9 octobre : Soutien Anne et Patrick Procès de l’Inaction Climatique Mulhouse

9 octobre : Soutien Anne et Patrick Procès de l’Inaction Climatique Mulhouse

 

Ensemble, dénonçons l’inaction climatique et sociale du gouvernement français le 9 octobre à Mulhouse à 7h50. Ce jour, 2 citoyens engagés passent en procès au tribunal suite au décrochage du portrait présidentiel visant à dénoncer le vide de la politique climatique du gouvernement.

Des militants climat en procès, risquant 1 an de prison et 15 000€ d’amende, alors que, dans le même temps, le gouvernement ne respecte pas ses engagements pris aux Accords de Paris visant un avenir soutenable pour tous les Français. Qui est le criminel ? Qui devrait être jugé le 9 octobre ?

Soyons nombreux le 9 octobre devant le tribunal pour dénoncer l’inaction climatique du gouvernement et soutenir Anne et Patrick, ces citoyen-ne-s mobilisé-e-s pour le climat et notre avenir à tous.

Ensemble faisons de ce procès le procès de l’inaction climatique du gouvernement ! Et d’ici là, voici comment nous pouvons dès maintenant contribuer :

➡️ Partageons massivement ! Soutien Anne et Patrick Procès de l’Inaction Climatique Mulhouse

➡️ Signons numériquement pour témoigner de notre soutien à Anne et Patrick en procès à Mulhouse en suivant ce lien : http://bit.ly/PROCES0910

➡️ Participons aux frais juridiques, d’impression d’affiches et autres en faisant un don ici http://bit.ly/09-10-2019

➡️ Renforçons les rangs le jour J ou dès maintenant pour mobiliser massivement autour du procès ! Précise tes compétences pour rejoindre cette joyeuse et belle équipe https://forms.gle/evYZBSjoZ9qqeFNH8

[TOUT LE PROGRAMME DU 9 OCTOBRE] —————————

🔴3 TEMPS FORTS : L’entrée de prévenus dès 7h50, la sortie des prévenus à 12h et la MARCHE à 14h avec prises de paroles et soutiens
Dès 9h des tables rondes et formations sur la désobéissance civile, la place de la politique face à l’urgence, le rôle des territoires pour un avenir soutenable
Dès 9h15 des animations adultes et enfants, Fresque pour le Climat
Dès 13h00 Direct de Nancy : Mobilisation pour l’entrée des 4 décrocheurs au tribunal de Nancy

🎵🎵🎵CONCERTS :
De 17h à 23h59 : des concerts gratuits au square de la Liberté puis aux Sheds à Kingersheim

🥖🍺 🥨BUVETTE ET RESTAURATION TOUTE LA JOURNEE (7h50 à 18h) :
1. En commençant par un petit-déj’ partagé dès 7h50,
2. Puis le repas avec notamment la rare et prisée 🍺 Bière des Décrocheu·r·se·s et les tartines paysannes des Amis de la Confédération Paysanne,
3. Et le goûter et ses délicieuses crêpes et gâteaux !

 

[conférence de presse] Alsace Nature rappelle sa position sur la Sortie des pesticides

[conférence de presse] Alsace Nature rappelle sa position sur la Sortie des pesticides

 

Dans le cadre de la consultation publique lancée par le gouvernement sur un projet de décret et d’arrêté relatifs « aux mesures de protection des personnes lors de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques à proximité des zones d’ habitation», Alsace Nature a développé son point de vue lors d’une conférence de presse le 25 septembre 2019.

Alors que le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, plaidaient pour instaurer une zone de « 3 à 5 mètres » entre zones traitées et les zones d’habitations, les associations environnementalistes ont soutenu la demande du maire de Langouët de mettre en place des bandes de 150 mètres. Contrairement à ce qu’affirme le ministre, définir une zone de + de 100 mètres sans pesticide ne constitue pas « une menace pour l’autonomie alimentaire française« .

