[Communiqué de presse] Gérer l’eau ? Pourquoi pas… mais pour plus de naturalité !

[Communiqué de presse] Gérer l’eau ? Pourquoi pas… mais pour plus de naturalité !

 

Alsace Nature, partage évidemment les préoccupations des agriculteurs alsaciens de la FDSEA 68 sur la gestion de l’eau exprimées dans l’article des Dernières Nouvelles d’Alsace du samedi 6 février : “Constituer des réserves d’eau pour ne pas en manquer l’été“).

Le sujet fait généralement la une de l’actualité lors de situations d’excès ou de manque d’eau, alors que c’est bien toute l’année que nous devons porter une attention particulière à l’eau.

Il faut aussi rappeler que les crues sont un phénomène naturel et nécessaire au bon fonctionnement des cours d’eau et des zones humides. Elles font partie des services gratuits fournis par la nature.

De même, on ne peut pas parler d’eau sans lier quantité et qualité. La Directive Cadre Européenne sur l’Eau impose que la nappe phréatique d’Alsace soit déclarée en bon état qualitatif et quantitatif d’ici 2027 et que son eau soit potable sans traitement, et notre devoir nous impose de la transmettre ainsi à nos enfants et petits-enfants. Nous mesurons l’enjeu que cela représente dans un délai très court et c’est donc bien l’engagement de l’ensemble des acteurs du territoire qui sera nécessaire pour y parvenir.

Le Ried dont il est question, a toujours été un lieu important pour l’alimentation de la nappe phréatique d’Alsace et son système de rivières phréatiques participe de l’équilibre entre alimentation et drainage. Historiquement les prairies, devenues rares,  jouaient un rôle majeur dans la rétention d’eau (en fonctionnant comme des éponges) et contribuaient à la filtration des eaux, nous fournissant ainsi gratuitement une eau potable.

Heureusement, comme le disent les agriculteurs, l’Alsace ne manque pas d’eau, et comme ils le proposent, il faut optimiser son utilisation.

Alors, oui favorisons l’alimentation de la nappe en période de crues par infiltration, mais partons d’un état des lieux objectif (quantitatif et qualitatif) pour proposer des actions d’adaptation et d’atténuation des effets du changement climatique et des pratiques agricoles. Mais méfions-nous des fausses bonnes solutions.

Si un entretien mesuré des rivières phréatiques est possible, augmenter leur capacité d’écoulement pour ressuyer plus vite les inondations, diminuerait d’autant les volumes infiltrés et augmenterait le drainage de la nappe phréatique. Ces cours d’eau très fragiles, souffrent aujourd’hui d’apport de sédiments fins provenant des eaux ruisselantes sur des sols nus, colmatant les fonds, nuisant ainsi à leur fonctionnalité écologique. Il convient donc de traiter le problème à la source (les sols nus) et non de tenter « d’évacuer » le problème en aval.

Enfin, le « en même temps » ayant toujours une limite, vouloir un meilleur ressuyage et une meilleure rétention, n’est-ce pas demander le beurre et l’argent du beurre ?

La piste évoquée de profiter des canaux plus en amont pour diriger une partie des eaux vers la forêt (pour les gravières c’est moins évident) est une proposition intéressante et mérite un examen. Évidemment cela ne peut avoir de sens que dans la création de milieux alluviaux fonctionnels. De nombreuses forêts connaissaient des phases d’inondation dans le passé. Revenir à cela ne peut être que bénéfique pour les milieux naturels, la biodiversité et la qualité de l’eau.

Enfin, comment ne pas évoquer la reconquête des champs d’expansion des crues, notamment par le déplacement de certaines digues en amont sur l’Ill et de ses affluents. Ces travaux, destinés à retrouver des fonctionnalités historiques des systèmes fluviaux sont réalisables partout où les digues ne protègent pas directement des parties urbanisées.

