Le conservatoire des espaces naturels alsaciens lance une souscription pour la protection des forêts

Le conservatoire des espaces naturels alsaciens lance une souscription pour la protection des forêts

Le conservatoire des espaces naturels alsaciens (CEN Alsace ou CSA) lance une souscription pour la protection des forêts.

Votre souscription permettra l’acquisition d’espaces naturels forestiers en Alsace.

 

Les actions du CEN Alsace

Le CEN Alsace gère actuellement environ 400 ha de forêts à haute valeur écologique, dont plus de la moitié classée en réserves naturelles. Un grand nombre de parcelles de forêts anciennes et matures subsistent dans notre région sans faire l’objet d’aucune mesure de protection forte.
Il y a urgence à protéger ces derniers réservoirs de biodiversité exceptionnels.
L’acquisition par le CEN Alsace garantit la libre évolution des forêts à long terme. Les arbres accomplissent ainsi leur cycle biologique complet : croissance, maturité, vieillissement, sénescence puis régénération, un cycle qui s’étend naturellement sur plusieurs siècles.

 

Pourquoi les forêts ?

Les forêts sont des écosystèmes complexes, riches et diversifiées nécessaires à de nombreuses espèces. Elles jouent également un rôle majeur dans le stockage du carbone, le cycle de l’eau, et le maintien des sols.

 

Un projet d’acquisition de forêt de 30 ha dans le Haut-Rhin

Marc Brignon, directeur du CEN d’Alsace : « La forêt que nous voulons acquérir est celle du Baerenloch à Masevaux, dans le Haut-Rhin. Elle couvre 30 hectares. La dernière fois que nous avons acheté une surface aussi grande, c’était le Rothmoos, il y a 20 ans, dans le bassin potassique. » 

Article de presse sur ce projet : https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/alsace/alsace-pour-sauver-30-hectares-de-foret-le-conservatoire-d-espaces-naturels-lance-une-souscription-2556080.html

 

Télécharger le bulletin de souscription

ou

Souscrire en ligne

 

 

 

Hommage aux forêts incendiées – Je suis Amazonie

Hommage aux forêts incendiées – Je suis Amazonie

 

Pendant que l’Alsace a chaud et ne trouve pas mieux à faire que de se construire une nouvelle autoroute, les forêts dans le monde brûlent : Amazonie, Sibérie, Afrique, Indonésie, mais on a aussi vu flamber le Portugal, la Grèce, les Canaries, la Californie…

Le samedi 7 septembre à STRASBOURG à 10h sur la place Kléber nous manifesterons notre deuil.

Habillons-nous de noir pour rendre hommage au poumon de la planète qui se meurt, aux écosystèmes réduits en cendre, aux millions d’animaux tués par les flammes et aux tribus indigènes chassées de leurs terres natales. C’est d’une tristesse incommensurable, nous ne pouvons rester de marbre devant un tel massacre.

Arrêtez les feux ! Pas d’impunité pour les incendiaires !

Appel au boycott des produits de la déforestation, et avant tout du soja et de la canne à sucre, des poulets et du bœuf brésiliens, et de l’huile de palme.

STOP à l’importation d’aliments pour animaux

STOP à l’élevage intensif pour le lait et la viande

STOP aux biocarburants importés

Solidarité internationale pour financer la protection de toutes les forêts primaires et pour restaurer des forêts et savanes à haute biodiversité !

 

Le printemps arrive … et la biodiversité disparaît

Le printemps arrive … et la biodiversité disparaît

Actuellement nous assistons à de nombreuses interventions sur des parcelles forestières privées  qui se trouvent sur le tracé du Grand Contournement Ouest de Strasbourg.

