est donc un allié précieux pour les jardiniers !

Il est normal de l’observer en ville où il trouve de la nourriture, moins de prédateurs et des éléments linéaires qui lui permettent de se déplacer et se réfugier comme des haies, des murets, des lisières. Mais il y est aussi plus exposé à certains dangers comme la circulation routière qui représente l’une des principales causes de mortalité des hérissons.

Cette opération de science citoyenne intervient dans le cadre d’un partenariat pour la mise en œuvre de la Trame verte et bleue au Nord et au Sud de l’Eurométropole de Strasbourg. Cette opération vise à préserver les continuités écologiques et la nature en ville. Ce projet est soutenu par l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse, la Région Grand Est et la DREAL Grand Est.

Pourquoi cette enquête ?

Le Hérisson d’Europe est une espèce familière et facilement reconnaissable mais il sait être discret par ses mœurs nocturnes. Malheureusement, il fait aussi partie des espèces les plus concernées par les collisions routières et il est aussi souvent victime de pièges involontaires pour la petite faune, de certaines pratiques au jardin (empoisonnement, tondeuse, …) et des pesticides.

Les observations de chacun permettront de compléter les connaissances sur l’espèce, de localiser et d’identifier les causes de mortalité pour mettre en place des solutions pour sa préservation.

Comment participer à l’enquête ?

Chaque observateur enregistre lui-même ses propres observations en ligne. C’est très simple, il suffit de suivre pas à pas les indications fournies en remplissant le formulaire. Tout le monde peut y contribuer, alors ouvrez l’œil en veillant surtout à ne pas les déranger ! Toutes les observations nous intéressent, que l’animal soit vivant …. ou malheureusement mort.

Accédez à l’enquête hérisson

Vous pouvez également télécharger la fiche Enquête et nous la renvoyer à l’adresse suivante : Alsace Nature 8 rue Adèle Riton 67000 Strasbourg

Toutes les observations réceptionnées seront comptabilisées et analysées, mais seules celles qui concernent les communes partenaires feront l’objet d’un rapport détaillé auprès des participants.

 

Si vous trouvez un animal en détresse, contactez le service médiation faune sauvage ou le centre de sauvegarde pour la faune sauvage le plus proche.

Pour toute urgence (et urgence uniquement), vous pouvez envoyer un mail à alsace.mediation@lpo.fr