[GCO] APPEL à dénoncer l’écoblanchiment d’ARCOS/Vinci !

[GCO] APPEL à dénoncer l’écoblanchiment d’ARCOS/Vinci !

VINCI FAIT SON GREENWASHING SUR LE GCO ET PASSE OUTRE LES DECISIONS DE JUSTICE !

Ce week-end des voitures de collection ont roulé sur le GCO… Vinci & Co multiplient les opérations de communications pour faire la promotion de leur autoroute climaticide !

 

Pour Alsace Nature, la multiplication des opérations de Vinci est indécente et provocatrice.

  • Comment ARCOS a-t-il le droit de faire circuler des gens et organiser des évènements sur une route pour laquelle le Tribunal administratif a rejeté l’arrêté d’autorisation et demande des compléments d’études d’impact et de mesures compensatoires et ALORS QUE LA COUR d’APPEL de NANCY DOIT STATUER CETTE SEMAINE SUR L’OUVERTURE OU NON DE L’AUTOROUTE dès la fin des travaux. (le tribunal en première instance a notamment conditionné l’ouverture à la mise en oeuvre des études complémentaires)
  • Lors de leurs journées portes-ouvertes, ARCOS va jusqu’à proposer dans les lots à gagner de ses jeux concours la participation à un lâcher de Grand Hamster !! Cette instrumentalisation d’une espèce mise en danger par les projets d’urbanisation est sidérante et scandaleuse !
  • Que penser de la débauche de moyens de communication alors qu’ARCOS se plaint de ses difficultés financières si la cour d’appel valide la suspension de l’ouverture de l’autoroute tant que les études demandées par le tribunal ne sont pas disponibles ?
  • Nous estimons que la situation actuelle est de leur responsabilité et de celle de l’Etat qui, malgré les très nombreuses remarques que nous avons pu formuler, n’ont pas fait correctement leur travail concernant les études d’impact et sur les mesures compensatoires !

 

NOUS APPELONS TOUTES LES ASSOCIATIONS, COLLECTIFS, ELU·E·S et CITOYEN·NE·S qui nous soutiennent, à dénoncer ARCOS/VINCI dans son opération d’écoblanchiment et à BOYCOTTER les événements organisés par Vinci & Co sur le tracé du GCO

ET à donner votre avis sur cette autoroute destructrice, inutile, climaticide auprès de : contact-arcos@vinci-autoroutes.com

 


L’autoroute de Vinci ne sera jamais écologiquement vertueuse pour plusieurs raisons :

  • RAPPELONS QUE LE GCO A ETE IMPOSE !

Contre toute logique environnementale (7 avis négatifs d’organisme d’Etat), l’Etat a décidé de passer en force et d’imposer la construction du GCO en septembre 2018.

  • 11 Juillet 2017 : le Conseil National de Protection de la Nature (CNPN) formule un double AVIS DÉFAVORABLE sur le volet Vinci et Sanef du projet.
  • 15 décembre 2017 : le CNPN rend un deuxième AVIS DÉFAVORABLE
  • 21 Février 2018 : l’Autorité environnementale (Ae) rend un AVIS ACCABLANT pour ce projet (avis délibéré n° 2017-91).
  • 10 mars 2018 : l’Agence Française de la Biodiversité (AFB) rend un AVIS DÉFAVORABLE.
  • 25 juin 2018 : AVIS DÉFAVORABLE de la commission d’enquête sur le volet ARCOS.
  • 11 juillet 2018 : AVIS DÉFAVORABLE de la commission d’enquête sur le volet SANEF

 

  • LA CONSTRUCTION DU GCO, N’EN DEPLAISE A VINCI, EST UN DESASTRE ECOLOGIQUE

https://gcononmerci.org/vinci/gco-un-chantier-destructeur/

 

  • AUTOROUTE DU GCO : LA GRANDE ARNAQUE DES MESURES COMPENSATOIRES

 voir l’article sur Reporterre : « GCO la grande arnaque des mesures compensatoires »

 

Reportage par Thibault Vetter pour Reporterre

 

Projet de téléphérique au Mont Sainte Odile : nous restons vigilants

Projet de téléphérique au Mont Sainte Odile : nous restons vigilants

Que penser, quand aux détours d’une rue , lors du marché, la discussion s’engage avec un élu sur le projet Sainte Odile ? «  Il y une étude en cours, on n’a pas pris de décision! ».