Si nous voulons aborder de la manière la plus sereine possible les effets du changement climatique et préserver notre ressource en eau que ce soit en terme qualitatif ou quantitatif, le retour à des fonctionnalités plus naturelles est aujourd’hui indispensable. Nous y intègrerons aussi le retour à une couverture permanente des sols, et à des sols vivants qui sont des solutions largement éprouvées.

Décès de Edith Wenger

Décès de Edith Wenger

C’est avec beaucoup d’émotion que nous avons appris le décès d’Edith WENGER.

Ancienne vice directrice de l’Institut des Plaines Alluviales à Rastatt, membre de plusieurs associations de protection de la nature en Alsace, dont Alsace Nature, Edith a porté une action exemplaire au sein du réseau Eau d’Alsace Nature et a siégé de nombreuses années au sein du conseil d’administration.

A l’origine du projet de classement du Rhin au titre de la convention de Ramsar sur la protection des zones humides d’importance internationale et du lancement du Plan Loire Nature, représentante des ONG auprès de plusieurs organisations internationales, défenseure des droits des peuples autochtones, Edith a apporté son indéfectible soutien aux grandes causes de l’écologie, en Alsace, en Amérique du Sud et dans d’autres régions du monde. C’est une militante d’envergure que vient de perdre la protection de la nature !

Alsace Nature s’associe à la peine de sa famille et de ses proches.

Croisière Oiseaux 2020

Croisière Oiseaux 2020

Une sortie nature unique au cœur de l’hiver

Dimanche 19 janvier 2020, les guides d’Alsace Nature (Les Curieux de Nature) et de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) vous proposent une croisière sur le Rhin et de partir à la découverte de nombreuses espèces d’oiseaux, venus de Scandinavie ou d’Europe de l’Est, qui trouvent refuge sous nos latitudes.

Embarquez pour cette seule et unique croisière de l’année, à bord du  » Weinland Baden » (bateau restaurant chauffé de la flotte BFS – Linie), pour une balade ornithologique conviviale et ludique de Kembs à Huningue (68).

Pour les plus courageux, le pont supérieur extérieur vous offrira un point de vue remarquable sur les oiseaux que nous croiserons au fil de l’eau. Une aventure hivernale, pas banale, pour les amoureux de nature.

Pour les plus frileux, vous aurez la possibilité d’observer tous ces oiseaux, bien assis dans une salle chauffée devant une boisson et une part de gâteau (offert à chaque participant), tout en écoutant les commentaires et anecdotes de nos deux spécialistes ornithologiques, Pierre Hieber et Edmond Herold. Des activités ludiques sur les oiseaux seront proposées aux petits et grands par notre équipe des Curieux de Nature, toujours aussi motivés à vous faire passer un agréable moment en compagnie des oiseaux !

Si l’aventure vous tente, sachez que les membres d’Alsace Nature et de la LPO bénéficient d’un tarif préférentiel (voir tarifs ci-dessous).

TARIFS 2020 ADULTE ENFANT (de 6 à 16 ans)
et ETUDIANT
ENFANT
(- 6 ans)
MEMBRE
LPO ou Alsace Nature
33 € 23 € GRATUIT
NON MEMBRE 40 € 30 € GRATUIT
IMPORTANT :
• Le tarif proposé comprend les 4 h de croisière et une collation (une boisson chaude et une part de gâteau par personne)
• Les participants sont autorisés à apporter un repas tiré du sac ou pique-nique
• Le bateau propose un service de restauration (Carte des boissons et repas disponibles sur le bateau)
• Le bateau n’est pas accessible pour les personnes à mobilité réduite
• Les informations relatives à cette sortie, ainsi que les tickets d’embarquement et de restauration vous seront envoyés par voie postale à réception de votre paiement.

