Retour sur  la manifestation “pour une autre PAC” du 22 octobre à Strasbourg

Retour sur la manifestation “pour une autre PAC” du 22 octobre à Strasbourg

Avant l’entrée en fonction de la nouvelle Commission européenne, la plateforme Pour une autre PAC et son homologue allemande, Wir Haben Es Satt ! organisaient une grande mobilisation devant le Parlement européen de Strasbourg.
Alsace Nature était présente auprès des organisations paysannes, environnementales, de citoyen·ne·s consommateur·rice·s et de solidarité internationale, unies pour exiger une agriculture européenne juste, saine et durable.

Environ 1 millier de personnes ont marché jusqu’au parlement européen où ils ont interpellé les députés européens sur les questions agricoles, pour une agriculture plus respectueuse de la terre, des animaux et des humains !

La réforme de la PAC est capitale, ne la laissons pas aux mains de l’agro-business !

 

Retour en image sur la mobilisation “Pour une autre PAC” du 22 octobre 2019

Pour une autre Politique Agricole Commune – Manifestation du 22 oct 2019

Pour une autre Politique Agricole Commune – Manifestation du 22 oct 2019

Tou·te·s devant le Parlement de Strasbourg ! Appel à mobilisation !

Avant l’entrée en fonction de la nouvelle Commission européenne, la plateforme Pour une autre PAC et son homologue allemande, Wir Haben Es Satt ! organisent une grande mobilisation devant le Parlement européen de Strasbourg.
Rejoignez les organisations paysannes, environnementales, de citoyen·ne·s consommateur·rice·s et de solidarité internationale, unies pour exiger une agriculture européenne juste, saine et durable.

La réforme de la PAC est capitale, ne la laissons pas aux mains de l’agro-business ! Rejoignez‐nous pour demander à nos dirigeant·e·s une Politique Agricole Commune juste, saine et durable.

L’action

Le 22 octobre, avec plusieurs centaines de citoyen·ne·s et paysan·ne·s européen·ne·s nous relierons la Place de l’Université au Parlement européen de Strasbourg par un cortège festif sous forme d’agro-parade qui donnera à voir la diversité des sujets et des personnes touchés par la PAC : paysan·ne·s venant pour certains avec leurs tracteurs, apiculteur·rice·s, générations présentes et futures, climat, biodiversité, bien‐être animal, préservation des sols et des eaux… Le cortège sera clôturé par un cortège de “manifestation égoïste” singeant l’agro-industrie en prétendant défendre ses privilèges indus.

Au point de départ un stand de maquillage sera proposé gratuitement aux enfants (le 22, c’est les vacances !). Le cortège sera emmené au rythme des musiques d’un groupe de percussionnistes.
Retour en image sur la mobilisation “Pour une autre PAC” du 22 octobre 2019

Devant le Parlement nous présenterons nos revendications pour la prochaine Politique Agricole Commune.

En attendant, découvrez le tract d’appel au rassemblement et rejoignez‐nous sur l’événement facebook !

Soirée-débat : les enjeux de la réforme de la Politique Agricole Commune (PAC)

Soirée-débat : les enjeux de la réforme de la Politique Agricole Commune (PAC)

Pour faire suite à l’appel du “Collectif pour une autre PAC” (https://pouruneautrepac.eu/) et de France Nature Environnement (https://www.fne.asso.fr/),

l’Association Nature Ried de Geispolsheim organise

le mardi 21 mai    à 19h30
à la Maison des associations
(Rue de la Porte Basse, Geispolsheim)

une soirée – débat
sur les enjeux de la nouvelle Politique Agricole Commune

(en discussion pour la période 2021 – 2027)

animée par Maurice Wintz, vice-président d’Alsace Nature,
en présence de représentants des listes de candidats aux élections européennes
et des principales organisations agricoles,

Au-delà des aspects techniques de la PAC, les débats porteront surtout sur les grands enjeux du modèle agricole que sont :
– la santé humaine (à travers la qualité de l’alimentation, de l’air, de l’eau)
– la biodiversité
– le climat
– les paysages
– le bien-être animal
– le commerce local et international, équitable et solidaire
– l’emploi dans le secteur agricole (en qualité et quantité)

et qui concernent tout un chacun.

Les citoyens de la région de Strasbourg sont cordialement invités à participer à la soirée pour en faire un débat convivial et enrichissant.

 

Alsace Nature répond à la FDSEA*

A l’assemble générale de la FDSEA du Bas-Rhin il a été question d’« arrêter de céder au discours d’une petite frange extrémiste écologique », et qu’il serait temps d’intégrer dans le 2ème pilier de la PAC « autre chose que les papillons et les petits oiseaux ». Aussi, les éleveurs français craignent une montée en puissance de la protection des animaux**, au point que Christine Lambert dise « heureusement nous avons changé de gouvernement », et ceci parce que Carla Bruni avait « tenté de convaincre Nicolas Sarkozy » d’accorder un statut juridique d’êtres sensibles aux animaux. Triste compliment pour le gouvernement socialiste !
Alsace Nature est d’accord avec la FDSEA sur certains points. Mais Alsace Nature ne tolère pas des propos démagogiques. La FDSEA prétend « porter les valeurs d’une agriculture (…) qui répond aux attentes de la société ». C’est faux. Les nombreux poulaillers industriels en Alsace, la pérennisation de la production d’œufs en cages batteries,  une filière porcs même pas aux normes minimales, des vaches définitivement en zéro pâturage, une régression constante de la biodiversité avec la disparition de certains papillons et oiseaux, des pesticides qui polluent l’eau, l’incompréhension de la valeur qu’ont les zones humides pour la collectivité, une mobilisation irrationnelle contre le Schéma Régional de Cohérence Ecologique, ce sont  autant d’affronts aux attentes sociétales. Les Alsaciens ne veulent pas voir la plaine transformée en un monotone océan de maïs de Lauterbourg à Altkirch !
Il règne à la FDSEA exactement la même désinformation que nous trouvons dans la grande distribution qui, elle aussi, ne connait que le prix. L’information est en effet une priorité. Surtout, il ne peut pas y avoir de « juste prix » sans juste respect de la nature, des animaux et du travail. C’est justement le rôle de la PAC d’aider les exploitations à aller dans ce sens.
Jean-Paul Bastian, vice-président de la FNSEA a dit : « En France, nous avions l’habitude de passer un coup de fil à Jacques Chirac pour régler un dossier agricole. Mais cela ne se passe plus comme cela. Il faut construire une politique agricole qui tienne la route. » Cela montre d’où viennent les décisions du passé et leurs conséquences économiques actuelles. Alsace Nature sait bien que tous les agriculteurs alsaciens ne partagent pas les pratiques et les discours de leurs dirigeants. Il est temps de le montrer par des négociations et des projets concrets, car si rien ne bouge, le pouvoir de l’agro-cratie alsacienne dans les villages et dans les instances publiques risque de s’opposer une fois de plus aux attentes de notre société.
————————————————————————-
* Cette réponse se base sur le compte-rendu détaillé de l’Assemblée générale de la FDSEA dans l’Est agricole et viticole du 24 janvier 2014.
** La FDSEA utilise le terme « welfaristes » pour faire croire à une sorte d’intrigue anglo-saxonne contre les intérêts français ; en réalité il s’agit d’une prise de conscience mondiale qui fait le lien entre la compassion pour les animaux et la science du bien-être animal.