[conférence de presse] Alsace Nature rappelle sa position sur la Sortie des pesticides

[conférence de presse] Alsace Nature rappelle sa position sur la Sortie des pesticides

 

Dans le cadre de la consultation publique lancée par le gouvernement sur un projet de décret et d’arrêté relatifs « aux mesures de protection des personnes lors de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques à proximité des zones d’ habitation», Alsace Nature a développé son point de vue lors d’une conférence de presse le 25 septembre 2019.

Alors que le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, plaidaient pour instaurer une zone de « 3 à 5 mètres » entre zones traitées et les zones d’habitations, les associations environnementalistes ont soutenu la demande du maire de Langouët de mettre en place des bandes de 150 mètres. Contrairement à ce qu’affirme le ministre, définir une zone de + de 100 mètres sans pesticide ne constitue pas « une menace pour l’autonomie alimentaire française« .

Même si Alsace Nature soutient la demande d’une bande de 150 mètres, Anne Vonesch, vice-présidente de l’association estime qu’ « Il n’existe aucune preuve scientifique que ces distances protègent la santé des personnes« . D’autant plus que sur ces espaces sont préconisées « des chartes d’engagement disparates et incompréhensibles, qui n’ont aucune valeur contraignante. »

Pour se faire une idée plus précise, les représentants d’Alsace Nature ont examiné les étiquettes et les conseils d’utilisation des pesticides et herbicides actuellement sur le marché.

Concernant l’herbicide Casper (dicamba et prosulfuron), il y est écrit que « pour protéger les organismes aquatiques », il faut « respecter une zone non traitée de 5 m par rapport aux points d’eau » et « pour protéger les arthropodes et les plantes non-cibles », il faut « respecter une zone non traitée de 20 m par rapport à la zone non cultivée adjacente ». Quid des être humains alors ?

Anne Vonesch est stupéfaite par « les conditions et risques » apparaissant dans les données de vente de pesticides dans le département du Bas-Rhin.« Très toxique pour les organismes aquatiques, entraîne des effets néfastes à long terme. Mais aucune ZNT (zone de non-traitement) », peut-on lire en face du Belem (époxicona-zole), un insecticide. On découvre également que le fongicide pour betterave, Resonance, a été retiré du marché au printemps dernier.

Daniel Reininger, président d’Alsace Nature, considère que la sortie des pesticides est possible. « La solution vient de l’intérieur, des paysans eux-mêmes qui découvrent tous les jours qu’on peut produire sans« , D’ailleurs il ne s’agit pas d’incriminer les agriculteurs qui sont le plus souvent « des victimes » mais plutôt  le système qui conduit à industrialisation de l’agriculture et à l’utilisation de toujours plus d’intrants chimiques.

Contrairement à Didier Guillaume qui soutient que l’instauration d’un cordon de 150 m autour des habitations « serait la plus grosse artificialisation des terres jamais obtenue« , Alsace Nature réplique : . » Il ne s’agit pas de stériliser des terres mais de les flécher vers des productions bio, du maraîchage, des îlots de fraîcheur, des prés vergers… « . Cela représente une opportunité de mettre en place des ceintures vertes pour atténuer le changement climatique et améliorer le cadre de vie.

« Ces zones de non-traitement sont une opportunité et un levier pour changer de système. Il y a pléthore de solutions » conclut Anne Vonesch.

Pour plus d’informations, télécharger les documents :

position argumentée de FNE sur les bandes sans traitements

cruauté des tests sur animaux pour l’autorisation des pesticides position d’Alsace Nature dans le cadre de la consultation mise en place par le gouvernement

 

Voir aussi l’article des DNA paru le 26 septembre 2019 : 190926-POur AN la sortie des pesticides est possible – DNA 

 

22 octobre : Rassemblement devant le Parlement européen pour une autre Politique Agricole Commune

22 octobre : Rassemblement devant le Parlement européen pour une autre Politique Agricole Commune

Nos forêts et nos champs brûlent.
Pressurés, beaucoup de paysans et paysannes n’ont plus de quoi vivre décemment.
Le climat et la biodiversité sont en crise.
Chaque jour, des terres agricoles et des denrées alimentaires tombent entre les mains de spéculateurs et trop de fermes disparaissent.
La fertilité des sols et les ressources en eaux diminuent.
Les animaux sont élevés dans des conditions trop souvent indignes.
L’agrobusiness détruit notre planète et met en danger notre alimentation !

Une autre agriculture est possible et nécessaire ! Réagissons !📢

📌La réforme en cours de la Politique Agricole Commune (PAC) de l’UE doit être à la hauteur des défis que pose cette situation critique. La PAC doit être l’outil de la transition accompagnant l’ensemble des paysans et paysannes vers une agroécologie paysanne. C’est à dire une agriculture respectueuse de notre planète, du climat, des humains et des animaux, et de la souveraineté alimentaire de tous les peuples.

Nos politiques doivent soutenir celles et ceux qui produisent notre nourriture de manière locale et saine, préservent les ressources naturelles, et refusent de recourir à des fermes usines, à l’élevage industriel ou à des manipulations génétiques.

