Observatoire participatif – Enquête sur le hérisson

Observatoire participatif – Enquête sur le hérisson

 

Impossible à confondre, vous avez certainement déjà croisé la route de ce petit mammifère qui porte des piquants sur son dos, le Hérisson d’Europe (Erinaceus europaeus) ! L’un d’eux s’est d’ailleurs peut-être installé dans votre jardin ou votre cour et y a ses petites habitudes.

Alors qu’il se cache la journée sous des feuilles ou buissons pour se reposer, le hérisson est un animal nocturne qui consacre sa nuit à chercher sa nourriture composée de limaces, d’escargots, de vers, de divers insectes et larves ; c’est donc un allié précieux pour les jardiniers !

Il est normal de l’observer en ville, où il y trouve de la nourriture, moins de prédateurs et des éléments linéaires qui lui permettent de se déplacer et se réfugier comme des haies, des murets, des lisières. Mais il y est aussi plus exposé à certains dangers comme la circulation routière qui représente l’une des principales causes de mortalité des hérissons.

Pourquoi cette enquête ?

Le hérisson d’Europe est une espèce familière et facilement reconnaissable mais il sait être discret par ses mœurs nocturnes. Malheureusement, il fait aussi parti des espèces les plus concernées par les collisions routières et il est aussi souvent victime de pièges involontaires pour la petite faune, de certaines pratiques au jardin (empoisonnement, tondeuse, …) et des pesticides.

Les observations de chacun permettront de compléter les connaissances sur l’espèce, de localiser et d’identifier les causes de mortalité pour mettre en place des solutions pour sa préservation.

 

Comment participer ?

Chaque observateur enregistre lui-même ses propres observations en ligne. C’est très simple, il suffit de suivre pas à pas les indications fournies en remplissant le formulaire. Tout le monde peut y contribuer, alors ouvrez l’œil en veillant surtout à ne pas les déranger ! Toutes les observations nous intéressent, que l’animal soit vivant …. ou malheureusement mort.

 

Accès enquête hérisson

 

Cette enquête est réalisée avec le soutien des communes de Schiltigheim et de Lingolsheim. Toutes les observations réceptionnées seront comptabilisées et analysées, mais seules celles qui concernent ces deux communes feront l’objet d’un rapport détaillé auprès des participants.

Les 22 et 23 juin : Participez aux 24H de la biodiversité !

Les 22 et 23 juin : Participez aux 24H de la biodiversité !

Les 24h de la biodiversité ont 10 ans !
Comme chaque année depuis 2010, les naturalistes de la région se rassemblent sur un secteur donné et notent toutes les espèces qu’ils rencontrent, sur une période de 24h, qu’il s’agisse d’oiseaux, de mammifères, d’insectes, de plantes…
Ces inventaires permettent d’améliorer notablement notre connaissance de la biodiversité locale, d’élaborer un outil de planification urbaine et de sensibiliser aux enjeux de cette biodiversité.
Cette année, c’est à Zilisheim, au sud de Mulhouse que se déroulera la rencontre. Vous avez des connaissances naturalistes et souhaitez y participer ? Inscrivez-vous dès à présent !
https://www.odonat-grandest.fr/edition-2019-24h-de-la-biodiversite/
Stocamine : la rapporteure publique demande le rejet des arguments d’Alsace Nature et des autres requérants

Stocamine : la rapporteure publique demande le rejet des arguments d’Alsace Nature et des autres requérants

Mercredi 15 mai 2019, se tenait, au tribunal administratif de Strasbourg, l’audience sur le recours porté par Alsace Nature, la région Alsace, le département du Haut-Rhin, et une association de consommateurs, contre l’arrêté préfectoral qui prescrit l’enfouissement définitif de déchets ultimes à Wittenheim.

Ces déchets placés dans une ancienne mine de potasse par StocaMine menacent la plus grande nappe phréatique d’Europe qui alimente 7 millions de personnes en eau potable.

La rapporteure publique a proposé ce mercredi au tribunal administratif de Strasbourg de rejeter les requêtes formulées par les requérants.

