14-15 février : Soyons très nombreux à Strasbourg contre le CETA !

14-15 février : Soyons très nombreux à Strasbourg contre le CETA !

Le futur accord économique et commercial global entre l’Union européenne et le Canada, dit CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement), sera présenté au Parlement européen, Mercredi 15 février 2017,  pour être ratifié par les députés européens.

Il restera ensuite aux parlements de tous les pays concernés à se prononcer.
Les ONG, dont Alsace Nature, considèrent que ce texte favorise l’accroissement des relations commerciales entre les deux zones au détriment des questions environnementales et de la décarbonisation de l’économie.

NOUS POUVONS ENCORE AGIR pour empêcher cet accord !

Au moment du vote du CETA le 15 février, et indépendamment de son résultat, SOYONS TRES NOMBREUX à Strasbourg pour faire entendre nos revendications :

« Pour la justice sociale et climatique, non au traité des multinationales ! »
 

Programme :

Le 14 février : Soirée festive au Molodoï

à partir de 19 h 30 au Molodoï à Strasbourg (19 rue du Ban-de-la-Roche),
avec des mouvements venus de toute l’Europe, suivi d’un concert !

lien ICI
 

Le 15 février : Grande manifestation

- à partir de 8h00 : accueil des euro-député.e.s devant le Parlement Européen avec Cheval de Troie et pancartes
- à 10h30 : manifestation européenne, RDV : Place Kléber
- à 14h : assemblée publique des mouvements européens.
infos :
événement facebook
https://www.collectifstoptafta.org/actu/article/mobilisation-stopceta-organisation-des-bus-pour-strasbourg
http://www.fne.asso.fr/agenda/nocetachallenges-mobilisons-nous-pour-l’intérêt-général
 
 

[MANIFESTATION] NON AU TAFTA/TTIP – 10 octobre 2015

[MANIFESTATION] NON AU TAFTA/TTIP – 10 octobre 2015

Journée internationale de mobilisation contre les traités de libre-échange, samedi 10 octobre 2015 à 10h30 – Place Kléber à Strasbourg.
TAFTA, CETA, TISA ?
Ces sigles désignent des accords de libre-échange et d’investissement négociés dans le plus grand secret. S’ils sont adoptés, ils consacreront la domination des multinationales sur nos sociétés, au détriment des citoyen.ne.s et de la démocratie.
Sous couvert d’une hypothétique relance de la croissance, ces accords s’attaquent aux normes sociales, financières, sanitaires, culturelles et environnementales. Si elles s’estiment lésées, les multinationales pourront poursuivre les états devant des tribunaux privés d’arbitrage, hors de tout contrôle démocratique. Ces accords menacent de mettre en péril ce qui rend nos sociétés encore vivables.
Le 10 octobre, mobilisons-nous pour faire échouer ces négociations !
Des actions sont prévues partout en France et à travers toute l’Europe.
FLYER DE LA MANIFESTATION TAFTA  
Renseignements – Collectif STOP TAFTA 67
Web : https://stoptafta67.wordpress.com/
Mail : collectif.anti.tafta67@gmail.com
 

[mobilisation] urgent – interpellons les élus européens contre TAFTA

Alsace Nature s’associe à France Nature Environnement et toutes les associations qui se mobilisent contre le Traité Transatlantique TAFTA/TTIP.
Merci d’avance pour votre soutien !

En négociation jusqu’en 2015, le TAFTA, Trans-Atlantic Free Trade Agreement, prévoit l’instauration d’un vaste marché de libre-échange entre l’Union Européenne, les Etats-Unis et le Canada. Un traité qui risque de bouleverser en profondeur nos acquis environnementaux, sociaux, sanitaires et démocratiques au profit d’une dérégulation quasi-totale et assumée de l’économie.

Le TAFTA ouvrirait la voie à l’importation de semences OGM, de viande aux hormones ou encore de volaille chlorée, des produits autorisés sur le sol américain. Les entreprises étrangères pourraient poursuivre en justice un gouvernement si elles estiment que des mesures politiques peuvent entraver leurs futurs bénéfices. Des cas jugés à huis clos, au mépris de l’institution judiciaire, et aux frais du contribuable en cas d’amende. Au nom de la liberté de commercer, la privatisation des marchés de l’eau et de l’énergie s’accentuerait encore davantage et la fracturation hydraulique serait autorisée. En somme, c’est toute la règlementation environnementale, aujourd’hui imparfaite mais restrictive, qui risque de se voir mise à mal. Aberration juridique et démocratique, le TAFTA s’attaque à toutes les institutions, dont l’agriculture française, grande perdante, au profit de la filière agricole américaine.
La menace est vaste : le projet d’accord va entre autres saper des acquis sociaux du travail, instaurer de nouvelles lois liberticides (protection des données et brevets) et limiter le pouvoir des Etats. Conclu à l’unique profit des multinationales, le TAFTA n’apportera en prime qu’un gain minime en termes de PIB. Informée en amont par nos fédérations européennes Transport & Environment et le Bureau Européen de l’Environnement (BEE), France Nature Environnement s’est engagée contre ce traité et participe au “Collectif National Unitaire STOP TAFTA” qui regroupe un collectif d’associations militantes. Il est encore temps de faire entendre la voix citoyenne, notre seul recours. Disons non à TAFTA !
 