Inscription obligatoire

par tél : 03 88 37 07 58 ou 03 88 37 55 44
par mail : communication@alsacenature.org

En image

Nettoyage de l’Ill à Strasbourg 3ème édition – retour en vidéo et images

Nettoyage de l’Ill à Strasbourg 3ème édition – retour en vidéo et images

Le 16 novembre 2019, Alsace Nature organisait la 3ème édition du Nettoyage de l’Ill à Strasbourg, avec la participation du public volontaire sur les berges et des associations de plongeurs dans l’eau.. ainsi que d’associations partenaires dans le village associatif…

Outre le fait de participer au nettoyage en tant que tel, l’objectif de cette opération est de sensibiliser un maximum de monde sur l’impact des déchets abandonnés dans la nature (notamment dans les milieux aquatiques) et … de rappeler que le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas !

Résumé en vidéo et images :

 

En forêt d’Illkirch-Graffenstaden en compagnie de Pierre, l’animateur d’Alsace Nature

En forêt d’Illkirch-Graffenstaden en compagnie de Pierre, l’animateur d’Alsace Nature

Classée réserve naturelle, la forêt d’Illkirch-Graffenstaden est protégée contre l’exploitation et les nuisances dues à l’Homme. Quel bonheur de profiter de cet îlot de fraicheur et de nature en ces périodes de fortes chaleurs ! Vite, vite, revégétalisons les espaces urbains pour ne pas cuire !

Dans cette forêt, la biodiversité peut être observée mais elle peut aussi être ressentie via nos 4 autres sens. Toucher l’écorce d’un arbre, entendre un pic creuser un trou, sentir l’humus et goûter aux différentes plantes comestibles rencontrées au bord du chemin. De l’ortie à l’ægopode en passant par l’ail des ours et le lierre terrestre, la forêt est un véritable garde-manger ! Mais il faut faire attention et bien vérifier la non-toxicité des végétaux ainsi que la manière de les préparer avant de les consommer.

Il a été fait mention du lierre terrestre, une plante comestible de la famille des Lamiacées (comme les menthes) mais il n’a de lierre que le nom. Généralement, quand on pense « lierre », on imagine la liane grimpante appelée lierre grimpant ou lierre commun. Cette espèce se hisse sur les troncs d’arbres pour accéder à la lumière, une ressource nécessaire à son développement. Le lierre grimpant peut devenir très gros, comme on peut le voir sur cette photo. Si vous l’aviez loupé, l’animateur a sa main posée sur un lierre qui s’est vraiment très bien développé le long d’un vieux chêne !

Une matinée pour se balader, se ressourcer, découvrir un lieu, apprendre de nouvelles choses sur les animaux et végétaux qui y habitent. Mais également un temps pour se découvrir soi-même avec une petite initiation à la sophrologie et à la gymnastique Bothmer dans un cadre magnifique et naturel !

Envie de faire l’expérience d’une sortie nature ? Pour en savoir plus sur les prochaines rencontres, n’hésitez pas à consulter l’agenda !

[Pétition] Prison de Lutterbach sur zone humide : erreur environnementale. Exigeons des compensations !

L’emprise de la prison au Galgenhag,l’éclairage de la route d’accès et de l’enceinte constituent :

  1. une dangereuse menace pour la survie de cette zone humide exceptionnelle par sa riche flore protégée (ensemble de 60 plantes hygrophiles répertoriées, 170 points Znieff), zone inondable qui participe à la protection de la nappe phréatique rhénane.
  2. la disparition de terres agricoles de plaine (même surface que zoo de Mulhouse) et une grave atteinte au paysage (suppression de l’entrée verte de ville et de la vue sur les Vosges).

En regrettant que ce site naturel ait été retenu à la place des friches industrielles de Mulhouse et sa région au nom de l’utilité publique, nous, citoyens aux diverses sensibilités, considérons de notre devoir de demander à l’Etat et à son représentant dans le Haut Rhin, des compensations agro-environnementales ambitieuses (sur le reste du site et sur les zones humides en amont de la Doller).
Notre demande d’audience au préfet restée sans suite, nous en appelons à toutes les consciences citoyennes pour soutenir cette action et la relayer.