Alsace Nature partenaire de l'association "les enfants de Tchernobyl" : Vente d’œufs de Pâques en bois peints

Alsace Nature partenaire de l'association "les enfants de Tchernobyl" : Vente d’œufs de Pâques en bois peints

150303-affiche-oeufs-enfants-TchernobylPour les 30 ans du début de la catastrophe, l’association humanitaire « LES ENFANTS de TCHERNOBYL » organise l’opération « 30 000 œufs pour les Enfants de Tchernobyl », une grande vente d’œufs en bois peints par des artistes d’Ukraine.
L’objectif est de dégager des ressources financières destinées à aider les enfants qui continuent de vivre en Ukraine, Bélarus et Russie dans les zones contaminées par les retombées radioactives de la centrale en 1986.
 

Point de vente à Alsace Nature

8, rue Adèle Riton 67000 STRASBOURG
Prix de vente : 3,50 € à l’unité
Chaque œuf est unique. (peinture à la main)
Vous pouvez trouver un point de vente près de chez vous !


Qu’est-ce qu’une pissanka ?

L’œuf de Pâques ukrainien ou Pyssanka renvoie aux traditions et croyances les plus anciennes – plus de 3000 ans avant J.C.
Pour l’homme primitif, l’œuf est source de vie, symbole du soleil et origine de la création. Il représente le triomphe de la vie sur la mort, le retour de la fécondité du printemps après la période du sommeil hivernal.

Une Pissanka (au pluriel, des Pissanki) est un oeuf magnifiquement décoré, servant de décorations traditionnelles pour les fêtes de Pâques en Ukraine.
Ceux que nous vous proposons sont fabriqués par des artisans ukrainiens et sont en bois, recouvert d’un décor associant l’usage de la teinture et de la cire.

Pourquoi commander des pissanki ?

Pissanki

Les bénéfices de cette 24ème édition permettront de financer, une nouvelle fois, les nombreux projets organisés ou soutenus en 2016 au profit des victimes en Ukraine, Russie et Bélarus de la catastrophe de Tchernobyl, en particulier l’accueil estival de près de 200 jeunes invités ukrainiens et russes dans des familles bénévoles membres de l’association.

FERMER FESSENHEIM en 2017 ou en 2037 ?

FERMER FESSENHEIM en 2017 ou en 2037 ?

 
Convergence pour dire NON au nucléaire
« FUKUSHIMA 11.03.2011 ; FESSENHEIM 11.03.2016 OU … 2037 ? »

En attendant l’accident majeur à Fessenheim, au Tricastin ou ailleurs, EDF s’enfonce dans sa course éperdue au profit (qui diminue !) sans prendre réellement en compte aucune réalité ni économique, ni environnementale, ni humaine. La catastrophe planétaire en cours – elle s’étend a à tout le Pacifique ‐ déclenchée à Fukushima il y a déjà 5 ans n’a toujours pas servi de leçon et est minimisée par les pouvoirs économiques et politiques.
Rien ne va plus ! Le Président Hollande ne fermera pas Fessenheim, avant 2017, contrairement à sa promesse. EDF réussit à lier la fermeture de la centrale alsacienne à la mise en service de l’EPR de Flamanville dont la date est sans cesse repoussée. Le « monstre » nucléaire veut de plus prolonger la durée des réacteurs à 50 voire 60 ans (Fessenheim, la plus vieille les aura en 20…37 !) alors que l’ASN met en cause la sécurité au‐delà de 40 ans et que même la Cour des Comptes rappelle qu’il faudra fermer 20 réacteurs avant 2025, pour respecter la loi de transition énergétique, qui promet 20% de « renouvelables » en 2025.
Mais EDF veut imposer sa « loi» à tout le monde, même si personne ne sait comment l’électricien va sauver AREVA de son état de faillite virtuelle, sauf en pompant les contribuables et les consommateurs.

Des militant‐e‐s du Collectif « Convergence des luttes en Alsace et ailleurs » seront présents sur la Place Kléber de 11h à 18h du 7 au 12 mars pour informer sur le risque nucléaire, avec notamment une Commémoration de Fukushima le 11 mars.

Une action anti-nucléaire en trois temps :
¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨
– Le 5 mars : LE NUCLEAIRE thème de la « Convergence »
https://www.facebook.com/events/999224493482081
– Stand du 7 au 12 mars sur la Place Kléber (cet événement)
https://www.facebook.com/events/1567028616948908
– Fukussenheim les 12 et 13 mars au Molodoï :
https://www.facebook.com/events/194127010939495
– organisé par Stop Fessenheim –
 
 

[Evénement] 12 et 13 mars – Fukussenheim au Molodoï

[Evénement] 12 et 13 mars – Fukussenheim au Molodoï

fukussenheim-thumb

Télécharger l’affiche en PDF

WEEK-END DE COMMÉMORATION DES 5 ANS DE FUKUSHIMA
LES 12 ET 13 MARS AU MOLODOÏ, rue du Ban de la Roche à STRASBOURG.
Bénéfices reversés à l’association Ganbalo qui vient en aide aux enfants de Fukushima
Alors… VENEZ NOMBREUX, avec vos copains, vos enfants, et votre grand-mère !!

