[enquête publique] Classement de la forêt de la Robertsau en Réserve naturelle nationale

[enquête publique] Classement de la forêt de la Robertsau en Réserve naturelle nationale

 
La forêt de la Robertsau bientôt classée réserve naturelle nationale ?

Ce projet de classement vise à compléter le réseau de réserves naturelles existant le long du Rhin et a pour objectif de protéger durablement la faune et la flore locale via la mise en place d’une réglementation spécifique sur le massif forestier.
L’enquête publique sur le projet de création de la Réserve Naturelle Nationale et de son périmètre de protection se déroulera du 22 janvier au 23 février 2018 inclus.
L’ensemble du dossier est disponible sur le site de la préfecture du Bas-Rhin
Une réunion d’information publique aura lieu le lundi 5 février 2018 de 18h à 20 h au Foyer des loisirs 42, rue de l’Ill à Strasbourg
 
Nous vous invitons à soutenir ce projet de réserve naturelle qui fait suite à près de 30 ans de procédure en écrivant au commissaire enquêteur :
– soit par courrier à l’intention du président de la commission d’enquête au Centre administratif de la mairie de Strasbourg, 1 Parc de l’Etoile 67076 STRASBOURG cedex
– soit par message électronique avec la mention « enquête publique – Réserve Naturelle Nationale » à transmettre à l’adresse pref-enquetes-publiques@bas-rhin.gouv.fr
 

Alsace/Vosges : indicateurs de l'environnement, biodiversité et grands prédateurs

La région Alsace a publié ses indicateurs de l’environnement
Tous les deux ans, les rencontres alsaciennes de l’environnement sont l’occasion pour la région Alsace de publier un bilan de l’évolution de l’environnement sur son territoire. 7 composantes sont ainsi étudiées : l’eau, l’air, l’énergie, les déchets, l’occupation de l’espace, les milieux naturels et l’éducation à l’environnement. 30 indicateurs offrent une vision globale de la santé environnementale de la région.
Selon un article paru dans les DNA du 28 juin dernier, le bilan 2013 est contrasté.

“QUALITÉ DE L’EAU : On est encore loin des objectifs de la directive-cadre sur l’eau (2/3 des cours d’eau en bon état écologique et de l’eau souterraine potable partout sans traitement). 67 % du linéaire des cours d’eau sont dégradés et 31 % des points de mesure dans la nappe d’Alsace présentent toujours des dépassements de norme de potabilité.”
MILIEUX NATURELS : “Avec 10,7 % du territoire alsacien qui bénéficie d’une mesure plus ou moins forte de protection (réserve, conservation, mesure agro-environnementale,…), les surfaces de nature gérées pour la diversité augmentent très légèrement.”
Mais “La biodiversité dans les zones humides continue de régresser. Parmi les 35 % d’espèces et les 75 % d’habitats en danger en Alsace, beaucoup sont liés aux rieds, aux marécages et aux forêts rhénanes.”
OCCUPATION DE L’ESPACE : “les aménagements urbains continuent de grignoter les espaces naturels bien qu’à un rythme bien moindre qu’auparavant. Chaque année, ce sont au moins 600 ha (les chiffres actualisés ne sont pas encore connus) qui sont artificialisés en Alsace …”

ÉNERGIE : “grâce aux centrales hydrauliques du Rhin (70 % des énergies renouvelables), l’Alsace produit autant d’énergie verte que le nucléaire. Mais pas suffisamment pour couvrir tous les besoins en électricité, Fessenheim une fois fermée. ….”
QUALITÉ DE L’AIR : on respire chaque année un peu mieux sous condition d’une météo clémente. Globalement, les concentrations en particules, en ozone et en dioxyde d’azote sont en baisse mais les normes continuent d’être dépassées ponctuellement, surtout dans les grandes villes, à proximité de trafic. …”

LIRE l’ARTICLE en ENTIER
 

Les rencontres régionales de l’environnement se sont également penchées sur l’atout que représente la biodiversité pour le territoire.
Réunissant collectivités, associations environnementales et administrations, les débats ont insisté sur les services rendus par la biodiversité et sur la nécessité d’en convaincre les élus, les aménageurs et le public.
« Malheureusement c’est après la disparition d’un milieu naturel qu’on se rend compte de son utilité, remarque le chercheur strasbourgeois Yvon le Maho, président du conseil scientifique du patrimoine naturel et de la biodiversité ». ex. , disparition des abeilles obligeant à une pollinisation manuelle
“De manière générale, on estime que 40 % de l’économie mondiale dépend de la biodiversité….”

