[Communiqué de presse] Convictions ou subventions : faut-il choisir ?

[Communiqué de presse] Convictions ou subventions : faut-il choisir ?

Suite à l’éclairante prise de position, aujourd’hui mercredi 6 juillet 2018, de 22 élus de la Commission Permanente de l’Eurométropole de Strasbourg qui ont choisi l’abstention lors du vote de la subvention à Alsace Nature tout en menaçant de voter contre la prochaine fois si l’association ne changeait pas d’attitude dans son opposition au GCO, Alsace Nature tient à faire part de sa bonne compréhension du message.

Ainsi, nous nous retirons de suite du combat contre le GCO et admettons que les 300 ha de terres agricoles consommées ont bien vocation à accueillir du béton, que la biodiversité est fleurissante et qu’il ne faudrait pas qu’elle vienne entraver notre développement économique sous peine de rentrer dans un système décroissant, que les décès prématurés ne sont pas liés à la pollution de fond et que la part du transport routier dans cette pollution reste minime (nous ne parlons pas assez des particules fines issues de l’usure des freins de vélo dans ce débat…), que le désengorgement de Strasbourg sera totalement assuré quand on aura construit une autoroute supplémentaire, que l’Ecotaxe est une très mauvaise idée pour la compétitivité de nos entreprises et que la mise en oeuvre du couloir à camions européen nord-sud sera bénéfique pour l’économie et l’emploi en Alsace.
Nous espérons que cette mise au point salvatrice lèvera toute ambiguïté entre l’association  et les 22 professeurs de démocratie qui ont exprimé leur mécontentement ce matin.
Alsace Nature a 53 ans de militantisme à son actif… et ne compte pas s’arrêter là !
Si d’aventure d’aucuns souhaitent connaitre l’utilisation des fonds qui sont alloués à Alsace Nature par l’EMS, sachez que ceux-ci servent à la collaboration avec les élus et les services de la collectivité dans le cadre de dossiers d’importance tels que le PLUi ou la reconversion de la raffinerie de Reichstett, la Trame verte et bleue, le programme « Tous ensemble pour plus de biodiversité », etc. En aucun cas ce ne sont des fonds de fonctionnement et ne sont absolument pas liés au militantisme de l’association.

[Découverte de la semaine] – Écrevisse à pattes rouges (Astacus astacus)

[Découverte de la semaine] – Écrevisse à pattes rouges (Astacus astacus)

2280929815_bca8178bfc_z
L’Écrevisse à pattes rouges est une espèce de crustacés décapodes des eaux douces. C’est l’une des trois espèces autochtones de France métropolitaine.
L’activité de l’écrevisse à pattes rouges est principalement nocturne. Elle montre une grande sensibilité à la qualité de son habitat. Elle se dissimule sous les pierres, dans les enfoncements irréguliers du substrat ou dans le système racinaire de la ripisylve (forêt rivulaire). Omnivore, les adultes se nourrissent d’invertébrés, de mollusques et de végétation aquatique.
La période de reproduction débute en automne (octobre – novembre). Après l’accouplement, la femelle pond et porte 100 à 150 œufs dont l’incubation va durer 6 à 7 mois avant l’éclosion des larves (mai – juin). Les larves restent ensuite accrochées à la femelle quelques jours avant de se disperser dans le milieu.
Aujourd’hui en voie de disparition suite de sa surexploitation en tant que ressource halieutique, au braconnage et l’introduction et au développement de populations d’écrevisse américaines.
L’écrevisse à pattes rouges a totalement disparu de ses habitats historiques, et notamment des cours d’eau comme le Rhin et l’Ill, mais aussi des petits cours d’eau de plaine où elle était très abondante. On la rencontre essentiellement en Alsace, Lorraine, Champagne Ardenne, Bourgogne et Franche-Comté.
La principale menace pour ce crustacé outre la pollution et l’aménagement des cours d’eau, réside désormais dans l’introduction d’espèces d’écrevisses exotiques notamment les espèces en provenance d’Amérique du Nord, qui connaissent une expansion rapide dans les cours d’eau et plans d’eau d’Alsace et qui sont porteuses saines de la peste des écrevisses (aphanomycose).
Depuis plus d’un siècle (premiers cas signalés en 1893) une maladie dite peste de l’écrevisse due un pathogène dénommé Aphanomyces astaci Schicora à décimé les grandes populations d’écrevisse à pattes rouges qui faisaient encore en Europe du Nord l’objet d’une importante exploitation commerciale.
Les tentatives visant à stopper la propagation de cette maladie émergente ont toutes échoué. Il a donc été décidé de restaurer le commerce de l’écrevisse en introduisant une espèce nord américaine (Pacifastacus leniusculus) naturellement résistante à la maladie. En 30 ans, l’espèce introduite a pratiquement éliminé et remplacé l’espèce autochtone.

Retrouvez l'agenda des Sorties Nature

Retrouvez l'agenda des Sorties Nature

ban-sortiesnature

Pour découvrir ou redécouvrir notre belle province, Alsace Nature, ses guides nature et ses associations membres, vous propose un agenda dédié aux sorties nature. Vous en y trouverez certainement qui vous intéressent, près de chez vous ou sur des thèmes particuliers !
Nous vous souhaitons, une bonne année de découverte et de plaisir dans notre belle région.
A bientôt dans l’une ou l’autre de nos sorties !