[Communiqué] Plein-air-de-façade pour poules pondeuses

[Communiqué] Plein-air-de-façade pour poules pondeuses

Il faut réformer les procédures d’autorisation des élevages industriels.

Les cages-batteries devraient toutes être converties en élevages en plein air. Ce serait trop beau. Et ce serait encore mieux en l’absence de dérives.

En Alsace du Nord, 40 000 poules dites en plein air accèdent à l’essentiel de leur parcours… par une passerelle ! L’immense parcours présente quelques non conformités. Ni le législateur ni le consommateur ne peuvent se satisfaire d’un plein-air-de-façade qui bénéficie au mieux à un très petit nombre de poules (les plus téméraires), sans tenir suffisamment compte de la nature des poules.

Hélas, la procédure d’autorisation environnementale ne se prononce pas sur la protection animale. Les autorités pourtant compétentes ne semblent pas savoir si l’installation et l’étiquetage ‘plein air’ des œufs sont conformes, et demandent des instructions. Pourtant l’installation fonctionne avec l’accord du Préfet. Elle a été subventionnée. La distorsion de concurrence et la pression sur les prix sont dommageables pour les élevages qui pratiquent du plein air plus sincère.

Alsace Nature constate : les procédures d’autorisation et d’enregistrement des élevages industriels ont besoin d’être réformées.

DOSSIER

Plein-air-de-façade pour poules pondeuses. Comment des Préfets autorisent la dérive. Ce que la Région Grand Est soutient avec 1,35 M € et 99 999,89 €.

Télécharger le dossier – PDF

 

Règles non respectées pour des oeufs de poules élevées en plein air

Comment de tels élevages industriels peuvent-ils encore exister au 21 ième siècle ? Comment la souffrance de millions d'animaux peut-elle être tolérée par nos institutions ?Voici quelques éléments de réponse qui montrent à quel point les autorités ne font pas le nécessaire, y compris pour réprimer des fraudes graves, pour améliorer les conditions d'élevage des animaux.En Alsace comme ailleurs, des tricheries existent en ce qui concerne le bien-être animal et les consommateurs sont trompés.

Publiée par Alsace Nature sur Vendredi 15 février 2019

Elevages intensifs, élevages soutenables ? Un débat constructif à Truchtersheim

Elevages intensifs, élevages soutenables ? Un débat constructif à Truchtersheim

171206-Affiche-soiree-Elvage-indus-TrefleOrganisée par le réseau Agriculture d’Alsace Nature, avec le soutien du groupe local Kochersberg, la soirée débat du 6 décembre sur la question des élevages intensifs a attiré une soixantaine de personnes, au Trèfle à Truchtersheim, dont une bonne partie d’agriculteurs du secteur.

Après une brève introduction de Maurice Wintz, pilote du groupe local, Anne Vonesch, responsable du réseau Agriculture d’Alsace Nature et membre du Bureau Européen de l’Environnement,  a présenté la question de l’élevage, à travers des extraits vidéo.

Sabine Trensz,  photographe qui a parcouru le Monde avec Pierre Mann, a fait part de son expérience et dénoncé les saccages faits à l’environnement et aux hommes pour favoriser une  agriculture intensive et productiviste à outrance. Par exemple, la monoculture de l’huile de palme a détruit des centaines de milliers de km de forêts tropicales, anéantissant du même coup la biodiversité et les cultures vivrières des paysans des pays concernés obligés de fuir vers les villes ou employés dans des conditions indignes pour la production de cette monoculture. Elle a insisté sur la responsabilité de chacun : nous sommes tous consommateurs et si nous souhaitons que les pratiques agricoles changent, nous devons aussi faire des choix de consommation différents.

Capture_moins-Mieux

Anne Vonesch, a enchainé par un argumentaire très documenté pour présenter des pistes de réflexion sur : « pourquoi il faut consommer moins de protéines

animales » et « Comment réussir à produire MOINS et MIEUX ?« , VOIR ICI la présentation

De nombreuses questions ont suivi, notamment de la part des éleveurs présents dans la salle, qui partageaient en grande partie le constat d’Alsace Nature mais qui ont fait part de leurs contraintes organisationnelles et financières.

La discussion s’est poursuivie autour du verre de l’amitié. Plusieurs agriculteurs ont exprimé leur satisfaction de pouvoir discuter de ces questions avec des membres d’Alsace Nature.

20171206_203124[1]
20171206_203115[1]
 

30 nov. 2017 : Soirée débat – 5 milliard pour transformer l'agriculture, pour en faire quoi ?

30 nov. 2017 : Soirée débat – 5 milliard pour transformer l'agriculture, pour en faire quoi ?

 
Participez à cette soirée-débat autour de 4 invités / thématiques :

– « Notre environnement c’est notre santé » – MM Braud, Réseau Environnement Santé
– « Produire sans pesticides » – Julien Scharsch, président Organisation Professionnelle de l’Agriculture Biologique
– « Concilier alimentation saine et responsable et budgets des ménages » – Edmond Wolff, Confédération Syndicale des Familles
– « Rendre viable une agriculture respectueuse du vivant » – Anne Vonesch, Alsace Nature, Bureau Européen de l’Environnement

au Caveau Couleau, Hotel de la Monnaie – 6 Rue de la Monnaie, 67120 Molsheim
à 20H
entrée libre, plateau
171130-débat-AGri-AV-Molsheim

[Presse] Elevage à Steinseltz : Jugement incompréhensible – mais que cache l’élevage des poules ?

