Alsace/Vosges : indicateurs de l'environnement, biodiversité et grands prédateurs

La région Alsace a publié ses indicateurs de l’environnement
Tous les deux ans, les rencontres alsaciennes de l’environnement sont l’occasion pour la région Alsace de publier un bilan de l’évolution de l’environnement sur son territoire. 7 composantes sont ainsi étudiées : l’eau, l’air, l’énergie, les déchets, l’occupation de l’espace, les milieux naturels et l’éducation à l’environnement. 30 indicateurs offrent une vision globale de la santé environnementale de la région.
Selon un article paru dans les DNA du 28 juin dernier, le bilan 2013 est contrasté.

“QUALITÉ DE L’EAU : On est encore loin des objectifs de la directive-cadre sur l’eau (2/3 des cours d’eau en bon état écologique et de l’eau souterraine potable partout sans traitement). 67 % du linéaire des cours d’eau sont dégradés et 31 % des points de mesure dans la nappe d’Alsace présentent toujours des dépassements de norme de potabilité.”
MILIEUX NATURELS : “Avec 10,7 % du territoire alsacien qui bénéficie d’une mesure plus ou moins forte de protection (réserve, conservation, mesure agro-environnementale,…), les surfaces de nature gérées pour la diversité augmentent très légèrement.”
Mais “La biodiversité dans les zones humides continue de régresser. Parmi les 35 % d’espèces et les 75 % d’habitats en danger en Alsace, beaucoup sont liés aux rieds, aux marécages et aux forêts rhénanes.”
OCCUPATION DE L’ESPACE : “les aménagements urbains continuent de grignoter les espaces naturels bien qu’à un rythme bien moindre qu’auparavant. Chaque année, ce sont au moins 600 ha (les chiffres actualisés ne sont pas encore connus) qui sont artificialisés en Alsace …”

ÉNERGIE : “grâce aux centrales hydrauliques du Rhin (70 % des énergies renouvelables), l’Alsace produit autant d’énergie verte que le nucléaire. Mais pas suffisamment pour couvrir tous les besoins en électricité, Fessenheim une fois fermée. ….”
QUALITÉ DE L’AIR : on respire chaque année un peu mieux sous condition d’une météo clémente. Globalement, les concentrations en particules, en ozone et en dioxyde d’azote sont en baisse mais les normes continuent d’être dépassées ponctuellement, surtout dans les grandes villes, à proximité de trafic. …”

LIRE l’ARTICLE en ENTIER
 

Les rencontres régionales de l’environnement se sont également penchées sur l’atout que représente la biodiversité pour le territoire.
Réunissant collectivités, associations environnementales et administrations, les débats ont insisté sur les services rendus par la biodiversité et sur la nécessité d’en convaincre les élus, les aménageurs et le public.
« Malheureusement c’est après la disparition d’un milieu naturel qu’on se rend compte de son utilité, remarque le chercheur strasbourgeois Yvon le Maho, président du conseil scientifique du patrimoine naturel et de la biodiversité ». ex. , disparition des abeilles obligeant à une pollinisation manuelle
“De manière générale, on estime que 40 % de l’économie mondiale dépend de la biodiversité….”

 
Accepter la biodiversité, c’est aussi accepter de vivre avec les grands prédateurs

Un article paru dans les DNA le 11 juillet 2013, fait le point sur la situation du Loup et du lynx dans le Massif Vosgien.
“La présence de loups et de lynx dans les Vosges pose la question de l’acceptabilité sociale des grands prédateurs dans un massif touristique densément peuplé.”
“On n’a compté que deux loups (un mâle et une femelle, sans signe de reproduction) dans les Hautes-Vosges …”
“Autre grand prédateur, le lynx, trente ans après sa réintroduction dans les Vosges, se compterait au mieux sur les doigts d’une main, se limiterait au pire à un seul animal, unique spécimen encore repéré dans le massif du Donon.”

LIRE l’ARTICLE en ENTIER
 
Le lynx Van Gogh, est-il le dernier survivant ?

“Les populations du félin avaient atteint un minimum de 30 dans le massif en 2007 mais cette année, on n’a trouvé trace que d’un individu du côté du Donon. Il a été surnommé Van Gogh, son oreille droite ayant été arrachée.”

VOIR l’ARTICLE

Ligne LGV Mulhouse-Belfort : repoussée après 2030

Suite à la conférence de presse que nous avions organisée le 2 juillet,
L’Alsace a publié un article le 4 juillet 2013 : intitulé “Alsace Nature réaffirme son opposition à la LGV Mulhouse-Belfort”
Extrait :
Alsace Nature milite pour que la priorité soit mise sur les réseaux locaux et cite par exemple la création d’une troisième voie entre Strasbourg et Bâle qui permettrait de développer le fret « et serait beaucoup plus rentable » ou encore le raccordement du Sundgau à la gare TGV de Belfort-Montbéliard, la liaison entre Colmar et Fribourg, le raccordement à l’EuroAirport, la réouverture de la ligne Bollwiller-Guebwiller, l’extension du réseau tram-train, etc. « Avec un coût moyen d’un million d’euros pour un kilomètre de ligne classique, contre 30 millions le kilomètre pour le TGV, on peut gagner beaucoup plus que dix minutes pour la qualité de vie des Alsaciens » , affirment les membres d’Alsace Nature. Ils insistent également sur la nécessité d’améliorer le cadencement des trains et l’accessibilité des gares : « On perd souvent bien plus de dix minutes dans les correspondances ou pour trouver une place de parking avant de prendre le TGV » , remarque Daniel Reininger.

