Rassemblements des Coquelicots du 6 mars 2020

Rassemblements des Coquelicots du 6 mars 2020

Message du Collectif national « Nous Voulons Des Coquelicots » pour le prochain rassemblement :
« En mars, les Coquelicots en campagne ! En mars, je vote pour la sortie des pesticides ! »

 

  • STRASBOURG

Pour ce rassemblement du vendredi 6 mars, on ne fera pas comme d’habitude. Au lieu de se retrouver dehors et de faire signer l’appel, on se retrouvera dans un troquet, le Batholdi (31 rue du Vieux Marché aux Vins), dès 18h00 pour discuter de la suite du mouvement des Coquelicots !
Même si vous ne comptez pas vous impliquer dans l’organisation ou les actions des coquelicots, vous êtes cordialement invités à venir boire un coup avec nous : au cœur de l’hiver, nous avons un grand besoin de nous sentir soutenus, alors merci d’avance de votre présence !

 

  • ST-AMARIN

Plus que jamais déterminé pour aboutir, le Collectif « Nous voulons des Coquelicots » de la vallée de la Thur se rassemblera devant la mairie de Saint-Amarin le vendredi 6 mars à 18h30 ! Venez nombreux ! Et QUE REFLEURISSE UN NOUVEAU PAYS !
Pour la seconde fois, faisons germer un nouveau pays en semant par millions et dizaines de millions des graines de fleurs sauvages…

 

  • SELESTAT

18h – Hôtel de Ville – place d’Armes –
Au menu : crêpes, chants, signature de l’appel des Coquelicots, vente de la nouvelle gazette…
Continuons à nous mobiliser !

 

  • COLMAR

18h30devant la mairie
STOP aux pesticides et OUI à la biodiversité et aux paysans

 

  • MULHOUSE

18h30place des Victoires.

https://nousvoulonsdescoquelicots.org/2020/03/02/parce-que-nous-sommes-de-leau-rassemblement-du-6-mars/

 

 

 

 

Pour infos, voici les 3 vidéos du Rassemblement du mouvement des COQUELICOTS (Hôtel de ville de Paris) le 15 février :

Kochersberg : Un débat très riche autour de la permaculture

Kochersberg : Un débat très riche autour de la permaculture

Le 30 janvier 2020, le groupe local Alsace Nature Kochersberg a organisé, en partenariat avec la médiathèque intercommunale du Kochersberg, une soirée consacrée à la permaculture, qui a rassemblé entre 60 et 70 personnes très intéressées et motivées.

Après une présentation rapide d’Alsace Nature par Maurice Wintz, pilote du groupe local, François Robert, membre du même groupe et jardinier amateur, a présenté les grands principes de la permaculture.

Ainsi, nous avons appris par exemple que :
– De façon générale, l’objectif de la permaculture est de répondre aux besoins fondamentaux – boire, se nourrir , se loger, se chauffer, s’habiller … sans détériorer la planète et sans nuire aux autres espèces ..  De cette façon, la permaculture peut s’appliquer à n’importe quel site, quelle que soit sa taille ou sa vocation, qu’il s’agisse de sa maison, un jardin, un quartier, une ville …
– La permaculture s’inspire des écosystèmes naturels en place ce qui permet de créer des systèmes plus riches, plus résistants et plus stables.
– en favorisant la diversité, on augmente la productivité et la résistance du système ..
– qu’il est très utile de favoriser les éléments qui ont plusieurs fonctions, tels que les mares et les haies …
– qu’il est très utile aussi d’introduire des animaux dans le verger ou le potager (ex, poules, canards …)

Ont ensuite été projetés 2 films, l’un présentant une exploitation familiale en permaculture en Autriche chez Sepp Holzer, qui réussit à faire pousser de  nombreuses variétés de fruits et légumes en altitude, et l’autre expliquant la démarche de la ferme du Bac Hellouin en Normandie.

Après la projection, de nombreuses questions ont été posées par le public. Un groupe de jardiniers amateurs avait déjà suivi des formations sur le compostage par exemple organisée par la communauté de communes et souhaitait connaitre d’autres manières de pratiquer le jardinage pour mieux concilier, culture et respect de la nature. Ces personnes sont très intéressées par des échanges et mises en commun de témoignages et retours d’expérience sur ces thématiques. Il a été convenu que nous organiserions de nouveau des événements liés à l’agroécologie, la permaculture, les modes de production sans pesticides etc …

Un enseignant de lycée agricole a soulevé la problématique du manque de terrain pour les jeunes qui voudraient s’installer en permaculture et/ou en agriculture bio.. dans la région.