En lisant les quelques pages (ironie) du projet de révision du scot du Piemont, à la page 267 du rapport de présentation :


« Au stade de la rédaction du diagnostic, les membres du comité de pilotage (collectivités territoriales, Evêché, Etat) ont décidé de réaliser une étude de faisabilité.

 

Cependant, l’hypothèse qui est retenue est de créer un transport téléporté et de réduire le nombre de places de stationnement au site. Il s’agira aussi de rendre le stationnement payant de sorte à ce que le TSP soit privilégié. Afin de rabattre les automobilistes vers le stationnement à Saint-Nabor, des panneaux judicieusement placés aux abords des routes accédant au site indiqueront le nombre de places restantes et des barrières seront alignées le long de la chaussée pour éviter les stationnements sauvages« 

Afin de montrer à nos décideurs que nous ne sommes pas dupes, nous avons lancé une pétition contre ce projet et démontrant son absurdité alors qu’il existe des solutions alternatives beaucoup moins impactantes pour la nature et certainement beaucoup moins chères.

De plus avec ce projet de transport par cables les élus souhaiteraient développer des activités nouvelles en totale opposition avec la motion prise par Alsace Nature lors de sa dernière Assemblée Générale, de ne pas transformer le massif vosgien en parc d’attractions

Si vous pensez que nos arguments sont recevables, nous vous engageons à signer la pétition ci-dessous et à la faire suivre à vos contacts.

SIGNER LA PETITION

Merci pour votre soutien

Le groupe local Alsace Nature – Piémont des Vosges et association Nature et Vie de Barr

 

Révision du SCOT Piémont des Vosges – Alsace Nature souligne le manque d’ambition dans la mise en oeuvre des objectifs de transition écologique

Révision du SCOT Piémont des Vosges – Alsace Nature souligne le manque d’ambition dans la mise en oeuvre des objectifs de transition écologique

Le projet de révision du SCOT du Piémont des Vosges a fait l’objet récemment d’une enquête publique. Alsace Nature a étudié le dossier et transmis ses remarques à Madame la Commissaire enquêtrice.

Alsace Nature a relevé, à la lecture du dossier soumis à enquête, l’intérêt porté aux objectifs, statistiques, et lignes de réflexion relatifs à la transition environnementale, au respect de la biodiversité et à la préservation des milieux naturels. Toutefois, nous déplorons le fort contraste existant entre ces objectifs, et les réalisations concrètes du SCOT qui sont loin d’être en adéquation. En effet, la consommation foncière reste très élevée, tout comme les projets d’infrastructures ayant un effet négatif sur le climat, la santé, et l’environnement en général.

 

Le premier écart majeur que nous soulignons est la consommation foncière.

Il nous apparaît comme essentiel de rationaliser à la fois la projection de l’augmentation de la population sur le territoire ainsi que la consommation foncière liée à l’habitat et aux services associés. Cet élément est structurant pour tout l’aménagement du territoire ainsi que sur l’impact humain sur l’environnement.

 

Concernant l’émission de GES, le SCOT ne présente que peu, voir pas, de données chiffrées.

Alors que la version initiale s’appuyait sur des données prises entre 2000 et 2013, elles n’ont pas été réactualisées pour cette version. L’absence de données concrètes sur ces émissions rend leur volonté de réduction abstraite et de l’ordre de vœux pieux.

 

De surcroît, les données existantes (2000 – 2013) soulignaient l’importance du trafic routier dans la part de production des GES du territoire 50%.

Or les mesures mentionnées dans les présents documents ne visent non seulement pas à réduire ce trafic, mais en plus risque de l’augmenter avec, entre autres, le projet routier d’Obernai –Lahr. Ce tronçon, augmentant le transit et la place de la voiture, n’est actuellement pas soutenu par les instances publiques (Département, Région). Pourquoi mettre cet élément urbanistique, polluant, non financé, au cœur du projet de structuration urbaine de ce territoire ?

De la même façon, l’accueil de plateformes logistiques sur le territoire, va générer mécaniquement une augmentation du nombre de véhicules circulant, et donc d’émission de GES. Le SCOT ne prévoit aucune limitation de ce genre d’infrastructures, ni de solution de réduction durable et importante du trafic de
marchandises comme d’humains.

