Fessenheim : bientôt la fermeture mais le combat continue !

Fessenheim : bientôt la fermeture mais le combat continue !

Mardi 30 juin 2020, le deuxième réacteur de la centrale alsacienne sera débranché, quatre mois après le premier réacteur (débranché le 22 février 2020), ce qui signifie l’arrêt définitif de la plus vieille centrale nucléaire de France.

Interrogés par l’AFP, Daniel Reininger, président d’Alsace Nature,  André Hatz, président de l’association Stop Fessenheim et Jean-Marie Brom de Stop Transports-Halte au nucléaire donnent leurs points de vue.

 

C’est une première victoire pour les militants anti-nucléaires mais “le combat contre le nucléaire en comporte plusieurs“, prévient Daniel Reininger. André Hatz,  qui a milité pendant 40 ans pour sa fermeture confirme : “Clairement, le combat ne s’arrêtera pas là“.

La suite concerne le démantèlement de la centrale, qui ne devrait pas s’achever avant 2040. La question qui inquiète les militants et associations est le stockage des  combustibles nucléaires, qui restent hautement radioactifs. Il est prévu de les entreposer à Fessenheim dans des piscines de refroidissement, avant d’être évacués à l’été 2023 vers le centre de traitement du combustible nucléaire usé de La Hague (Manche). Mais d’ici cette date, les risques d’accident restent nombreux, ce qui inquiète vivement les associations.

André Hatz, en effet, estime que les combustibles “vont séjourner dans des piscines non sécurisées”, notamment du fait de l’absence de groupes électrogènes à moteur diesel d’ultime secours (DUS). Malgré les propos d’EDF qui affirme être capable de maitriser la situation en cas d’accident, les opposants rappellent que le site de Fessenheim est en zone sismique et qu’une rupture de la digue du Grand Canal n’est pas impossible..

Concernant l’avenir du site sur le plan économique, les associations s’interrogent sur le projet de “technocentre” pour le recyclage des matériaux métalliques faiblement radioactifs, projet soutenu par la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne. En effet le risque est que cela devienne un site de décontamination des métaux issus de centrales nucléaires européennes en déconstruction, à commencer par ceux provenant du démantèlement de la centrale, et qui seraient réinjectés ensuite dans l’industrie métallurgique classique. M. Hatz  s’interroge : “vous imaginez des casseroles, des fourchettes, des voitures fabriquées avec de l’acier dont on ignore s’il dégage encore, même très faiblement, de la radioactivité ?  Jean-Marie Brom, spécialiste de la physique des particules, renchérit : “La loi française interdit actuellement que tout élément issu d’une centrale nucléaire soit réutilisé mais EDF pourrait demander une dérogation“.

Daniel Reininger se demande également quel effet cela aurait sur l’attractivité du secteur, car “aucune entreprise sérieuse ne s’installera à côté d’une décharge nucléaire“. Et il prévient que “Le combat contre le nucléaire dépasse Fessenheim et va continuer”.

Voir l’article de l’AFP : https://www.connaissancedesenergies.org/afp/apres-fessenheim-les-antinucleaires-preparent-les-prochains-rounds-200626

 

 

A VOIR AUSSI

Le réseau Sortie du Nucléaire organise le 30 juin 2020

À partir de 18:00

Lieu : Place Kléber à Strasbourg (67)

L’association Stop Transports-Halte au Nucléaire vous invite à participer à une cérémonie pour la fermeture de la centrale de Fessenheim et le futur incertain de l’Alsace nucléaire.

Contact orga :Stop Transports-Halte au Nucléaire stthn@free.fr