[Enquête] Pesticides : cette toxicité qu’on nous cache

[Enquête] Pesticides : cette toxicité qu’on nous cache

Lorsqu’un agriculteur achète et manipule un bidon de pesticides il voit une étiquette destinée à l’informer des dangers. Cette information est très codifiée, selon des règles européennes. Elle est exprimée par des codes commençant par H suivi de chiffres et d’une « phrase de danger » plus explicite, comme vous pouvez le voir sur l’exemple ci-dessous. C’est à ces phrases de danger que nous allons nous intéresser. Que vaut cette information ? Est-elle sincère et suffisante ?

Pour trouver des réponses, Anne Vonesch, avec l’aide d’Alain Bertrand, de Michèle Weisheit et de Michèle Grosjean du groupe local Bruche aval, a analysé les effets chroniques sur la santé de 89 substances pesticides (sur un total de 199) achetées en 2017 dans le secteur du code postal 67120.

Bref, c’est du concret et du local ! L’analyse consistait à comparer les dangers annoncés par les phrases de danger officielles européennes/nationales (exemple ci-dessus), aux effets à long terme sur la santé répertoriés dans deux autres bases de données, l’une anglaise, l’autre canadienne. L’écart est considérable ; c’est le résultat de tout ce travail. Par exemple, 8 % de substances actives sont cancérigènes officiellement selon les étiquettes, mais 48 % au total présentent un risque cancérigène dès lors qu’on intègre les données venant des deux autres sites. Jamais les phrases de danger officielles ne mentionnent un effet toxique sur le foie, jamais une perturbation endocrinienne.

Découvrez la suite… et apprenez pourquoi, après le dernier avis de l’ANSES datant de cet avril, le gouvernement devrait prendre son courage entre deux mains et respecter son propre arrêté du 27 décembre 2019, à savoir : imposer une distance minimale incompressible par rapport aux riverains de 20 m pour les 126 perturbateurs endocriniens listés par l’ANSES. Tout en accélérant la sortie des pesticides, notamment avec les outils de la PAC.

Cette enquête vous introduit aussi dans l’usine à gaz des règlementations et dans le « mythe de l’usage sûr » des pesticides. Et les riverains ? Qu’ils applaudissent les paysans bio en achetant leurs produits !

Télécharger l’intégralité de notre enquête – PDF (3,3 Mo)

Décès de Elisabeth Durrmann

 

Nous avons appris le décès d’Élisabeth Durrmann le 17 mars, des suites d’une longue maladie.
Elisabeth avait animé le groupe local « Eurométropole de Strasbourg » d’Alsace Nature pendant deux années et faisait pour Alsace Nature le suivi du site protégé par Arrêté de Protection de Biotope de Plobsheim…
Très engagée, elle était aussi active dans plusieurs associations, et notamment au sein de l’Association de Défense et de Protection de l’Environnement de Plobsheim et du Conservatoire des Sites alsaciens (CSA). Un grand Merci à elle pour sa disponibilité et pour son engagement pour la protection de la Nature !
Alsace Nature s’associe à la peine de sa famille et de ses proches.
Le CSA lui rend également hommage :

 

Pollution lumineuse, très beau succès pour la conférence à Molsheim

Pollution lumineuse, très beau succès pour la conférence à Molsheim

Le groupe local Bruche aval organisait le 13 février dernier, une conférence sur la pollution lumineuse à Molsheim.

Après une présentation des actions du groupe local d’Alsace Nature par Anne Vonesch, Jean-Michel Lazou, membre fondateur bénévole de l ’Association nationale
pour la protection du ciel et de l’environnement (ANPCE), dans sa conférence a expliqué que l’excès de lumière la nuit a des effets non seulement sur les finances publiques mais aussi sur la qualité du ciel et l’environnement nocturne, de même que sur la biodiversité, la faune, la flore et la santé.

Alors que l’évolution du vivant se fait grâce aux rythmes saisonniers et circadiens (alternance jour/nuit) produits par l’éclairage naturel, l »éclairage artificiel désynchronise les horloges biologiques et perturbe le métabolisme des espèces. »

M. Lazou a rappelé que la notion de pollution lumineuse est inscrite dans la loi depuis 2018 et qu’à partir de 1heure du matin, les éclairages des publicités, bureaux, monuments … doivent être éteints. De plus, les éclairages doivent respecter un certains nombres de règles telles que l’orientation des lapes notamment.

Quelques villes bas-rhinoises ont expérimenté l’extinction des lumières la nuit à certains endroits, tout en accompagnant les gens pour mieux faire accepter la mesure.
Il existe d’ailleurs un label « villes et villages étoilés », remis aux communes qui prennent des mesures pour diminuer l’impact lumineux.

VOIR ICI l’article des DNA paru le 20 février au sujet de la conférence