 

Enfin, une partie non négligeable de la richesse environnementale du territoire se trouve dans les montagnes vosgiennes.

De plus en plus prisées par les amateurs de sports ou de paysages en nature, elles doivent néanmoins être préservées, aussi bien pour les objectifs de préservation environnementale et de biodiversité que pour conserver l’attrait du territoire. Aussi, Alsace Nature souhaite apporter une vigilance particulière à toute forme d’urbanisation de la forêt pour les loisirs.

Bien que la nature doit être accessible à tout le monde, elle doit également rester préservée pour qu’elle puisse être accessible aux générations à venir. Ainsi les diverses pistes de via ferrata, d’escalade, de trial ou de tyrolienne, sont des infrastructures qui impactent directement l’environnement que les adeptes de natures vont justement voir. Aussi, il nous semble essentiel de cadrer fortement l’ensemble de ces activités dans le présent document du SCOT, en ajoutant des limites – comme pour la consommation foncière – à l’urbanisation des loisirs en forêt.

Au cœur de cette problématique se trouve tout particulièrement le projet de téléphérique du Mt St Odile. Annoncé pour réduire les GES du tourisme du très visité couvent, ce projet aura un impact majeur sur l’environnement. Premièrement, l’impact sur les GES sera extrêmement faible par rapport au coût investi. Le projet n’interdit pas pour autant la circulation des véhicules, n’apportant ainsi aucune garantie sur une vraie réduction du trafic, et des différentes pollutions associées (sonore, air, impact environnemental,). Si rien
n’est encore précisé, nous savons que les options de projets de desserte par un transport en site propre sont posées et étudiées. Le projet de SCOT ne s’y oppose en tout cas pas. Dans une démarche de ménager la nature, nous demandons que soit étudié un mode de transport collectif utilisant au mieux les infrastructures existantes.

Deuxièmement, le trajet du projet passe au sein de la carrière d’Ottrot, qui est actuellement toujours sous APPB (Arrêtés Préfectoral de Protection de Biotope). Bien que les présents documents ne listent pas cet APPB, il est contradictoire avec l’ensemble des enjeux de protection de la biodiversité écrit dans le SCOT d’y faire passer un élément urbanistique aussi important. Il y a donc incompatibilités entre les objectifs annoncés et ce projet, qui ne peut être l’un des éléments structurant du développement du territoire comme il l’est actuellement.

 

Le présent document présente des éléments de réflexions allant dans le sens d’une vigilance à l’environnement et à la biodiversité, nécessaire à la vie humaine sur le territoire, mais sans pour autant les mettre en application pour les éléments urbanistiques majeurs, à savoir la consommation foncière, le suivi et la réduction des GES et les projets de développement comme le téléphérique du Mt St Odile.

Alors que le changement climatique devient une réalité perceptible par tous et que la prise de conscience de l’effondrement de notre biodiversité se répand, nous regrettons que le SCOT Piémont des Vosges, notamment dans les orientations portées par le Document d’Orientation et d’Objectifs ne soit pas plus ambitieux et opérationnel afin de préserver et de restaurer notre cadre de vie.

 

 

[Communiqué de presse] Vosges : dialogue oui, violence non

[Communiqué de presse] Vosges : dialogue oui, violence non

Suite à l’article paru dans les DNA le samedi 18 septembre 2021 intitulé « Un vététiste piégé par une planche cloutée » Alsace Nature tient à condamner fermement et sans ambiguïtés tous les actes mettant en danger la vie et l’intégrité physique d’autrui. Nous souhaitons un prompt rétablissement au vététiste blessé.

Les conflits d’usage qui semblent se multiplier illustrent bien que toutes les pratiques ne sont pas simplement compatibles entre elles, ni avec la biodiversité, et que si la montagne est à tous, tous les usages ne sont pas possibles sans conditions. Comme nous l’avons demandé lors de la conférence de presse du 3 septembre dernier, il est urgent que les collectivités se saisissent de cette question dans une perspective globale. Alsace Nature se tient prête à rencontrer les acteurs concernés afin de réduire les atteintes à la biodiversité, notamment dans les Réserves Naturelles et tous les secteurs sensibles des Vosges, mais aussi en nature ordinaire.

[Communiqué de presse] ALSACE NATURE quitte le Comité de Pilotage du Projet de Territoire de Fessenheim.

