[Manifestation] Plus de 650 personnes contre le golf dans les rues de Saverne

[Manifestation] Plus de 650 personnes contre le golf dans les rues de Saverne

A 14h30, près de  650 se sont retrouvées devant la gare de Saverne pour exprimer leur opposition au projet de golf public de la Sommerau, à Birkenwald.
Parmi eux, de nombreux habitants de la région, des responsables et des élus d’Europe Ecologie Les Verts, des membres d’Alsace Nature et de l’Apes (association pour la protection de l’environnement
de la Sommerau), ainsi que des agriculteurs. Neuf tracteurs ont ouvert le cortège qui défile actuellement dans les rues de Saverne en scandant des slogans anti-golf. (source DNA)

Les moments clés de la manif en vidéo


 

… et en photos !

GCO, golf de la Sommerau : la tentation de la « ZAD »

GCO, golf de la Sommerau : la tentation de la « ZAD »

Faut-il occuper les terrains du Grand contournement ouest (GCO) et du golf de la Sommerau pour empêcher leur construction ? Les militants écologistes et les riverains de ces deux grands chantiers lancés au siècle dernier sont tentés de s’inspirer de la méthode de la « zone à défendre » (ZAD), employée à Notre-Dame-des-Landes en Loire-Atlantique et contre le barrage de Sivens dans le Tarn.
 

Dany Karcher, maire sans étiquette de Kolbsheim, verrait bien que les bois de Kolbsheim deviennent une “zone à défendre” contre le grand contournement ouest (GCO)

Cette stratégie de la « zone à défendre » ne fait pas l’unanimité, même au sein des opposants à ces deux projets. Certains craignent d’avoir à affronter les forces de l’ordre, comme à Notre-Dame-des-Landes ou à Sivens où un jeune homme de 21 ans est mort à la fin du mois d’octobre. Mais pour les écologistes, le « passage en force » actuel, avant l’épuisement des recours juridiques n’est pas acceptable.
Vidéos : Gaspard Glanz
Texte : Pierre France
Rue89 Strasbourg

[mobilisation] Golf de la Sommerau : des manifestants écologistes bloquent le démarrage du chantier

[mobilisation] Golf de la Sommerau : des manifestants écologistes bloquent le démarrage du chantier

Lundi matin, une vingtaine d’opposants au projet de golf public de la Sommerau se sont retrouvés à Birkenwald (67) pour tenter d’empêcher l’arrivée des engins. Le dossier du chantier est sur le bureau du Conseil d’Etat, mais les travaux peuvent légalement commencer dès aujourd’hui.
Les opposants dénoncent notamment le « gaspillage de terres » (78 hectares de terres agricoles) et d’argent public (5,8 millions d’euros), faisant également remarquer que « les recours juridiques ne sont pas clos ».
L’association écologiste Alsace Nature avait en effet déposé un pourvoi en cassation contre la décision de la cour administrative d’appel de Nancy. Celle-ci avait annulé en février le jugement du tribunal administratif, confirmant de fait l’utilité publique du golf déjà prononcée par le préfet. Depuis l’été, le dossier est désormais étudié de près par le Conseil d’Etat, la plus haute juridiction administrative française.

Riverains, agriculteurs et militants écologistes cherchent toujours à mobiliser encore plus largement, pour ce qui apparaît comme la manifestation de la dernière chance, alors que les engins sont en train d’arriver sur le chantier lundi matin. A la mi-journée, aucun appareil n’avait été vu sur place.
Alsace Nature devrait déposer aujourd’hui un référé de suspension de travaux au tribunal administratif. En attendant la décision du juge, qui devrait se prononcer dans les prochains jours, un “réseau de veille” sera mis en place pour surveiller le site, explique Stéphane Giraud, directeur de l’association. “Presque six millions d’euros de subventions publiques ont été injectés dans ce projet qui n’est pas raisonnable” rappelle-t-il.
Le syndicat mixte en charge de la construction du golf conteste les arguments des opposants au projet : “il y a eu une large concertation, et la démocratie a été respectée”, affirme Stéphane Leyenberger, son président.
Le référé de suspension des travaux devrait notamment s’appuyer sur la menace d’espèces protégées que représenterait le chantier du terrain de golf.
Une manifestation est aussi en cours devant l’hôtel du préfet, à Strasbourg. Le 22 novembre, une “marche citoyenne” est prévue à Saverne. Elle partira à 14h30 de la gare.
(Source : France 3 Alsace)

Les anti-golf ne désarment pas

Une douzaine de manifestants ont accueilli les membres du syndicat mixte du golf de la Sommerau mardi soir à Allenwiller.  PHOTO DNA – G.B.

Une douzaine de manifestants ont accueilli les membres du syndicat mixte du golf de la Sommerau mardi soir à Allenwiller. PHOTO DNA – G.B.

Avant l’assemblée générale du syndicat mixte du golf de la Sommerau mardi soir, lors de laquelle le maire de Saverne Stéphane Leyenberger a été élu président, les opposants au golf ont donné de la voix à la mairie d’Allenwiller.

« On ne baisse pas les bras. Et nous mènerons d’autres actions par la suite », prévient déjà François Cenkis, de l’association pour la protection de l’environnement de la Sommerau (APES). La dernière en date : une manifestation devant la mairie d’Allenwiller, mardi soir, au moment où les membres du syndicat mixte du golf de la Sommerau y tenaient leur assemblée générale.
Une douzaine d’opposants à ce projet les ont donc accueillis, banderoles et pancartes revendicatives en main, afin de manifester leur mécontentement suite au récent lancement d’appel d’offres pour la construction de ce golf ( DNA du 6 mai ). Une démarche rendue possible suite à la décision, prise par la cour administrative d’appel de Nancy le 14 février, d’annuler le jugement du tribunal administratif, remettant ainsi d’actualité l’utilité publique du golf.

« Gaspillage d’argent public »

Dernier espoir pour les anti-golf, le recours envisagé par Alsace Nature auprès du Conseil d’État ( DNA du 7 mai ). Car pour l’APES comme pour les quelques représentants d’Europe Écologie présents à Allenwiller, ce projet est « un gaspillage énorme d’argent public et de terres agricoles ». Ils préféreraient donc le voir se concrétiser sur une ancienne friche industrielle « pour valoriser un site dégradé ». Des arguments qu’ils comptent répéter à Stéphane Leyenberger, élu président du syndicat lors de la réunion, succédant ainsi au maire d’Allenwiller Roger Muller. Ce dernier s’est engagé à recevoir certains membres de l’APES pour échanger avec eux. En leur rappelant qu’il reste persuadé que « touristiquement, nous avons besoin de ce golf ».