Selon le journal l’Alsace, « Elle a d’abord justifié le rejet des requêtes des trois collectivités publiques au motif que celle déposée par Wittenheim était « tardive » et que le Département et la Région n’avaient pas d’intérêt à agir dans le dossier. Elle a par ailleurs écarté les uns après les autres les arguments avancés par Alsace Nature sur les insuffisances supposées des études d’impact. Les avocats de la Région et du Département ont défendu l’intérêt à agir des deux collectivités dans la mesure où elles ont des compétences en matière de déchets et d’eau. »

voir l’article de l’Alsace publié le 16 mai 2019 : https://www.lalsace.fr/actualite/2019/05/15/stocamine-les-requetes-contre-l-arret-prefectoral-enterrees

Maitre Zind, avocat d’Alsace Nature, insiste lui sur les « insuffisances substantielles » dans le dossier et « la remise en cause du principe de réversibilité ».  (voir vidéo ci-dessous)

Yann Flory, du collectif Destocamine, réagit à la sortie du tribunal : « Ce qui m’a frappé durant cette audience, c’est qu’on a un procès État contre collectivités, État contre population, État contre patrimoine naturel, en l’occurrence la nappe phréatique... »

Le décision a été mise en délibéré le 5 juin prochain.

 

[découverte de la semaine] L’Alyte accoucheur (Alytes obstetricans) ou crapaud accoucheur

[découverte de la semaine] L’Alyte accoucheur (Alytes obstetricans) ou crapaud accoucheur

 

L’Alyte accoucheur est assez petit : il mesure environ 5 centimètre de long ! Son dos est tacheté de brun et de noir alors que son ventre est gris parsemé de blanc crème. Il possède un museau pointu et de gros yeux aux iris dorés percés de pupilles verticales.

L’Alyte accoucheur vit à proximité des points d’eau calme : flaques, mares, étangs ou encore rivières à très faible débit (et sans poissons car ceux-ci mangeraient ses têtards). On retrouve cette espèce à toutes les altitudes dans l’ensemble des régions de France métropolitaine.

Les adultes passent le plus clair de leur temps à l’affût dans un trou, sous des cailloux ou dans le tunnel qu’ils auront construit grâce à leurs puissantes pattes avant. Les pattes de ce crapaud sont courtes mais larges et sans palmures ce qui lui permet de creuser des galeries sans grande difficulté dans les sols meubles.

L’Alyte accoucheur évite la mauvaise saison en hibernant dans son terrier entre le mois d’octobre et le mois de mars. Pendant sa période d’activité, et lorsque les conditions sont propices (les jours de pluie ou la nuit), il part à la chasse ! Son repas peut se composer d’insectes, de petits invertébrés, de limaces ou d’araignées mais aussi parfois de têtards.

En montagne la période de reproduction commence fin juin – début juillet alors qu’en plaine, elle s’étend de la fin de l’hibernation, au mois de mars, jusqu’au mois d’août. Les mâles sont territoriaux et attirent les femelles avec leurs cris caractéristiques comparables à une note de flûte à bec !

La femelle peut pondre plus de cinquante œufs enveloppés d’une gangue externe. Le nom de « crapaud accoucheur » vient du fait que le mâle participe à l’accouchement en stimulant la femelle par la friction du cloaque : un orifice unique pour les excrétions (fèces, urine) et la reproduction. Une fois les œufs récupérés par le mâle, celui-ci va les féconder et les placer entre ses pattes arrière. Un mâle peut ainsi porter jusqu’à 3 pontes de femelles différentes !

Un autre trait caractéristique de cette espèce est que les œufs se développent hors de l’eau. Le père est particulièrement attentionné, il protège ses œufs de la déshydratation en les gardant dans son terrier en journée et les humidifie quotidiennement. Après 3 à 8 semaines de développement, les œufs sont prêts à éclore, l’adulte les place dans un point d’eau calme où les têtards pourrons sortir et trouver de quoi se nourrir : des algues et du biofilm (couche de micro-organismes recouvrant les cailloux dans l’eau).