L’association dénonce aussi « les dégâts énormes sur la biodiversité » qu’induirait un tel chantier. Destruction de milieux naturels remarquables (près de 30 ha de forêt entre Reiningue et Lutterbach) et de plantes protégées, mais surtout grignotage des terres agricoles (35 ha à Reiningue, 7 ha à Lutterbach). « On n’a plus les moyens aujourd’hui d’un tel projet » , conclut Daniel Reininger. Si le report du chantier est annoncé mardi prochain, ce sera « un soulagement » , confirme Jean-Paul Lacote, président d’Alsace Nature 68

LIRE l’ARTICLE en ENTIER
 
Le gouvernement a suivi les conclusions de la commission « Mobilité 21 » et repoussé après 2030 l’achèvement de la seconde phase de la branche Est de la LGV Rhin-Rhône.
« L’Alsace est bien dotée »

“Votre région est bien dotée : la première phase de la LGV Est européenne a permis d’engager un chantier de 4,3 milliards, la première phase de la branche Est de la LGV Rhin-Rhône un chantier de 2,3 milliards, la deuxième phase de la LGV Est européenne représente un chantier de 2 milliards. Avouez que ce n’est pas rien », avait répondu Frédéric Cuvillier à une interpellation du sénateur Jean-Marie Bockel.

LIRE l’article de l’ALSACE sur ce point
 
 

Nouveaux comptages des Grands Hamsters

Nouveaux comptages des Grands Hamsters

Les agents de l’ONCFS ont procédé récemment au comptage des terriers de Grands Hamsters en Alsace.
Le nombre de terriers est à peu près stable par rapport à l’an dernier mais le nombre de communes où l’on trouve des indices de présence de l’espèce est en nette diminution.
Stéphane Giraud, directeur d’Alsace Nature, interrogé par Rue89 Strasbourg s’inquiète de l’inefficacité des réponses apportées par l’Etat sur cette problématique. Et reste pessimiste : «Quand on fait des relâchés, qu’on clôture autour des terriers et qu’on protège les hamsters de leurs prédateurs, je n’appelle pas ça de la protection d’espèce sauvage mais de l’élevage d’animaux de compagnie! Et plus l’aire de présence régresse, plus l’espèce peut disparaître d’un coup.”
 
Lire l’article paru le 23 mai 2013 sur Rue89 Strasbourg : Grand hamster :bientôt disparu ou domestiqué ?
 
Lire l’article paru le 24 mai 2013 dans l’Alsace : Hamsters  : Terriers en légère hausse communes en baisse
 
Lire l’article paru le 24 mai 2013 sur Romandie.com : La situation reste toujours critique pour le grand hamster d’Alsace

GCO : 2 experts mandatés par le gouvernement pour "dresser un constat objectivé"

Parus dans les DNA du 9 janvier 2013 :
Un article faisant état de la nomination de 2 experts (deux ingénieurs des Ponts et Chaussées) pour actualiser les données concernant le GCO.
Et d’ajouter que la mission devra, « dresser dans un premier temps un constat objectivé des difficultés de déplacements rencontrées et, dans un deuxième temps, examiner les solutions envisagées ainsi que leurs pertinences par rapport aux objectifs rappelés précédemment ainsi qu’aux attentes qui s’expriment localement. Ces réflexions nécessiteront une actualisation des études de trafics disponibles, en veillant à distinguer les trafics de proximité et ceux en transit. Il conviendra enfin d’associer à la réflexion l’ensemble des acteurs locaux concernés ». Pour ce faire, deux ingénieurs des Ponts et chaussées ont été nommés : Jean Panhaleux et François Renvoisé.”
Lire l’article en entier
 
Deuxième article : “strasbourg Autoroute A35 et déplacements Des experts nommés”
Le conseil général de l’environnement et du développent durable est le fruit du rapprochement depuis 2008 du conseil général des Ponts et chaussées et du Service d’inspection générale de l’environnement. Les activités de cette structure consistent à produire des rapports, des expertises et des avis sur différents domaines (transports, logement, environnement, aménagement du territoire). Ce n’est pas ce qu’on appelle un organe de concertation même si dans le présent cas, il est annoncé que « l’ensemble des partenaires locaux sera consulté à cette occasion ». Mais les grands commis de l’État qui travaillent dans cet organe se sont déjà penchés sur la problématique strasbourgeoise. C’était en février 2003. Le conseil général des Ponts et chaussées, en partenariat avec l’Inspection générale des finances, avait produit un rapport d’audit sur les grands projets d’infrastructures de transports en France.
Lire l’article en entier
 

Article de presse : AG d'Alsace Nature Bas-Rhin / Nature en ville et respect dans le débat

La section Bas-Rhinoise d’Alsace Nature était réunie samedi 1er décembre pour son assemblée générale annuelle.
Les débats qui ont suivi l’adoption des rapports présentant le bilan des actions de l’année écoulée (2011), portaient sur  ” La nature en ville” et le respect des associations dans le débat citoyen.
 Voir l’article des DNA à ce sujet