[Presse] Elevage à Steinseltz : Jugement incompréhensible – mais que cache l’élevage des poules ?

poulettes-cages
Par arrêté du 4 mars 2014 la ferme Schafbusch à Steinseltz à obtenu l’autorisation d’exploiter un élevage de 692 000 poulettes. Alsace Nature a demandé l’annulation de cette autorisation parce que la population et le préfet n’avaient pas été informés de l’importance et des impacts des émissions d’ammoniac, s’agissant d’un des plus grands émetteurs du Bas-Rhin. Ces émissions n’avaient pas été chiffrées, mais minimisés par quelques mentions faussement rassurantes. L’impact sur la santé publique des particules fines secondaires et l’impact des redépositions sur les milieux naturels sensibles environnants étaient passées sous silence. Ces émissions impactantes étaient assimilées aux nuisances olfactives ; or il s’agit d’impacts distincts.
Le 22 juin 2016 le tribunal administratif a rejeté la demande d’Alsace Nature. Ce rejet a été confirmé en appel le 26 octobre 2017. Alsace Nature est condamnée à payer 1 500 € à la Ferme Schafbusch.
 

Un jugement incompréhensible

Aujourd’hui les études d’impact chiffrent les émissions d’ammoniac, même lorsque l’élevage est dix fois plus petit que la Ferme Schafbusch ! Des jugements de 2012 et 2011 avaient annulé l’autorisation d’une porcherie à Zutzendorf et d’une autre à Printzheim estimant que les « les informations litigieuses étaient toutefois nécessaires à l’appréciation des effets directs et indirects de l’installation sur l’environnement et à l’information de la population et de l’administration ».
Les connaissances scientifiques et la vulgarisation des connaissances sur les impacts de l’ammoniac étaient largement acquises au moment de l’enquête publique de la Ferme Schafbusch.
Globalement, grâce aux efforts pour la qualité de l’air en Europe, les polluants atmosphériques ont nettement diminué – sauf l’ammoniac ! Pourtant son impact sur la santé publique, est responsable de morbidité et mortalité, en raison de la formation de particules fines secondaires. Suite au jeu des lobbies, la directive NEC impose à la France la modeste réduction des émissions d’ammoniac de 3 %. Il reste l’autre enjeu majeur : l’eutrophisation et d’acidification par la re-déposition de l’azote.
En passant du déni au financement public, l’élevage industriel fait ce qu’il veut !
La nécessité de réduire les émissions d’ammoniac est parfaitement reconnue. Pourtant elle n’a toujours rien d’obligatoire ! Mais l’Etat finance ! en l’occurence jusqu’à 50 % des équipements de réduction des émissions d’ammoniac ! 10 millions € sont prélevés, ou plutôt détournés, à cet effet du Fonds de financement pour la transition énergétique du Ministère de la Transition écologique.
Ce modèle du « pollueur-payé » est de la distorsion de concurrence en faveur d’élevages concentrationnaires dont la société ne veut plus, et dont nous n’avons pas besoin.

 
 
 
 

Rencontres 2017 du Collectif Plein Air

Rencontres 2017 du Collectif Plein Air

rencontre-collectif-plein-airLe Collectif Plein Air – dont le secrétariat est porté par Alsace Nature ! – s’est rassemblé sur une plage du Finistère, à Landunvez. C’était l’occasion d’une première rencontre nationale des associations qui s’opposent à des fermes-usines et sont favorables à élevages respectueux, en plein air.
De grandes associations, comme FNE, Eau et rivières de Bretagne, Bretagne vivante, Agir pour l’Environnement, étaient présentes pour soutenir les petites qui luttent courageusement dans leurs villages respectifs, à Landunvez, Heuringhem, Trebrivan, Chauvigny… etc. Plusieurs nouveaux groupements ou associations nous ont rejoint pour cette  rencontre.
Le combat et à la fois local et plus largement politique. Nous interpellons les candidats aux élections en leur demandant, en quelque sorte, de ne pas se faire avoir par certaines demandes en faveur de l’élevage industriel qui cfonce droit dans le mur. La seule politique pertinente est de combiner des mesures qui ensemble permettent d’assurer un revenu décent à des éleveurs qui élèvent moins d’animaux, mais beaucoup mieux, avec davantage d’emplois.
Le Collectif Plein Air a aussi écrit à la FNSEA qui tient son congrès national du 28 au 30 mars à Brest, pour lui demander d’accepter de produire moins mais mieux. Ce message a été largement relayé dans la presse.

VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=mQTLKRD8c5M&feature=youtu.be
 
 
COLLECTIF PLEIN AIR
 

Noël à Strasbourg : féérie vivante ou décorum mortifère ?

Noël à Strasbourg : féérie vivante ou décorum mortifère ?

Visuel vitrines de Noël CCI Alsace

Alors que le marché de Noël bat son plein, nous avons été particulièrement atterrés de découvrir les vitrines de la Chambre de Commerce et d’industrie (CCI), place Gutenberg. Pour faire la promotion des boules de Noël de Meisenthal, la CCI n’a pas trouvé mieux que d’exposer… des animaux empaillés.
Quelle image renvoi cette chambre consulaire auprès des millions de touristes qui visitent notre ville en cette période ? Quelle message diffuse-t-on avec une cigogne morte traditionnellement symbole vivant de l’Alsace ?
Chacun appréciera. Alsace Nature vous invite à donner votre avis sur la page Facebook  ou sur le compte twitter.