Janvier.

Mois dédié au dieu romain Janus…

Bien que les souhaits formulés le 1er janvier n’aient pas de grandes significations pour qui délaisse le calendrier de Jules César (revu et corigé par Grégoire XIII) pour celui des 4 saisons, les habitants du refuge vous le disent poliment en breton :

“bleuvez mat !” (bonne année)

Je vous propose trois saynètes pour ce premier écho 2013.

1ere saynète

Les vents de sibérie ont toussés sur notre belle Alsace leurs haleines gélifiantes. Faites de neiges et de froid, ils poussent dans leurs sillages vers nos prés et nos bois, pinsons scandinaves et grandes aigrettes de Russie…

Belles mais attristantes quand elles s’installent trop longtemps, deux couleurs prédominent : le blanc et le gris.

Le sol glacé craquelle sous la semelle rompant le silence d’un crissement déchirant.
Paroles et souffles s’accompagnent de brumes féériques.
C’est l’hivers…

Et ses contrastes !!!

Autour des mangoires, filets d’approvisionnement et autres bûches de graisses, le spectacle est fascinant. Jonglerie de couleurs vives et chaudes, gros becs, bouvreuils, verdiers, mésanges, tarins, (…), l’avifaune nous régale d’un ballet ou volte le vert, rouge, jaune, bleu, orange…
Fa-bu-leux ! Cap-ti-vant ! Di-vin !

(Sans parabole, décodeur et autre redevance annuelle, le moindre balcon pouvant faire figure de treteaux, n’hésitez pas, soyez “branché”, balancez votre télé !)

2eme saynète

Autre scène, autre image !
Je voudrais vous partager une situation qui se renouvelle maintenant depuis quelques années à cette époque.

Le compost, au refuge, fait office de grand buffet garni. Protéines animales, fruits, épluchures diverses, pains, coquilles, restes de légumes, (…)
chacun peut y trouver sa subsistance.
Il y régne un tel esprit de partage que poules, canards et oies se restaurent en compagnie des passereaux, merles et corneilles.

Rien d’extraordinaire si ce n’est qu’au milieu des convives se dresse régulièrement la silhouette anachronique d’un prédateur ! Une buse !
“Le loup et l’agneau paisseront ensemble” n’est plus une parole vaine après cela !

Je sais, j’extrapole “un peu fort” !

Sur cette image d’épinal, permettez moi de nous susurrer cette strophe écrite pendant la guerre d’algérie par le pacifiste québecois Raymond Levesque :
“quand les hommes vivront d’amour
ce sera la paix sur la terre
les soldats seront troubadours
mais nous nous serons morts mon frère…”

A propos d’espérance, les probabilités pour que 2013 soit économiquement plus faste que 2012 sembleraient nulles. Se souhaiter prospérité apparaîtrait même incongru !

La tendance étant plutôt tournée vers une diminution générale des ressources, vous pouvez subodorer, hélas, en effet, plus de pauvres, plus d’affamés, plus d’estropiés de la vie pour 2014…

Et bien il résulte une étincelle joyeuse de ce prévisionnel peut réjouissant : la précarité, comme nous venons de le lire par l’exemple de la buse, étant un bon levain pour l’entraide et le réconfort fraternel, je nous souhaite de bons instants communautaires, toutes créatures confondues !!!

3eme saynète

En attendant le prochain écho, semaine prochaine, qui vous parlera des amours de Mme Renarde, ci joint un petit dessin de l’espiègle et hyperactive corneille qui entre deux bêtises enchaîne les facéties les plus inattendues !

Notre “craïa” adore les sports d’hivers. Elle s’est trouvée un nouveau jeu ! Grimpant le talus enneigé au dessus de la maison, elle se laisse choir la tête la première et dévale le dénivelé en roulant sur elle même.
Elle remonte puis recommence !

Très surprenant (et rigolo) à voir !