AU PROGRAMME :

Samedi 12 : 19h – 3h
Soirée concert, tous les groupes, de la scène locale, jouent bénévolement, pour les enfants de Fukushima ! Venez les écouter et vous désaltérer, avec modération, au profit de Ganbalo ! Stands d’information de Stop F. et autres

  • Repercussions (Batucada)
  • Bal pygmée (Rock World déambulatoire)
  • Vox Copuli (Chanson française)
  • Backyard Folk Club (Folk)
  • Mony & the Hatmen (bluegrass)
  • Tedmo Festival (rock festif)
  • Joy & Glory (Pop folk)

Dimanche 13 : 12h 19h
Repas végan
Expo photos de Eric Schultz — voyage au Japon
Projection du film “A fade to Grey” de Lydie Jean-Dit-Panel
Conférence avec André Hatz, porte-parole de Stop Fessenheim
Café concert (sous réserve)

Recherche de familles d’accueil pour des enfants de Tchernobyl

Recherche de familles d’accueil pour des enfants de Tchernobyl

enfants-Tchernobyl-tractRecherche de familles d’accueil pour des enfants ukrainiens et russes invités pour la première fois en France durant 3 semaines en juillet et août 2016
Près de 30 ans après l’explosion du réacteur de Tchernobyl, l’association humanitaire alsacienne « Les Enfants de Tchernobyl » continue de présenter les preuves de la poursuite de la catastrophe et de l’intérêt des séjours en France des enfants de Tchernobyl.
Le 26 avril 1986, à 1h24, le réacteur n°4 de la centrale nucléaire Lénine de Tchernobyl explose. Plus de 29 ans plus tard, les habitants du nord de l’Ukraine, du sud de la Russie et du Bélarus sont contraints de vivre dans un environnement radioactif et, en raison d’une alimentation  contaminée, les radioéléments (et tout particulièrement le césium 137) s’accumulent, jour après jour, dans l’organisme des enfants. Les principaux responsables sont  les produits de la cueillette (baies, champignons…), de la chasse et de la pêche qui constituent une partie notable de leur régime alimentaire quotidien.
L’irradiation permanente de leurs cellules, en particulier celles du cœur, de la thyroïde et du cerveau, provoque d’innombrables lésions qui sont à l’origine de pathologies très graves, liées notamment à l’atteinte des défenses immunitaires et des organes vitaux. Les examens et travaux du professeur Youri Bandajevsky ont démontré une corrélation entre le taux de césium 137 accumulé dans l’organisme des enfants et les anomalies révélées par leurs électrocardiogrammes.
Le césium 137 n’existe pas à l’état naturel. Celui que l’on met en évidence ne peut provenir que des activités humaines : installations nucléaires, essais atmosphériques, pollutions et catastrophes nucléaires.
Une alimentation « propre » durant quelques semaines permet à ces enfants d’éliminer plus rapidement le césium radioactif contenu dans leurs organismes et donc de réduire les risques sanitaires. Pour cette raison, l’association française « Les Enfants de Tchernobyl », comme d’autres associations occidentales (en Allemagne, Italie, Espagne, Belgique, Irlande, mais aussi au Canada et aux Etats-Unis), invite chaque année des enfants qui continuent d’habiter sur des territoires contaminés par les retombées radioactives de Tchernobyl, à séjourner en été dans notre pays.
Durant leurs vacances françaises en 2015, les enfants ukrainiens et russes invités par l’association alsacienne « Les Enfants de Tchernobyl » ont réduit leur charge corporelle en césium radioactif de manière très importante (30% en moyenne ; 45,5% pour les enfants de Narodytchi) uniquement par une alimentation « propre ». Ces résultats sont remarquables et prouvent l’intérêt de ces projets.

Près de 30 ans après l’explosion, la catastrophe de Tchernobyl se poursuit.
L’association humanitaire « Les Enfants de Tchernobyl » lance un appel aux familles d’accueil bénévoles de 6 départements de l’est de la France : 25, 67, 68, 70, 88 et 90. Elle organisera en juillet et août 2016 l’accueil en France pour des séjours de 3 semaines d’enfants ukrainiens et russes originaires de ces régions. Les enfants sont issus de milieux défavorisés et sont sélectionnés par les soins de l’association en ce sens.
6>7 novembre 2015 : Ne tuons pas nos sous-sols !

6>7 novembre 2015 : Ne tuons pas nos sous-sols !

151107-convergence des Luttes-Stocamine-BureLe collectif Convergence des luttes en alsace et ailleurs (dont fait partie Alsace Nature) propose de faire un focus le week-end du 6 et 7 novembre sur cette thématique de l’enfouissement, en s’intéressant particulièrement aux exemples présents dans la région, en créant un pont entre le passé non assumé et le futur sinistre que l’on nous propose : à savoir entre le désastre de Stocamine dans le Haut-Rhin, et le projet pharaonique et insensé du centre d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure en Lorraine.
 
Vendredi 6 novembre à 20h au CARDEK : Une soirée est ainsi proposée autour du Film, « A Bure pour l’Eternité », un documentaire de 52 minutes, en présence d’un des deux réalisateurs Aymeric Bonneti. Le film décrit la lutte quotidienne des opposants qui n’a jamais faibli depuis les premières esquisses du projet dans les années 90, et s’attarde en particulier sur la Maison de la résistance, située au cœur du petit village de Bure.
 
Samedi 7 novembre de 11h à 17h : RDV place Kléber au stand « convergence » pour discuter avec les représentants des opposants du collectif « Destocamine » et de la maison de Bure.
A 13h30 : Prise de parole et point presse.
Concert par les « Bure Haleurs »