Le temps est compté !

Alsace Nature et de nombreuses ONG appellent à un grand rassemblement « pour une autre PAC » le 22 octobre 2019 devant le parlement européen

Rejoignez-nous pour défendre un modèle agricole et alimentaire juste, sain et durable et rappeler à nos politiques qu’il est temps d’agir.
Evénement co-organisé par Wir haben es satt et Pour une autre PAC dans le cadre des journées européennes d’actions « Good Food Good Farming ».

Départ de l’agroparade : Place de l’Université.
Rendez-vous dès 10h : marché paysan, animations pour les enfants.
Vous voulez venir à vélo ? Une Vélorution est organisée au départ d’Offenburg/Kehl (côté allemand du Rhin) à partir de 8h30. Lien vers l’événement :
https://www.facebook.com/events/399193707369245/

Plus d’infos sur https://pouruneautrepac.eu/strasbourg/

>>> ORGANISÉ AVEC <<<
Meine Landwirtschaft et Wir haben es satt

Alsace Nature et France Nature Environnement
LPO Alsace et LPO France
Union Nationale de l’Apiculture Française
Conférédation Paysanne du Grand Est et Confédération Paysanne
Bio Grand Est et FNAB – Fédération Nationale d’Agriculture Biologique
Les Amis de la Terre Côte d’Or et Les Amis de la Terre France
Welfarm
CIWF France
Les Amis de la Conf’ 88 et Les Amis de la Conf’
Colecosol Alsace Equitable et Commerce Equitable France
Ingénieurs sans frontières (ISF)

>>> Avec le soutien de <<<
Afac – agroforesteries
FADEAR
Mrjc Jeunes Ruraux
RENETA
Civam
Terre de Liens
Terre & Humanisme

Agir Pour l’Environnement
Conservatoires d’espaces naturels
Parcs naturels régionaux de France
Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme
Générations Futures
Greenpeace France
WWF-France

Bio Consom’acteurs
CMR
Générations Cobayes
MIRAMAP
Slow Food en France

Action-Aid Peuples Solidaires
Agter
Attac France (Officiel)
CFSI Comité Français pour la Solidarité Internationale
SOL

[Communiqué] Plein-air-de-façade pour poules pondeuses

[Communiqué] Plein-air-de-façade pour poules pondeuses

Il faut réformer les procédures d’autorisation des élevages industriels.

Les cages-batteries devraient toutes être converties en élevages en plein air. Ce serait trop beau. Et ce serait encore mieux en l’absence de dérives.

En Alsace du Nord, 40 000 poules dites en plein air accèdent à l’essentiel de leur parcours… par une passerelle ! L’immense parcours présente quelques non conformités. Ni le législateur ni le consommateur ne peuvent se satisfaire d’un plein-air-de-façade qui bénéficie au mieux à un très petit nombre de poules (les plus téméraires), sans tenir suffisamment compte de la nature des poules.

Hélas, la procédure d’autorisation environnementale ne se prononce pas sur la protection animale. Les autorités pourtant compétentes ne semblent pas savoir si l’installation et l’étiquetage ‘plein air’ des œufs sont conformes, et demandent des instructions. Pourtant l’installation fonctionne avec l’accord du Préfet. Elle a été subventionnée. La distorsion de concurrence et la pression sur les prix sont dommageables pour les élevages qui pratiquent du plein air plus sincère.

Alsace Nature constate : les procédures d’autorisation et d’enregistrement des élevages industriels ont besoin d’être réformées.

DOSSIER

Plein-air-de-façade pour poules pondeuses. Comment des Préfets autorisent la dérive. Ce que la Région Grand Est soutient avec 1,35 M € et 99 999,89 €.

Télécharger le dossier – PDF

 

Règles non respectées pour des oeufs de poules élevées en plein air

Comment de tels élevages industriels peuvent-ils encore exister au 21 ième siècle ? Comment la souffrance de millions d'animaux peut-elle être tolérée par nos institutions ?Voici quelques éléments de réponse qui montrent à quel point les autorités ne font pas le nécessaire, y compris pour réprimer des fraudes graves, pour améliorer les conditions d'élevage des animaux.En Alsace comme ailleurs, des tricheries existent en ce qui concerne le bien-être animal et les consommateurs sont trompés.

Publiée par Alsace Nature sur Vendredi 15 février 2019

[Communiqué] Grand débat et bien-être animal : moins de mépris et plus d’efficacité !

[Communiqué] Grand débat et bien-être animal : moins de mépris et plus d’efficacité !

Un succès et des attentes

En novembre 2017, un colloque sur le bien-être des animaux d’élevage avait été organisé à Obernai par l’Etat  dans le cadre de la Conférence du Rhin supérieur qui est une instance transfrontalière tripartite (FR, DE, CH). C’était un beau succès, avec un fort intérêt tant de la part des professionnels que des ONG, et des échanges qui mettaient bien le doigt sur les besoins.