Même si Alsace Nature soutient la demande d’une bande de 150 mètres, Anne Vonesch, vice-présidente de l’association estime qu’ « Il n’existe aucune preuve scientifique que ces distances protègent la santé des personnes« . D’autant plus que sur ces espaces sont préconisées « des chartes d’engagement disparates et incompréhensibles, qui n’ont aucune valeur contraignante. »

Pour se faire une idée plus précise, les représentants d’Alsace Nature ont examiné les étiquettes et les conseils d’utilisation des pesticides et herbicides actuellement sur le marché.

Concernant l’herbicide Casper (dicamba et prosulfuron), il y est écrit que « pour protéger les organismes aquatiques », il faut « respecter une zone non traitée de 5 m par rapport aux points d’eau » et « pour protéger les arthropodes et les plantes non-cibles », il faut « respecter une zone non traitée de 20 m par rapport à la zone non cultivée adjacente ». Quid des être humains alors ?

Anne Vonesch est stupéfaite par « les conditions et risques » apparaissant dans les données de vente de pesticides dans le département du Bas-Rhin.« Très toxique pour les organismes aquatiques, entraîne des effets néfastes à long terme. Mais aucune ZNT (zone de non-traitement) », peut-on lire en face du Belem (époxicona-zole), un insecticide. On découvre également que le fongicide pour betterave, Resonance, a été retiré du marché au printemps dernier.

Daniel Reininger, président d’Alsace Nature, considère que la sortie des pesticides est possible. « La solution vient de l’intérieur, des paysans eux-mêmes qui découvrent tous les jours qu’on peut produire sans« , D’ailleurs il ne s’agit pas d’incriminer les agriculteurs qui sont le plus souvent « des victimes » mais plutôt  le système qui conduit à industrialisation de l’agriculture et à l’utilisation de toujours plus d’intrants chimiques.

Contrairement à Didier Guillaume qui soutient que l’instauration d’un cordon de 150 m autour des habitations « serait la plus grosse artificialisation des terres jamais obtenue« , Alsace Nature réplique : . » Il ne s’agit pas de stériliser des terres mais de les flécher vers des productions bio, du maraîchage, des îlots de fraîcheur, des prés vergers… « . Cela représente une opportunité de mettre en place des ceintures vertes pour atténuer le changement climatique et améliorer le cadre de vie.

« Ces zones de non-traitement sont une opportunité et un levier pour changer de système. Il y a pléthore de solutions » conclut Anne Vonesch.

Pour plus d’informations, télécharger les documents :

position argumentée de FNE sur les bandes sans traitements

cruauté des tests sur animaux pour l’autorisation des pesticides position d’Alsace Nature dans le cadre de la consultation mise en place par le gouvernement

 

Voir aussi l’article des DNA paru le 26 septembre 2019 : 190926-POur AN la sortie des pesticides est possible – DNA 

 

22 octobre : Rassemblement devant le Parlement européen pour une autre Politique Agricole Commune

22 octobre : Rassemblement devant le Parlement européen pour une autre Politique Agricole Commune

Nos forêts et nos champs brûlent.
Pressurés, beaucoup de paysans et paysannes n’ont plus de quoi vivre décemment.
Le climat et la biodiversité sont en crise.
Chaque jour, des terres agricoles et des denrées alimentaires tombent entre les mains de spéculateurs et trop de fermes disparaissent.
La fertilité des sols et les ressources en eaux diminuent.
Les animaux sont élevés dans des conditions trop souvent indignes.
L’agrobusiness détruit notre planète et met en danger notre alimentation !

Une autre agriculture est possible et nécessaire ! Réagissons !📢

📌La réforme en cours de la Politique Agricole Commune (PAC) de l’UE doit être à la hauteur des défis que pose cette situation critique. La PAC doit être l’outil de la transition accompagnant l’ensemble des paysans et paysannes vers une agroécologie paysanne. C’est à dire une agriculture respectueuse de notre planète, du climat, des humains et des animaux, et de la souveraineté alimentaire de tous les peuples.

Nos politiques doivent soutenir celles et ceux qui produisent notre nourriture de manière locale et saine, préservent les ressources naturelles, et refusent de recourir à des fermes usines, à l’élevage industriel ou à des manipulations génétiques.

Le temps est compté !