Le 10 juin dernier, le Parlement européen reportait en plénière un vote important sur le traité de libre-échange transatlantique (TAFTA/TTIP) faute de consensus sur la résolution portée par B. Lange et en particulier sur l’inclusion d’un mécanisme de règlement des différends investisseurs-État (ISDS en anglais) qui passerait par des tribunaux arbitraux privés et au-dessus des législations nationales.
Le report du débat et du vote le 10 juin dernier avait pour unique objectif, non pas d’approfondir un débat nécessaire et à ce jour sclérosé par l’action des lobbies favorables au traité, mais de calmer le jeu afin de mieux voter cette même résolution plus tard.
Le Parlement européen réuni en plénière pourrait voter dès mardi 7 juillet le texte de la résolution Lange, portant sur le traité transatlantique. La conclusion d’un traité fondée sur le texte proposé au vote, même amendé, serait désastreuse pour les peuples et l’environnement.
Pour la démocratie, le climat, l’emploi, la santé et l’agriculture paysanne, interpellons les euro-députés et mettons le traité transatlantique en échec !
Vous trouverez à l’adresse suivante un formulaire prêt à l’envoi pour interpeller nos euro-députés par mail. Les adresses sont renseignées et vous pouvez choisir un envoi à tous ou un envoi ciblé à certains euro-députés. Votre nom complet sera automatiquement intégré en signature au bas du message (il faut pour cela remplir le mini-formulaire présent à droite du texte du message, accepter la politique de confidentialité et cliquer sur ENVOYER).
Merci de diffuser largement cette invitation à interpeller nos élus européens afin de faire entendre notre voix et notre opposition au TAFTA !
Poursuivons également la mobilisation ! Signez et faites signer la pétition européenne, informez votre entourage, rapprochez-vous des collectifs locaux Stop-Tafta, déclarez-vous en zone hors-Tafta, suivez la mobilisation européenne…

 
 

La biodiversité rend des services à l’ensemble de l’économie

Maurice Wintz, président régional d’Alsace Nature a été interrogé par le journal L’Alsace, sur le rôle de l’Europe pour la biodiversité.
 
Une partie de cet entretien a été repris dans un article paru le 21 mai 2014, sous le titre  : L’Europe et nous “La biodiversité rend des services à l’ensemble de l’économie“. En voici des extraits :
Perçue souvent comme une contrainte, la politique européenne de l’environnement est, de l’avis de nombre d’acteurs de terrain, une chance pour la région et le pays.
« L’Union européenne est un moteur, elle pousse les États à mettre en œuvre des mesures », confirme Maurice Wintz, président d’Alsace Nature.  Si les directives européennes sur l’eau, l’air, la faune, la flore, les déchets, ne sont pas respectées, la Cour de justice européenne peut condamner les États à de lourdes amendes.
« S’il n’y avait pas eu Natura 2000, il n’est pas sûr qu’on aurait aujourd’hui des réseaux et des espèces relativement préservés, en Alsace et dans toute l’Europe , confirme Maurice Wintz. Mais la politique agricole commune reste assez défavorable à l’environnement, notamment sa traduction par la France qui maintient une orientation industrielle de l’agriculture. »
Autres facteurs négatifs, selon Alsace Nature : « Le néolibéralisme, avec la marchandisation de tous les biens et services, l’ouverture des associations au marché concurrentiel. En les assimilant à des prestataires de services, l’Europe remet en cause leur plus-value sociale et leur rôle de contre-pouvoir nécessaire au fonctionnement démocratique de notre société. Si la protection de la nature existe en Europe, et non en Chine ou en Inde, c’est parce que des associations de citoyens l’ont demandée et ont le droit d’expression. »
Alsace Nature s’inquiète aussi du traité de libre-échange (Tafta) en cours de négociation entre l’Europe et les États-Unis : « Il risque d’ouvrir la porte aux OGM en Europe, à la possibilité pour des multinationales d’attaquer des États, sans jamais tenir compte de l’intérêt collectif. L’Europe montre là qu’elle est aussi un frein à la protection de l’environnement. Ses politiques ne sont pas toujours cohérentes. Il faut que les contre-pouvoirs puissent s’exprimer face aux résistances fortes des grands groupes industriels et du syndicat agricole majoritaire. Il y a à Bruxelles 15 000 lobbyistes. Parmi eux, une centaine seulement du monde de l’environnement, qui ont très peu de moyens financiers pour influer sur les politiques publiques. »
Lire l’article en entier