L’idée de demander aux pouvoirs publics de réserver, dans le secteur de la communauté de communes du Kochersberg, un terrain pour permettre à des citoyens qui souhaiteraient expérimenter d’autres types de cultures a été lancée… à suivre …

 

Article des DNA paru le 18 février à la suite de cette soirée-débat :

 

Rassemblements des « Coquelicots » de janvier 2020

Rassemblements des « Coquelicots » de janvier 2020

Rassemblement « coquelicots » du vendredi 3 janvier 2020

(liste non exhaustive)

  • Strasbourg

Vendredi 3 janvier 2020 de 18:30 à 20:00
Lieu à définir : https://www.facebook.com/events/2646842715384584/

Le groupe de Strasbourg cherche des bénévoles pour organiser les rassemblements.
Il y a des réunions le jeudi de la semaine précédant la semaine du rassemblement et le jeudi d’après. Par exemple pour le rassemblement du vendredi 3 janvier il y aura une réunion le 26 décembre et le jeudi 9 janvier.
Si des personnes sont intéressées elles peuvent nous suivre et nous contacter par Facebook : https://www.facebook.com/NVDCSTRG/?
par mail (coquelicots.strasbourg@lilo.org).

 

  • Sélestat

Vendredi 3 janvier 2020 de 18h à 19h30
Devant l’Hôtel de Ville, place d’Armes à Sélestat

page facebook : https://www.facebook.com/CoquelicotsSelestat/

 

  • Colmar

Vendredi 3 janvier 2020 à partir de 18h30
Devant la Mairie

page facebook : https://www.facebook.com/CoquelicotsColmar/

 

  • Mulhouse

Horaire et lieu non encore communiqués

page facebook : https://www.facebook.com/NOUS-Voulons-DES-Coquelicots-Mulhouse-2163269620385895/

 

Nous voulons des coquelicots

Appel pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse

« Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises. Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers.

Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans; la moitié des papillons en vingt ans; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive. Rendez-nous nos coquelicots ! Rendez-nous la beauté du monde !
Non, nous ne voulons plus. À aucun prix. Nous exigeons protection.

Nous exigeons de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides de synthèse en France. Assez de discours, des actes. »

Pour signer l’Appel : https://nousvoulonsdescoquelicots.org/

 

Retour sur  la manifestation « pour une autre PAC » du 22 octobre à Strasbourg

Retour sur la manifestation « pour une autre PAC » du 22 octobre à Strasbourg

Avant l’entrée en fonction de la nouvelle Commission européenne, la plateforme Pour une autre PAC et son homologue allemande, Wir Haben Es Satt ! organisaient une grande mobilisation devant le Parlement européen de Strasbourg.
Alsace Nature était présente auprès des organisations paysannes, environnementales, de citoyen·ne·s consommateur·rice·s et de solidarité internationale, unies pour exiger une agriculture européenne juste, saine et durable.

Environ 1 millier de personnes ont marché jusqu’au parlement européen où ils ont interpellé les députés européens sur les questions agricoles, pour une agriculture plus respectueuse de la terre, des animaux et des humains !

La réforme de la PAC est capitale, ne la laissons pas aux mains de l’agro-business !

 

Retour en image sur la mobilisation « Pour une autre PAC » du 22 octobre 2019

Pour une autre Politique Agricole Commune – Manifestation du 22 oct 2019

Pour une autre Politique Agricole Commune – Manifestation du 22 oct 2019

Tou·te·s devant le Parlement de Strasbourg ! Appel à mobilisation !

Avant l’entrée en fonction de la nouvelle Commission européenne, la plateforme Pour une autre PAC et son homologue allemande, Wir Haben Es Satt ! organisent une grande mobilisation devant le Parlement européen de Strasbourg.
Rejoignez les organisations paysannes, environnementales, de citoyen·ne·s consommateur·rice·s et de solidarité internationale, unies pour exiger une agriculture européenne juste, saine et durable.

La réforme de la PAC est capitale, ne la laissons pas aux mains de l’agro-business ! Rejoignez‐nous pour demander à nos dirigeant·e·s une Politique Agricole Commune juste, saine et durable.