Exclusion des ONG

Les propositions du colloque étaient sensées remonter au Ministère et peut-être même à Bruxelles ! et surtout, il devait y avoir une suite. Hélas, cette suite prometteuse s’est faite attendre. Les ONG qui pourtant avaient contribué dans un esprit très constructif, en insistant sur l’indispensable viabilité économique du bien-être animal, ont été exclues (pas les agriculteurs !) des éventuelles discussions au sein de la Conférence du Rhin supérieur.

Evincement des questions prioritaires identifiées et sensibles

Résultat : une nouvelle journée sur le bien-être animal a lieu hier en Allemagne le 26 février 2019, consacrée uniquement à l’attache des vaches. Cette journée a été préparée sans associer les ONG. Le thème choisi préoccupe surtout les Allemands, qui semblent être confrontés à une demande de la part de la distribution de ne plus garder les vaches à l’attache.

Que deviennent les autres questions prioritaires identifiées en 2017 ? Aujourd’hui, les truies passent encore couramment plusieurs mois par an dans une cage où elles ne peuvent même pas se retourner. Chez les petits veaux les bourgeons des cornes sont brûlés au fer chaud générant une douleur extrême, alors qu’une anesthésie locale est parfaitement faisable, l’éleveur pouvant se faire accompagner par son vétérinaire. Les porcelets, ruminants et chapons sont castrés à vif. Les critères pour les aides de la Politique Agricole Commune dans la Région Grand Est comme ailleurs permettent de financer le meilleur et le pire en termes de systèmes d’élevage.

Moins de mépris et plus d’efficacité !

Comment les ONG pourraient-elles cautionner cette débandade face aux problèmes à prendre en charge?  En pleine phase de Grand Débat National, Alsace Nature met le doigt sur ce qui ressemble à un mélange de mépris et d’inefficacité de la part des pouvoirs publics et demande une réforme au niveau de la méthode, et de l’efficacité quant aux résultats sur le terrain. Assez de temps perdu !

Elevages intensifs, élevages soutenables ? Un débat constructif à Truchtersheim

Elevages intensifs, élevages soutenables ? Un débat constructif à Truchtersheim

171206-Affiche-soiree-Elvage-indus-TrefleOrganisée par le réseau Agriculture d’Alsace Nature, avec le soutien du groupe local Kochersberg, la soirée débat du 6 décembre sur la question des élevages intensifs a attiré une soixantaine de personnes, au Trèfle à Truchtersheim, dont une bonne partie d’agriculteurs du secteur.

Après une brève introduction de Maurice Wintz, pilote du groupe local, Anne Vonesch, responsable du réseau Agriculture d’Alsace Nature et membre du Bureau Européen de l’Environnement,  a présenté la question de l’élevage, à travers des extraits vidéo.

Sabine Trensz,  photographe qui a parcouru le Monde avec Pierre Mann, a fait part de son expérience et dénoncé les saccages faits à l’environnement et aux hommes pour favoriser une  agriculture intensive et productiviste à outrance. Par exemple, la monoculture de l’huile de palme a détruit des centaines de milliers de km de forêts tropicales, anéantissant du même coup la biodiversité et les cultures vivrières des paysans des pays concernés obligés de fuir vers les villes ou employés dans des conditions indignes pour la production de cette monoculture. Elle a insisté sur la responsabilité de chacun : nous sommes tous consommateurs et si nous souhaitons que les pratiques agricoles changent, nous devons aussi faire des choix de consommation différents.

Capture_moins-Mieux

Anne Vonesch, a enchainé par un argumentaire très documenté pour présenter des pistes de réflexion sur : « pourquoi il faut consommer moins de protéines

animales » et « Comment réussir à produire MOINS et MIEUX ?« , VOIR ICI la présentation

De nombreuses questions ont suivi, notamment de la part des éleveurs présents dans la salle, qui partageaient en grande partie le constat d’Alsace Nature mais qui ont fait part de leurs contraintes organisationnelles et financières.

La discussion s’est poursuivie autour du verre de l’amitié. Plusieurs agriculteurs ont exprimé leur satisfaction de pouvoir discuter de ces questions avec des membres d’Alsace Nature.

20171206_203124[1]
20171206_203115[1]
 

30 nov. 2017 : Soirée débat – 5 milliard pour transformer l'agriculture, pour en faire quoi ?

30 nov. 2017 : Soirée débat – 5 milliard pour transformer l'agriculture, pour en faire quoi ?

 
Participez à cette soirée-débat autour de 4 invités / thématiques :

– « Notre environnement c’est notre santé » – MM Braud, Réseau Environnement Santé
– « Produire sans pesticides » – Julien Scharsch, président Organisation Professionnelle de l’Agriculture Biologique
– « Concilier alimentation saine et responsable et budgets des ménages » – Edmond Wolff, Confédération Syndicale des Familles
– « Rendre viable une agriculture respectueuse du vivant » – Anne Vonesch, Alsace Nature, Bureau Européen de l’Environnement

au Caveau Couleau, Hotel de la Monnaie – 6 Rue de la Monnaie, 67120 Molsheim
à 20H
entrée libre, plateau
171130-débat-AGri-AV-Molsheim