Alsace Nature et de nombreuses ONG appellent à un grand rassemblement « pour une autre PAC » le 22 octobre 2019 devant le parlement européen

Rejoignez-nous pour défendre un modèle agricole et alimentaire juste, sain et durable et rappeler à nos politiques qu’il est temps d’agir.
Evénement co-organisé par Wir haben es satt et Pour une autre PAC dans le cadre des journées européennes d’actions « Good Food Good Farming ».

Départ de l’agroparade : Place de l’Université.
Rendez-vous dès 10h : marché paysan, animations pour les enfants.
Vous voulez venir à vélo ? Une Vélorution est organisée au départ d’Offenburg/Kehl (côté allemand du Rhin) à partir de 8h30. Lien vers l’événement :
https://www.facebook.com/events/399193707369245/

Plus d’infos sur https://pouruneautrepac.eu/strasbourg/

>>> ORGANISÉ AVEC <<<
Meine Landwirtschaft et Wir haben es satt

Alsace Nature et France Nature Environnement
LPO Alsace et LPO France
Union Nationale de l’Apiculture Française
Conférédation Paysanne du Grand Est et Confédération Paysanne
Bio Grand Est et FNAB – Fédération Nationale d’Agriculture Biologique
Les Amis de la Terre Côte d’Or et Les Amis de la Terre France
Welfarm
CIWF France
Les Amis de la Conf’ 88 et Les Amis de la Conf’
Colecosol Alsace Equitable et Commerce Equitable France
Ingénieurs sans frontières (ISF)

>>> Avec le soutien de <<<
Afac – agroforesteries
FADEAR
Mrjc Jeunes Ruraux
RENETA
Civam
Terre de Liens
Terre & Humanisme

Agir Pour l’Environnement
Conservatoires d’espaces naturels
Parcs naturels régionaux de France
Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme
Générations Futures
Greenpeace France
WWF-France

Bio Consom’acteurs
CMR
Générations Cobayes
MIRAMAP
Slow Food en France

Action-Aid Peuples Solidaires
Agter
Attac France (Officiel)
CFSI Comité Français pour la Solidarité Internationale
SOL

Nuages noirs au-dessus des forêts qui brûlent

Nuages noirs au-dessus des forêts qui brûlent

 

Alsace Nature a organisé un rassemblement à la Place Kléber à Strasbourg, le 7 septembre 2019, sous l’impulsion d’Anne Vonesch, responsable du thème agriculture pour Alsace Nature, avec Youth for Climate – Strasbourg (Jeunesse pour le climat).

La déforestation, est-ce une éternelle fatalité ? Pouvons-nous agir localement ? Comment ?

Dans l’émotion d’une incommensurable tristesse, c’est bien sur cette dernière question qu’Alsace Nature entend se mobiliser. Si ce rassemblement réussit son pari et fait émerger une suite constructive et opérationnelle, la première piste ouverte est celle des Plans-Climat-Air-Energie-Territoriaux (PCAET).

Mais place d’abord à nos amis boliviens et brésiliens, présents, exprimant leur désespoir, leur appel à l’aide. Pour la Bolivie, ce sont plus de 2 millions d’hectares partis en fumée, les animaux brûlés ou en errance à la recherche d’eau, pour souvent finir tués sur les routes. Les Boliviens appellent à une aide matérielle – les pompiers sont courageux mais manquent de moyens. Les citoyens boliviens la déclaration de « désastre national » pour faciliter l’aide internationale et que celle-ci ne fasse pas l’objet d’obstacles administratifs.

Le Président Evo Morales avait intégré la pachamama dans la constitution : un droit pour la nature. C’est beau. En contradiction flagrante avec ces droits, le décret suprême 3973 facilite les brûlis de la forêt dits contrôlés, or il suffit que souffle le vent pour que plus rien ne soit contrôlé. Ce décret autorise que jusqu’à 20 ha soient incendiés sans aucune étude d’impact ou contrainte particulière. Les citoyens boliviens demandent son abolition.