[Communiqué de presse] ALSACE NATURE quitte le Comité de Pilotage du Projet de Territoire de Fessenheim.

Alsace Nature s’était engagée dans le projet de territoire et notamment pour la création d’une zone d’activité (ECORHENA) parce que nous estimions nécessaire et responsable de participer à la revitalisation économique du secteur tout en préservant les richesses écologiques de la bande rhénane. A l’époque, nous aurions pu nous contenter d’applaudir la fermeture de la centrale nucléaire.

Le projet de Territoire se voulait un modèle d’innovation pour l’industrie et les énergies du futur, mais le projet d’EDF soutenu par l’Etat et les élus d’un Technocentre ou Val’m, c’est-à-dire d’une fonderie de déchets nucléaires est à notre  avis totalement incompatible avec cet objectif ambitieux.

En-dehors d’un futur gouffre économique, cette fonderie produira des rejets toxiques, nécessitera un trafic intense de convois exceptionnels (avec la mise au gabarit des voiries) et donc dégradera la qualité de vie des riverains. Elle sera en outre totalement contre-productive pour attirer (à proximité dans ECORHENA) des entreprises de pointe à priori moins génératrices de nuisances. Quel entrepreneur de ce type s’installerait à côté d’un haut-fourneau traitant des déchets radioactifs ? Mais visiblement les élus, toujours addicts au nucléaire sont pour le « en même temps » au risque de compromettre durablement l’avenir du territoire.

En outre, en tant qu’association anti-nucléaire, nous ne comptons pas faire la courte échelle au nucléaire qui essaie de revenir à Fessenheim par la fenêtre, alors qu’il a été sorti par la porte !

[Pétition] Pour la sauvegarde des collines de Sierentz

[Pétition] Pour la sauvegarde des collines de Sierentz

En 2015, toute tentative de discussion avec la municipalité ayant été veine, Alsace Nature, en soutien à l’association locale CAPS 68, avait déposé un recours contre le Plan Local d’urbanisme de la commune de Sierentz, pour protéger la vingtaine d’hectares de collines constituant un corridor écologique abritant des espèces particulièrement riches et sensibles .

Le tribunal administratif de Strasbourg avait annulé la délibération approuvant le PLU de la commune de Sierentz dans un jugement du 29 septembre 2015, en fondant sa décision sur l’incompatibilité de ce PLU avec les principes d’équilibre et de gestion économe de l’espace prévus par les articles L.110-1 et L.121-1 du code de l’urbanisme. (cf infos ICI)

Malheureusement, nous avons perdu en appel et le PLU a été rétabli.

Depuis, les collines de Sierentz, inestimable écrin de verdure, indispensable poumon vert, précieux réservoir de biodiversité, sont restées, durant toutes ces années, très convoitées par les promoteurs.

En tant qu’association de défense de l’environnement, CAPS 68 a affirmé sa présence sur le terrain et sensibilisé la population sur la richesse des collines, informé sur les fonctionnalités du réservoir de biodiversité et du corridor écologique, exercé une vigilance sur les atteintes à la nature.

En 2014, une pétition « Contre l’urbanisation future des collines et pour leur classification en Espaces Naturels Sensibles » a été lancée. Cette pétition comptant 1092 signatures et a été déposée en mairie de Sierentz le 17 mai 2021.

Toutes ces actions ont porté leurs fruits puisque la nouvelle municipalité a fait la promesse de réviser le PLU (Plan Local d’Urbanisme) en vue de classer 20ha de collines en Espaces Naturels Sensibles.

Hélas ce n’est pas suffisant !

En effet, un projet immobilier d’ampleur couvrant 2,5 ha dans les collines est actuellement à l’étude. L’artificialisation des sols ainsi que la densité de population générées par ce lotissement (maisons individuelles et collectifs), porteront un coup fatal au réservoir de biodiversité, au corridor écologique ainsi qu’à une importante station d’ornithogale penché, fleur rare classée sur la liste rouge des espèces protégées d’Alsace.

La menace est imminente, il y a urgence à agir. Nous avons besoin de vous !

Rendez-vous sur la page facebook du CAPS pour vous renseigner sur le sujet, découvrir nos actions et nous soutenir : https://www.facebook.com/caps68510

Signez à la nouvelle pétition du CAPS