La durée du stade larvaire varie fortement en fonction de l’altitude : en plaine, la métamorphose en petit crapelet se fait au début du printemps, environ 6 mois après l’éclosion. Pour les individus vivant en altitude (au-delà de 2000 mètres), cette transformation n’a lieu que 7 ou 8 ans après l’éclosion !! Il n’est pas étonnant de constater que les têtards de cette espèce sont les plus gros retrouvés en altitude au vu de cette période de développement extrêmement longue.

En montagne, une conséquence de la latence importante avant la métamorphose des larves est que les modifications du milieu (assèchement, pollution de l’eau ou introduction de prédateurs) influencent fortement la survie des têtards. De plus, les Alytes ne sont pas nombreux en altitude avec généralement moins de 10 mâles par population.

Cela explique que l’Alyte accoucheur est une espèce protégée en France, il y a donc une gestion piscicole adaptée dans les zones où elle est présente ainsi que des opérations de renaturation des milieux propices à son développement.

Depuis quelques années, un champignon pathogène du genre Batrachochytrium fait des ravages chez les amphibiens. Ce mycète perturbe la métamorphose des têtards de beaucoup d’espèces et occasionne de lourdes pertes chez l’Alyte (jusqu’à 80% des individus à certains endroits). L’apparition de ce champignon dans les régions où vit le crapaud accoucheur pourrait être liée au réchauffement climatique. Cela pourrait compromettre la survie de l’espèce, particulièrement en montagne (le pathogène est moins agressif en plaine). Comme tout être vivant, l’Alyte accoucheur souffre également de la fragmentation et de la destruction de ses habitats.

En plaine, les individus de cette espèce ont une espérance de vie faible avec une espérance de vie généralement comprise entre 5 et 10 ans. En altitude, leur rythme de vie est très lent : seulement 4 mois de vie active par an au-delà de 2300m. Cette vie « au ralentit » permet néanmoins aux individus vivant en montagne d’atteindre un âge considérable, certains tiennent jusqu’à 30 ans ! Mais l’espérance de vie moyenne des crapauds en altitude tourne plutôt autour des 15 – 16 ans.

 

Photo :

http://www.naturephoto-cz.com/common-midwife-toad-photo-14469.html  © Jiri Bohdal

 

https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/197

http://www.pyrenees-parcnational.fr/fr/des-connaissances/le-patrimoine-naturel/faune/crapaud-accoucheur

https://www.myrmecofourmis.fr/Le-crapaud-accoucheur-Alytes-obstetricans

https://www.pratique.fr/crapaud-crapauds.html

https://www.ville-bourges.fr/site/environnement_crapaud-accoucheur-

https://fr.wikipedia.org/wiki/Alyte_accoucheur

La mobilisation contre les pesticides se poursuit – prochains rassemblements « Coquelicots »

La mobilisation contre les pesticides se poursuit – prochains rassemblements « Coquelicots »

Depuis plusieurs mois déjà les rassemblements « nous voulons des coquelicots » s’organisent un peu partout en France et aussi en Alsace, chaque 1er vendredi de mois.

Les pesticides sont des produits destinés à tuer et de nombreuses études montrent leur dangerosité pour la santé humaine, la qualité de l’eau et la biodiversité.

Montrons que la grande majorité de la population souhaite passer à autre chose : il est possible de s’en passer, les communes ont arrêté leur usage, les agriculteurs bios aussi, allons plus loin en demandant aux pouvoirs publics de prendre les mesures visant à l’interdiction rapide de ces produits nocifs et à la mise en place d’alternatives. 