En effet, de nombreux propriétaires sont en train de massacrer la forêt avant que ces dernières ne soient acquises par Vinci dans le cadre du projet de GCO.
Est-ce que ce comportement serait dicté par un « bon conseil » de Vinci ? Nous n’en savons rien.
Toutefois il parait important de préciser à ces propriétaires que, dans le cadre des travaux récents relatifs à la demande de dérogation à la destruction d’espèces protégées, de nombreuses espèces ou habitats d’espèces protégées ont été trouvées.
Nous attirons donc l’attention de l’ensemble des propriétaires qui se livrent actuellement à ces opérations sur le fait que la destruction d’espèces protégées est un délit pénal condamnable à hauteur de 2 ans de prison et 150 000 € d’amende.
Si les coupes devaient perdurer, les propriétaires risquent de se retrouver devant un tribunal pénal…

Herrlisheim défrichement de la forêt – Alsace Nature réagit

 
Sur une parcelle du site de l’ancienne raffinerie de Drusenheim-Herrlisheim, un pan entier de forêt a été défriché.
160125-photoAN-herrlisheim-defrichement
Le site avait été depuis des années laissé en l’état en attendant un potentiel réaménagement en zone d’activités économiques et industrielles. Alsace Nature s’était déjà mobilisée dans le passé pour que les milieux naturels proches de l’ancienne raffinerie soient préservés et renaturés  (site de la Gutlach).
Le conseil départemental du Bas-Rhin avait souhaité obtenir la gestion globale du site, à la fois au niveau du site de l’ancienne raffinerie (pour le volet économique) mais aussi  sur les milieux naturels ce qui aurait pu mettre en application les engagements passés avec les défenseurs de l’environnement.
Entre-temps, une grande partie des terrains a été acquise par la communauté de communes, qui ne se soucie apparemment pas des discussions entamées de longue date pour la préservation des milieux.  Alors qu’aucune urgence ne le justifiait (aucun chantier d’aménagement et de construction ne sont prévus prochainement), les bulldozers et tronçonneuses ont mis à terre plusieurs hectares de forêt, (situés entre la Gutlach et l’ancienne raffinerie). Plus grave ! Le président de la communauté de communes se justifie en arguant que les arbres auraient bientôt été âgés de 30 ans et qu’au delà de 30 ans, l’arrachage doit faire l’objet de mesures de compensation. Pour éviter de devoir compenser, la communauté de communes a préféré tout raser !! Inadmissible !

Alsace Nature a dénoncé cette politique de la terre brûlée dans les médias. Dossier à suivre ….
 
Voir l’article paru dans les DNA et la vidéo sur France3
 
http://c.dna.fr/loisirs/2016/01/24/la-provocation-de-trop-selon-alsace-nature
160125-defrichement-Herrlisheim-DNA
 
http://france3-regions.francetvinfo.fr/alsace/emissions/jt-1920-alsace
voir à environ 11 minutes JT du 25/01/16
Herrlisheim-capture-France3

Vivre en bonne intelligence avec la nature et développer la solidarité

Vivre en bonne intelligence avec la nature et développer la solidarité

Maurice Wintz, président d’Alsace Nature, a été interviewé par le journal L’Alsaceà l’occasion de la nouvelle année.

 
Article paru le 01/01/2014
 « Vivre en bonne intelligence avec la nature et développer la solidarité »
Président d’Alsace Nature, qui fédère 140 associations de protection de la nature de la région, Maurice Wintz est maître de conférences de sociologie de l’environnement à l’Université de Strasbourg.
« Je souhaite que tous ceux qui agissent pour une meilleure prise en compte de l’environnement, agriculteurs, entreprises, fonctionnaires, élus, associations, soient davantage entendus et soutenus. Que notre société apprenne à vivre en bonne intelligence avec la nature et développe des valeurs de solidarité plutôt que de compétitivité. C’est un vœu à contre-courant de cette logique de croissance qui se développe partout dans l’aménagement du territoire, la gestion forestière, l’agriculture, et qui se traduit par une pression de plus en plus forte sur la nature.
Très concrètement, je souhaite que le schéma régional de cohérence écologique, ou trame verte et bleue, reste ambitieux et devienne réalité : c’est une étape essentielle au maintien et à la restauration des écosystèmes. Que l’union sacrée autour du béton dans le contrat de plan Etat-Région se transforme en faveur de la biodiversité, de la qualité de l’air et de l’eau, du bien-être animal, de la protection des forêts. Pour l’instant, ce contrat prévoit surtout des investissements routiers façon années 1970, comme si l’on était sous-équipé.
Alors que l’on détricote le Grenelle de l’environnement, j’espère que les futures lois sur la transition énergétique et la biodiversité seront à la hauteur des enjeux, que soient favorisés des modes de fonctionnement de la société en cohérence avec la nature : ce sera plus compliqué que de favoriser le béton, mais plus bénéfique à long terme. »