Quant au Brésil, l’exportation de soja et de viande bovine a été clairement incriminée.
Et voilà pourquoi cela concerne le réseau agriculture d’Alsace Nature et de FNE Grand Est :
L’Europe importe 17,6 Mt de tourteaux de soja dont 41 % du Brésil et 39 % d’Argentine ; et 14,9 Mt de graines de soja dont 32 % du Brésil et 60 % des Etats-Unis1. Pour la France, les importations de tourteaux s’élèvent en moyenne à 3,1 Mt de tourteaux de soja (dont 1,9 Mt en provenance du Brésil), 465 kt de tourteaux de colza et 920 kt de tourteaux de tournesol (2).
En 1961, la superficie de soja nécessaire au Brésil et en Argentine pour exporter vers l’UE était de 0,1 million d’hectares et presque entièrement situés au Brésil (99%). En 2008, la superficie de soja requise pour les exportations des deux pays vers l’UE était passée à 11,8 millions d’hectares, dont la majorité (53%) était située au Brésil (3).

L’industrie de la canne à sucre espère, avec le traité du Mercosur, pouvoir tripler ses revenus de l’export de sucre et d’éthanol (4).

Système agroalimentaire, système de transports, compétitivité mensongère et mortifère… tout est lié. Arrêtons d’importer du soja, du bioéthanol, de la viande bovine et des poulets issus de la déforestation (fût-ce avec l’implication de coopératives et d’entreprises françaises) !
Le groupe Avril (lié à la FNSEA) investit au Brésil. Les entreprises françaises ne se préoccupent pas, à part quelques frémissements, de la traçabilité du soja et négligent leur devoir de vigilance. FNE a publié une enquête aux résultats affligeants (5).

https://www.20min.ch/ro/news/monde/story/L-Afrique-br-le-aussi–et-c-est-pire-qu-en-Amazonie-10953132

25 à 35 % des gaz à effet de serre (6) émis chaque année sont dus aux feux de forêts, sur tous les continents.

Mais protéger le climat coûte beaucoup moins cher que de le laisser se réchauffer (7).
Sécuriser l’occupation des forêts par les peuples indigènes pourrait générer jusqu’à 10 000 $ par hectare en services écosystémiques. Ce serait une méthode ayant un meilleur rapport efficacité/coût que d’autres méthodes de capture et de stockage de carbone. (8)

Et enfin pour les pistes d’action :
La Stratégie contre la déforestation importée de la France comporte de bonnes idées, mais ne répond pas à l’urgence. Son objectif est de descendre à zéro déforestation importée pour 2030, et on a vu avec les pesticides ce que donne ce genre de stratégies où on commence avec des groupes de travail et des programmes pour convaincre les acteurs économiques et financiers – toutes choses essentielles et incontournables, certes, mais peu incisives face au business as usual.
Est-ce que les collectivités sont un échelon d’action pertinent ? Les hautes instances inefficaces leur refilent la tâche. Elles doivent élaborer des PCAET (Plan Climat Air-Énergie Territorial). Nous demandons que chaque PCAET intègre un volet sur l’abandon de la déforestation importée.
Les PCAET doivent être particulièrement attentifs sur le volet agricole.
Nous demandons aussi que nos collectivités s’impliquent dans la solidarité et dans l’aide envers les collectivités en Amazonie, en Afrique, …. pour les soutenir dans ce combat pour préserver les forêts et leur biodiversité, qui rendent des services indispensables à la survie des générations futures de l’humanité.

Nous avons vivement apprécié que Christel Kohler, adjointe au maire de Strasbourg, vienne nous rejoindre et nous transmette l’espoir que Strasbourg s’engage dans une telle solidarité.
Sollicitons des communautés de communes dans ce but. Participons activement à la construction des PCAET, pour agir sur la déforestation importée et créer des solidarités.
La question est aussi posée : est-ce que la demande des Boliviens à leur gouvernement peut être relayée par la France ?
Quant à Muttersholtz (capitale française de la biodiversité 2017)… cette commune est jumelée à la commune guyanaise et amérindienne de Camopi en plein Amazonie à la frontière du Brésil, donc en première ligne. Leurs problèmes sont surtout l’orpaillage et sa pollution, et le suicide des jeunes