Si vous ne l’avez pas encore fait, vous pouvez signer l’appel en ligne : https://nousvoulonsdescoquelicots.org/

Les prochains rassemblements auront lieu le 5 avril 2019 :

Dans le Bas-Rhin :

 

Dans le Haut-Rhin :

 

et le 6 avril 2019

à St-Louis : de 9h à 11h – A l’Atelier – Place Georges Gissy : https://www.facebook.com/coquelicots.Saint.Louis/

 

[Communiqué de Presse] Sentinelles de la nature : une nouvelle application mobile pour protéger l’environnement

[Communiqué de Presse] Sentinelles de la nature : une nouvelle application mobile pour protéger l’environnement

Journée mondiale de la biodiversité le 22 mai, journée mondiale des geeks le 25 mai : deux excellentes occasions pour télécharger la toute nouvelle application « Sentinelles de la nature ». Avec elle, participer à la protection de l’environnement devient (presque) un jeu d’enfant. Grâce à cette appli, France Nature Environnement et ses associations fédérées complètent le site sentinellesdelanature.fr, une plate-forme numérique de signalement des atteintes à la nature et des initiatives favorables à l’environnement.

Un site et une application pour une action citoyenne environnementale

Qui ne s’est pas senti un jour démuni en découvrant de ses yeux une décharge sauvage, une destruction de zone humide ou encore un cours d’eau pollué ? Qui n’a jamais voulu faire connaître au monde entier la belle idée en faveur de la nature et l’environnement développée à côté de chez elle ? Avec le projet Sentinelles de la Nature, chacun dispose désormais d’un moyen d’agir facilement en quelques clics. Le site sentinellesdelanature.fr et son application mobile fraîchement lancée (disponible sur Google Play et Apple Store) permettent de signaler des actions favorables à l’environnement et des dégradations environnementales, mais également d’agir main dans la main avec les autorités compétentes et les associations du mouvement France Nature Environnement pour prévenir ou résorber ces atteintes.

Comment agir sur le territoire ?

Le site internet et l’application des Sentinelles de la nature permettent aux utilisateurs de contribuer à la préservation de la planète en signalant directement les atteintes ou initiatives favorables à l’environnement sur une carte participative. Ces informations sont transmises aux référents associatifs de la région pour revue et éventuelle proposition d’action lorsqu’il s’agit d’une atteinte à l’environnement. Le but : prévenir et résorber les atteintes à l’environnement et faire connaître des initiatives positives.
Les citoyens deviennent alors « Sentinelles » et peuvent, grâce à un système de suivi, connaître l’état d’avancement des démarches entreprises et modifier leur signalement en apportant par exemple de nouveaux éléments. Les « Sentinelles » qui le souhaitent peuvent donc rester des contributeurs actifs pour mettre fin aux atteintes à l’environnement.

Les Sentinelles de la nature : un projet fédéral de grande ampleur

La petite graine ne cesse de croître. Né en Auvergne Rhône Alpes, à l’initiative de la FRAPNA, puis de la FRANE, le projet a été repris par France Nature Environnement pour le déployer à l’échelle nationale. 9 Fédérations régionales associatives, qui couvrent différents territoires, ont aujourd’hui rejoint le projet : l’Auvergne-Rhône-Alpes, la Bourgogne Franche-Comté, la Bretagne, le Grand Est, le Limousin et la Normandie. Cet outil permet au mouvement France Nature Environnement de renforcer sa veille écologique en sensibilisant et mobilisant largement les citoyens et les acteurs du territoire. Gratuit et sans publicité, l’initiative embrasse la volonté collective, toujours plus prégnante dans notre société, d’agir concrètement pour l’environnement.
« Agir pour un monde vivable passe par des actions à tous les niveaux. Contribuer à révéler des irrégularités ou mettre en valeur des initiatives favorables est particulièrement important pour la préservation de notre environnement. L’application Sentinelles de la nature permet à chacun, en quelques clics, de devenir acteur d’un environnement plus sain et d’une nature plus belle, près de chez soi ou sur son lieu de vacances. A l’aide de cet outil, le temps est venu pour les hommes et femmes de bonne volonté de se prendre en main et de construire ensemble une vigie collective et citoyenne au service d’un avenir désirable », précise Arnaud Schwartz, pilote du projet au sein de France Nature Environnement.