 
Accepter la biodiversité, c’est aussi accepter de vivre avec les grands prédateurs

Un article paru dans les DNA le 11 juillet 2013, fait le point sur la situation du Loup et du lynx dans le Massif Vosgien.
“La présence de loups et de lynx dans les Vosges pose la question de l’acceptabilité sociale des grands prédateurs dans un massif touristique densément peuplé.”
“On n’a compté que deux loups (un mâle et une femelle, sans signe de reproduction) dans les Hautes-Vosges …”
“Autre grand prédateur, le lynx, trente ans après sa réintroduction dans les Vosges, se compterait au mieux sur les doigts d’une main, se limiterait au pire à un seul animal, unique spécimen encore repéré dans le massif du Donon.”

LIRE l’ARTICLE en ENTIER
 
Le lynx Van Gogh, est-il le dernier survivant ?

“Les populations du félin avaient atteint un minimum de 30 dans le massif en 2007 mais cette année, on n’a trouvé trace que d’un individu du côté du Donon. Il a été surnommé Van Gogh, son oreille droite ayant été arrachée.”

VOIR l’ARTICLE

Le réseau des réserves naturelles régionales s’agrandit

 Vendredi 8 février 2013

COMMUNIQUE du Conservatoire des Sites Alsaciens

 
Protection du patrimoine naturel de l’Alsace : le réseau des réserves naturelles régionales s’agrandit.
Aujourd’hui, la Commission permanente du Conseil Régional a classé 3 réserves naturelles régionales : les prestigieuses pelouses sèches du Bollenberg et du Luetzelthal à Rouffach, une partie de la colline du Buxberg à Tagolsheim, et le vaste ensemble forestier et riedien de l’Illwald à Sélestat. Ces biotopes recèlent une flore et une faune remarquables à l’échelle régionale.
Le Conservatoire des Sites Alsaciens, qui s’investit depuis de nombreuses années sur ces territoires, salue cette nouvelle et importante étape pour la protection des milieux naturels. La mise en place d’un réseau d’espaces protégés contribue à la cohérence de la trame verte et bleue régionale.
En partenariat avec la Région Alsace, le Conservatoire des Sites Alsaciens a réalisé les dossiers scientifiques de demande de classement pour les réserves naturelles régionales de Rouffach et de Tagolsheim.
Le Conservatoire des Sites Alsaciens souligne l’implication de la Ville de Rouffach, de la Ville de Sélestat, de la commune de Tagolsheim, ainsi que des autres propriétaires concernés. Il remercie les associations de protection de la nature pour leur soutien et l’ensemble des bénévoles qui participent aux chantiers-nature.
Contact :
M. Michel DUROUSSEAU, Directeur
Conservatoire des Sites Alsaciens
Maison des Espaces Naturels
Ecomusée
68190 UNGERSHEIM
Tel : 03.89.83.34.20 – Fax : 03.89.83.34.21
E-Mail : contact@conservatoire-sites-alsaciens.eu
site web : www.conservatoire-sites-alsaciens.eu


Réserve Naturelle Nationale d’Illkirch/Neuhof : 25 ans après… enfin !

Alsace Nature et l’ensemble des associations de protection de la nature ont accueilli avec plaisir la publication du Décret 2012-1039 du 10 septembre 2012 portant création de la réserve naturelle nationale du massif forestier de Strasbourg-Neuhof/Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin).
 
Rappelons que ce combat a fait l’objet d’une obstination de nombreux bénévoles au cours des 25 dernières années. Ce classement vient reconnaitre l’intérêt de ces massifs forestiers, leur rôle récréatif pour les riverains et surtout le fait qu’une forêt est plus qu’un volume de bois sur pied.
 
Maurice Wintz, Président d’Alsace Nature déclare : « Nous attendions cette décision de longue date, nous espérons aujourd’hui que le dossier jumeau qu’est le classement de la forêt de la Robertsau et qui date de la même époque va lui aussi aboutir rapidement ».
 
Dans une tension importante autour de la gestion des forêts en Alsace et plus largement en France, les associations espèrent que ce classement permettra de redonner sa juste place à la forêt dans la stratégie de sauvegarde de la biodiversité. Danielle Schaeffer, pilote du réseau forêt précise « actuellement nous constatons une intensification de l’exploitation forestière. Partout ou presque la forêt n’est plus regardée que comme un volume sur pied et donc une réserve économique. La mécanisation outrancière de l’exploitation, l’explosion de la taille de certaines scieries,… rappellent l’industrialisation qu’a connu l’agriculture il y a quelques décennies »
 
Ainsi, les associations accueillent avec enthousiasme cette publication au journal officiel mais incitent les propriétaires forestiers, les collectivités, les gestionnaires et bien entendu le gouvernement en place à se ressaisir rapidement pour permettre de sauver nos forêts. En tout état de cause elles comptent bien y veiller…