1) Source : Commission européenne
2) Source : FranceAgriMer
3) Annelies Boerema, Alain Peeters, Sanne Swolfs, Floor Vandevenne, Sander Jacobs, Jan Staes and Patrick Meire, Soybean Trade: Balancing Environmental and Socio-Economic Impacts of an Intercontinental Market, 31 May 2016, https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0155222
4) https://www.renewablesnow.com/news/brazil-expects-huge-rise-in-sugar-ethanol-exports-to-eu-660445/
https://www.20min.ch/ro/news/monde/story/L-Afrique-br-le-aussi–et-c-est-pire-qu-en-Amazonie-10953132
5) https://www.fne.asso.fr/communiques/soja-et-d%C3%A9forestation-interpellation-des-entreprises-fran%C3%A7aises-de-la-grande
6) https://www.esa.int/Our_Activities/Observing_the_Earth/Copernicus/Sentinel-2/More_of_Africa_scarred_by_fires_than_thought
7) New Climate Economy https://newclimateeconomy.net/
8) CLIMATE BENEFITS, TENURE COSTS. The Economic Case For Securing Indigenous Land Rights in the Amazon. 2016, World Resource Institute

 

TELECHARGER cet article en pdf

 

Consultation publique ouverte sur la protection des riverains lors des épandages de pesticides

Consultation publique ouverte sur la protection des riverains lors des épandages de pesticides

Une consultation publique est ouverte aux Ministères de l’agriculture, environnement et santé, sur la protection des riverains lors des épandages de pesticideshttps://agriculture.gouv.fr/produits-phytosanitaires-mise-en-consultation-dun-nouveau-dispositif-de-protection-des-riverains

Les projets de décret et arrêté se trouvent ici :
http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/textes-decret_et_arrete_-riverains.pdf

France Nature Environnement et Alsace Nature sont depuis longtemps alertés sur le sujet et s’opposent
(1 – concerne le projet de décret) au principe de vouloir régler le problème par des « Chartes » départementales de bonnes pratiques, qui ne vont guère plus loin qu’une réglementation laxiste, qui sont élaborées par la profession agricole, qui doivent faire l’objet d’une ’concertation’ floue pour être signées par les ‘riverains’, et qui seront validées par le Préfet sur la base d’une réglementation permissive qui ne fait que ‘adapter’ les distances de non-traitement.
(2 – concerne le projet d’arrêté) aux distances de non-traitement proposées qui ne permettent pas de protéger les riverains.

NOUS VOUS INVITONS A REPONDRE A CETTE CONSULTATION TRES NOMBREUX

Vous trouverez ci-dessous notre analyse détaillée et des éléments d’informations pour répondre à la consultation :

ARGUMENTS pour participer à la consultation « 

20 et 21 sept. 2019 : Marches pour le CLIMAT

20 et 21 sept. 2019 : Marches pour le CLIMAT

  • VENDREDI 20 SEPTEMBRE 2019

GREVE MONDIALE POUR LE CLIMAT

Soutenons les jeunes qui se mobilisent. Si vous êtes disponibles, vous pouvez participer !

RDV à 13h, place Kléber à Strasbourg 
ensuite marche jusqu’au siège de l’Eurométropole

 

MARCHE POUR LE CLIMAT à COLMAR, 

RDV à 18h, place Rapp

 

  • SAMEDI 20 SEPTEMBRE 2019

MARCHE POUR LE CLIMAT – STRASBOURG

RDV à 13H45 Place de la République

Nous, citoyens et organisations de la société civile, ne devons pas relâcher la pression. Le changement climatique, et le système économique injuste qui le provoque, sont toujours bien présents. Les 20 et 21 septembre, mobilisons nous pour montrer notre immense force collective !

>>> PROGRAMME <<<
14h départ de la marche depuis la place de la République
16h arrivée de la marche place de la République : animation musicale et village associatif

Pour en savoir plus : https://www.facebook.com/events/1114703185396489/

Envie de venir en vélo ? Rejoignez la Vélorution pour le climat, l’environnement et la biodiversité en fin de cortège !
> https://www.facebook.com/events/745750352508820

 

MARCHE POUR LE CLIMAT –  MULHOUSE

RDV  15h square de la Bourse : 

INFOS : https://www.facebook.com/events/351564345737256/