L’action

Le 22 octobre, avec plusieurs centaines de citoyen·ne·s et paysan·ne·s européen·ne·s nous relierons la Place de l’Université au Parlement européen de Strasbourg par un cortège festif sous forme d’agro-parade qui donnera à voir la diversité des sujets et des personnes touchés par la PAC : paysan·ne·s venant pour certains avec leurs tracteurs, apiculteur·rice·s, générations présentes et futures, climat, biodiversité, bien‐être animal, préservation des sols et des eaux… Le cortège sera clôturé par un cortège de “manifestation égoïste” singeant l’agro-industrie en prétendant défendre ses privilèges indus.

Au point de départ un stand de maquillage sera proposé gratuitement aux enfants (le 22, c’est les vacances !). Le cortège sera emmené au rythme des musiques d’un groupe de percussionnistes.
Retour en image sur la mobilisation « Pour une autre PAC » du 22 octobre 2019

Devant le Parlement nous présenterons nos revendications pour la prochaine Politique Agricole Commune.

En attendant, découvrez le tract d’appel au rassemblement et rejoignez‐nous sur l’événement facebook !

[conférence de presse] Alsace Nature rappelle sa position sur la Sortie des pesticides

[conférence de presse] Alsace Nature rappelle sa position sur la Sortie des pesticides

 

Dans le cadre de la consultation publique lancée par le gouvernement sur un projet de décret et d’arrêté relatifs « aux mesures de protection des personnes lors de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques à proximité des zones d’ habitation», Alsace Nature a développé son point de vue lors d’une conférence de presse le 25 septembre 2019.

Alors que le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, plaidaient pour instaurer une zone de « 3 à 5 mètres » entre zones traitées et les zones d’habitations, les associations environnementalistes ont soutenu la demande du maire de Langouët de mettre en place des bandes de 150 mètres. Contrairement à ce qu’affirme le ministre, définir une zone de + de 100 mètres sans pesticide ne constitue pas « une menace pour l’autonomie alimentaire française« .

Même si Alsace Nature soutient la demande d’une bande de 150 mètres, Anne Vonesch, vice-présidente de l’association estime qu’ « Il n’existe aucune preuve scientifique que ces distances protègent la santé des personnes« . D’autant plus que sur ces espaces sont préconisées « des chartes d’engagement disparates et incompréhensibles, qui n’ont aucune valeur contraignante. »

Pour se faire une idée plus précise, les représentants d’Alsace Nature ont examiné les étiquettes et les conseils d’utilisation des pesticides et herbicides actuellement sur le marché.

Concernant l’herbicide Casper (dicamba et prosulfuron), il y est écrit que « pour protéger les organismes aquatiques », il faut « respecter une zone non traitée de 5 m par rapport aux points d’eau » et « pour protéger les arthropodes et les plantes non-cibles », il faut « respecter une zone non traitée de 20 m par rapport à la zone non cultivée adjacente ». Quid des être humains alors ?

Anne Vonesch est stupéfaite par « les conditions et risques » apparaissant dans les données de vente de pesticides dans le département du Bas-Rhin.« Très toxique pour les organismes aquatiques, entraîne des effets néfastes à long terme. Mais aucune ZNT (zone de non-traitement) », peut-on lire en face du Belem (époxicona-zole), un insecticide. On découvre également que le fongicide pour betterave, Resonance, a été retiré du marché au printemps dernier.

Daniel Reininger, président d’Alsace Nature, considère que la sortie des pesticides est possible. « La solution vient de l’intérieur, des paysans eux-mêmes qui découvrent tous les jours qu’on peut produire sans« , D’ailleurs il ne s’agit pas d’incriminer les agriculteurs qui sont le plus souvent « des victimes » mais plutôt  le système qui conduit à industrialisation de l’agriculture et à l’utilisation de toujours plus d’intrants chimiques.

Contrairement à Didier Guillaume qui soutient que l’instauration d’un cordon de 150 m autour des habitations « serait la plus grosse artificialisation des terres jamais obtenue« , Alsace Nature réplique : . » Il ne s’agit pas de stériliser des terres mais de les flécher vers des productions bio, du maraîchage, des îlots de fraîcheur, des prés vergers… « . Cela représente une opportunité de mettre en place des ceintures vertes pour atténuer le changement climatique et améliorer le cadre de vie.

« Ces zones de non-traitement sont une opportunité et un levier pour changer de système. Il y a pléthore de solutions » conclut Anne Vonesch.

Pour plus d’informations, télécharger les documents :

position argumentée de FNE sur les bandes sans traitements

cruauté des tests sur animaux pour l’autorisation des pesticides position d’Alsace Nature dans le cadre de la consultation mise en place par le gouvernement

 

Voir aussi l’article des DNA paru le 26 septembre 2019 : 190926-POur AN la sortie des pesticides est possible – DNA